Les sources, le pèlerinage semé d’embuches

Ce que je ressens aux archives, Tous droits réservés, Gyphy, Warner Bros

Ce que je ressens aux archives, Tous droits réservés, Giphy, Warner Bros

Les sources, figures de proue et centre névralgique de l’ensemble de la recherche, suscitent à la fois haine et passion. Elle sont tantôt un objet facilement identifiable, alliant plaisir pour les yeux et aisance pour le déchiffrage ; tantôt une pièce machiavélique, remplie de ratures, dans un état déplorable ou pire que tout, introuvable.

Feuilles volantes, déception et système archivistiques peu pratique, voici maintenant le chemin de croix de l’historien en devenir concernant ses sources.

Excel : je t’aime moi non plus

Les modalités de prise de notes pour les sources et d’élaboration des bases de données se sont faites dans la précipitation, à l’image du jeune apprenti-historien un peu fou que j’étais, commençant le M1 d’un pas décidé, mon ordinateur dans ma besace et mon cerveau comme porte-drapeau. Excel s’est vite imposé car j’étais déjà présent aux archives quand je me suis rendu compte que je n’avais pas de papier. Tâtonnement et prise de tête ont marqué les premiers moments de ma relation avec ce système de base de données. En bon Self-made student, j’ai réussi tant bien que mal à apprivoiser la bête, à grands renforts de cris et de phases d’énervement non contrôlées.

Après la centième tentative de compréhension de Filemaker, Tous droits réservés, Parks and Recreation, Gyphy

Après la centième tentative de compréhension de Filemaker, Tous droits réservés, Parks and Recreation, Giphy

Excel n’est sans doute pas le meilleur logiciel pour les bases de données ; il a tout de même le mérite d’être le plus accessible. Certes, de nombreux éléments m’échappent encore mais cela n’est rien comparé à la terrifiante difficulté que représente le logiciel Filemaker, outil du démon, qui m’a laissé bouche bée devant tant de défis. Je n’ai pas eu vent d’autres logiciels de traitement de bases de données et je m’accommode maintenant d’Excel, même si son utilisation n’est pas optimale à certains moments et c’est dans la plupart des cas de ma faute.

N’ayant jamais eu de vraie formation concernant Excel et sa manipulation, les débuts ont été laborieux. Il a fallu faire des essais, découvrir la plate-forme par soi-même et tenter de se dépatouiller. Je ne pense pas l’utiliser de la manière la plus adéquate. Premièrement, mes bases de données sont saturées d’informations, peut-être un peu trop. Si la barre de recherche et une organisation en amont permettent de retrouver assez facilement des informations, il n’est pas rare de s’y perdre ou de passer un temps considérable à chercher une lettre ou un article en particulier. Avec plus de cinq mille feuillets enregistrés, les tableurs Excel sont maintenant les piliers de ma recherche car ils contiennent l’ensemble des données. Un autre point négatif réside au niveau de la visibilité des informations, surtout lorsqu’il y en a beaucoup. Il est compliqué d’obtenir une vue d’ensemble des tableaux et cela peut rendre la recherche parfois laborieuse.

Parchemins et surligneurs

Le principal problème des sources, c’est qu’elles ne sont consultables que sur place, à Balma, ce qui est relativement loin. En plus d’être difficilement accessibles, elle sont rangés de telle manière que leur ordre est inchangeable. Cela demande énormément de concentration pour mettre en relation l’ensemble des documents sans pour autant les mettre côte à côte, d’où la tragédie concernant l’incompréhension de Filemaker, logiciel qui aurait pu être utile dans le cas présent.

L’autre inconvénient, c’est la vieillesse des documents et le stress qu’engendre la manipulation. Certains documents semblent s’effriter sous vos doigts, d’autres sont parsemés de ratures, de trous, ou de tâches qui s’effacent, mélangeant les différents types d’encre. L’aspect jauni et authentique est certes un plaisir pour l’historien mais certains documents sont indéchiffrables et c’est une véritable plaie lorsqu’un reste de date présent semble montrer l’importance du document en question.

Couverture de la biographie d'Abel Gance, par Roger Icart, Tous droits réservés, Roger Icart, Ed. L'âge d'homme

Couverture de la biographie d’Abel Gance, par Roger Icart, Tous droits réservés, Roger Icart, Ed. L’âge d’homme

Impossible de photocopier les sources, en particulier les originaux. Il est possible de photocopier certains documents mais le prix est exorbitant. Les photos sont censées être interdites mais les archivistes m’ont gentiment donné l’autorisation après m’avoir fait signer une clause stipulant bien l’usage privé de ces documents. Les photos sont ensuite envoyées sur l’adresse mail personnelle, enregistrées sur disque dur et en ligne sur la plate-forme Hubic. Pour les plus petits documents, des photocopies sont réalisées et les informations qu’elles contiennent sont directement rentrées dans les bases de données. Pour les extraits de scénarios ou contrats d’une dizaine de pages, les documents sont retranscrits intégralement sur Word, de par leur importance et parce qu’ils demandent plus de travail.

Les passages importants d’ouvrages sont notés et référencés dans des documents Word mais pour ce qui est de la biographie d’Abel Gance rédigée par Roger Icart, l’ensemble du livre a été photocopié et plusieurs relectures ont été faites afin de dégager les passages les plus pertinents. L’analyse se fait au surligneur, chaque couleur correspondant à une catégorie. Par exemple, le orange correspond aux passages où des œuvres d’Abel Gance sont mentionnées dans l’ouvrage.

Consultation sur place et feuilles volantes

Les glorieux débuts de la prise de notes, Tous droits réservés, Gyphy

Les glorieux débuts de la prise de notes, Tous droits réservés, Giphy

La prise de note, en cours, pendant les séminaires ou aux archives, s’avère dans la plupart des cas laborieuse. Ce n’est certainement pas lié à un manque d’organisation mais les notes sont plutôt des repères, des marques ou des indices que je laisse ici ou là. Plus que tout, ces notes sont des idées, qui viennent et qui s’envolent aussi vite qu’elles sont arrivées. Elles peuvent concerner des ébauches de plans, des recherches à effectuer ultérieurement ou encore des questionnements profonds ou sans grand intérêt. Si la prise de note est laborieuse, c’est qu’elle se fait simultanément à coté de l’élaboration des bases de données.

La fin de la prise de notes, folie et mal de tête, tous droits réservés, Giphy

La fin de la prise de notes, folie et mal de tête, tous droits réservés, Giphy

La prise de note subit un certain manque d’assiduité. La plupart d’entre elles se perd dans le fond d’un cahier ou sur des bouts de papiers, quand d’autres s’entassent dans un document Word sans titre, perdu dans un sous-dossier qui ne sera retrouvé qu’à la fin de l’année. La consultation sur place ne profite en rien à la prise de notes, la faute principale en incombe à l’oubli du cahier ou de feuilles ou même de stylos, les notes se perdant dans le fond du sac ou finissant à la poubelle. Le centre d’archives est tellement loin que le soir venu, vidé de toutes envies, les notes ne sont pas directement retranscrites sur Word et elles finissent complètement oubliées. Perte de temps totale, perte d’énergie dans la recherche des bouts de papier et perte de sang-froid. Résultat des courses, les prises de notes manuelles sont définitivement mises de côté.

 

Crédits images à la Une : Moi-même et mon mini-moi intelligent, Tous droits réservés, Cartoon Network, Pendleton Ward property


Alessandro Bessy

Etudiant en Master 2 recherche en Histoire contemporaine (2015-2016) avec une spécialisation en histoire du cinéma, Les recherches d'Alessandro Bessy se portent actuellement sur les œuvres inachevées d'Abel Gance de 1937 à 1973 sous la direction de Mme Natacha LAURENT. Cette deuxième année de Master lui permettra d'aborder plus en détails les deux projets de Gance, Giselle et Christophe Colomb, esquisses grandioses d'un auteur en quête d'une nouvelle consécration artistique.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Alessandro Bessy, Les sources, le pèlerinage semé d’embuches […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *