Les 35 heures, on en parle ?

Moi face au temps, Tous droits réservés Walt Disney

Moi face au temps,
Tous droits réservés Walt Disney

Dimanche soir. Lequel ? Peu importe, ils se ressemblent un peu tous en ce début d’hiver, non ? Avant de partager un énième « film du dimanche soir » avec ma colloque, je prends rapidement mon agenda pour me souvenir de quoi ma semaine sera faite.

Lundi, mardi, mercredi : cours ; lundi, mardi, jeudi : taf ; vendredi : séminaire. Et bien cette semaine, il me reste donc le jeudi matin, le samedi et le dimanche pour avancer sur le mémoire, préparer une journée d’étude, lire une pièce de théâtre et rédiger un compte-rendu de séminaire… Peut-être que si je m’organise bien, samedi entre 16 et 18, je pourrais aller boire un café avec mon copain !

De très longues journées

Il m’a toujours semblé compliqué d’envisager réussir à travailler quelques heures, comme ça au hasard de mon emploi du temps. Une journée de travail sur mes archives se veut donc être une journée complète à faire pâlir quelques employé.e.s de bureau ! Je m’étais posé la question l’an dernier de savoir s’il était judicieux, ou tout du moins appréciable, d’aller travailler dans une bibliothèque et ainsi tromper la solitude. Quand je me suis rendu compte qu’il me fallait au moins une valise pour transporter mes archives, ne serait-ce qu’en partie, je me suis dit que je serais tout aussi bien à la maison.

Alors ce qu’il faut imaginer, c’est un grand bureau avec sur la gauche la pile de livre qui constitue la base de ma bibliographie, toujours à portée de main ; et sur la droite, mes archives. En ce moment, il s’agit des cinquante-cinq exemplaires du journal Homophonie publié entre 1980 et 1985. Ces archives sont divisées en deux tas : celles déjà dépouillées et celles à venir. Et au milieu de cet amoncellement de papier se trouve mon ordinateur, mon inséparable compagnon de travail. Et ainsi, dans cette configuration, les heures peuvent défiler.

Il y a quelqu’un.e avec qui parler ?

Après deux jours sans parler à personne... CC. slate.fr

Après deux jours sans parler à personne…
CC. slate.fr

Au début, je fanfaronnais. Certes, je ne pouvais pas aller à la bibliothèque pour me souvenir que le monde existait au-dehors. Mais au moins dans ma chambre, personne n’allait m’interdire d’y boire mes quatre cafetières quotidiennes et je n’avais pas non à sortir toutes les cinq minutes pour aller fumer une cigarette. Ces quelques privilèges se confrontent cependant avec une toute autre réalité, bien moins réjouissante : la solitude. On nous a bien évidemment souvent répété que la recherche en était largement le synonyme mais elle s’avère parfois bien pesante. Ma colocataire devant régulièrement quitter Toulouse pour quelques jours, il n’est pas rare pour moi de n’avoir aucun échange verbale pendant près de 48 heures…

Comme j’ai déjà pu l’évoquer dans les billets précédents, je travaille cette année sur la première moitié des années 1980. Ce sont les années du retour aux affaires des forces de droite et de l’ordre moral ; c’est aussi l’arrivée du Sida et de l’hécatombe qu’on lui connaît. Autant dire que la période n’est pas simple, et quand les acteurs et actrices de cette époque deviennent des compagnon.e.s de route, il m’est difficile de ne pas être touché, de ne pas être impacté par leurs histoires et leurs destinées. Je vais prendre l’exemple du journal Homophonie : au printemps 1985, confronté à de nombreuses difficultés financières, le comité de rédaction annonce une pause dans la parution du journal. Elle sera en réalité définitive. Le désespoir est palpable dans leurs mots. Et moi, seul dans ma chambre face à un futur que je connaissais déjà, je fus submergé d’une émotion que je n’aurais pu soupçonner…

Et puis il y a les moments où l’on revoit les gens, après une « longue » période d’isolement. Et à l’image de chacun.e qui exprime le désir de raconter un peu sa vie, à mon tour je veux faire part à mes proches de ce qui fait la mienne. Ce qui veut dire en réalité pas tant de raconter ma propre vie – c’est en général très rapide de se décrire assis derrière son bureau – mais plutôt de vouloir partager la vie et les luttes des militant.e.s avec lesquel.le.s je passe le plus clair de mon temps. « Imagine, la manif de 1983 a vraiment tourné au n’importe quoi ! ». Et malgré l’affection que mes proches peuvent avoir à mon égard, l’intérêt pour ce que je leur raconte ne dure jamais très longtemps. Il me fallait donc trouver une parade. Cet été, en participant aux universités d’été euro-méditerranéenne de l’homosexualité s’est constitué un petit groupe de personnes qui attachent une importance particulière à cette histoire. Depuis, même si ces échanges se font par mails, le lien perdure et j’ai l’impression d’avoir enfin trouvé des interlocuteur.trices auprès desquel.le.s je peux m’épancher.

Beyoncé, ramène moi à la vie !

giffy.com

Tous droits réservés : giffy.com

À l’issue de ces journées de recherche passées à recenser le nombre d’agressions homophobes ou encore le nombre de malades du Sida vient toujours le moment du débordement. Il y a celui que je qualifierais de pensé, contrôlé et l’autre, impromptu, qui s’abat sur moi soudainement ! Je m’explique. Dans le premier cas cela fait déjà plus de cinq heures que j’épluche les journaux, que je prends des notes, que je tente d’organiser mes idées. Au bout d’un moment, je craque et j’ai besoin d’une pause, de bouger d’exulter !  YouTube vient alors me sauver. Une bonne grosse série de chanson me permet de sauter dans tous les sens et de me rappeler que je dispose d’un corps. Après un temps, je m’assagis et je peux tranquillement retourner à mes archives.

Le second cas est beaucoup plus pernicieux : cela fait quelques jours que j’attends un mail important relatif à ma recherche. Je me dis que peut-être là maintenant, tout de suite, j’ai reçu une réponse. Bien sûr ce n’est jamais le cas. D’un seul coup, je m’inquiète alors de connaître la météo pour les prochains jours, de savoir qui Trump a nommé ces dernières 24 heures et à quel point Fillon est vraiment homophobe. Et là vient lentement le glissement. J’en ai conscience mais je ne me l’avoue pas. Et le temps file. Deux heures ont passé et je prends la mesure de mon égarement : je suis en train de regarder un documentaire animalier sur le suicide massif et programmé des lémuriens… Je culpabilise certes, mais qu’est ce que c’est intéressant ! Par « chance » aujourd’hui ils ont coupé l’électricité. Je n’ai vraiment pas d’autre alternative que celle de rester concentré et de bosser !

 

Après quelques heures de travail Tous droits réservés giffy.com

Après quelques heures de travail
Tous droits réservés giffy.com

Crédits à la une : hexagonegay.com


Mathias Quéré

En 2016, étudiant en Master 2 d’Histoire Moderne et Contemporaine à l’Université de Toulouse le Mirail (Toulouse Jean-Jaurès pour la novelangue). Je travaille sous la direction de Sylvie Chaperon sur les groupes homosexuels militants dans les années 1970 et 1980 et plus précisément sur le Comité urgence anti-répression homosexuel (CUARH) entre 1979 et 1985.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *