Aux armes historiens ! (Ou pourquoi je suis toujours en histoire)

CC Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen de 1793, Wikimedia commons

La recherche au quotidien, le quotidien du chercheur ou bien mon rapport à la recherche.  Les articles précédents parlent de mes archives, de ma bibliographie etc.. Cet article a été un tout autre exercice puisque le quotidien me touche personnellement. Je me suis posée des questions que je ne m’étais jamais posées avant et ce fut intéressant. Je vous invite maintenant à découvrir un petit peu de moi si vous le voulez bien…

Le quotidien de mes recherche se veut atypique. Au début, je travaillais plutôt l’après-midi et le soir. Puis le rythme de travail à progressivement changé. Je travaille chez moi, chez des amis ou à la bibliothèque. J’ai besoin, pour ma santé mentale, que ce ne soit pas toujours le même lieu. Ce qui fait partie de mon quotidien surtout, ce n’est pas un planning ou un programme rigide et stricte. Non, ce serait mal me connaître ! Il y a plusieurs composantes à mon quotidien de jeune chercheuse.

L’une d’elles, c’est une personne, une brillante et talentueuse ancienne étudiante en droit (maintenant admise en école d’avocat),  une amie et un soutien dans les études. Un compagnon d’armes oui ! J’aime travailler avec elle. Nous échangeons beaucoup sur nos études, notre parcours et nos ambitions qui ne sont d’ailleurs pas démesurées. Je lui raconte souvent mes recherches, mes dernières trouvailles, le meilleur et le pire de mes archives ainsi que, pour son plus grand bonheur, tous mes états d’âmes ! Oui elle a beaucoup de chance… Sa connaissance en droit ainsi que sa vision de notre actualité rapportée à l’histoire a vraiment influencé mon travail. Elle apporte, par son regard extérieur et neuf, une autre dimension et un atout à mes recherches, que ce soit sur le contenu de mes archives ou dans les travaux des autres historiens. En effet, j’étudie une période qui a été un moment-clef dans l’histoire de la loi, ayant imposé comme « source unique du droit » comme le dit Anne Simonin. C’est en discutant avec elle que j’ai compris que je ne pouvais pas approcher mon sujet en écartant le droit et son importance dans cette période.

Carnets, cahiers et journal de bord Tous droits réservés, Lauréline Brousse

De l’immatériel au matériel

Sur un plan plus pratique pour organiser mes idées, j’écris. J’aime beaucoup écrire sur papier les idées qui me passent par la tête (oui celles qui concernent mon sujet). J’ai donc beaucoup de carnets remplis de pensées, de pistes, de possibilités de recherches ainsi que de tous mes états d’âme sur ces questions. On aurait parfois envie de tout brûler mais rassurez-vous, je me retiens. En master 2, nous devons travailler beaucoup plus sur les concepts ; nous devons apprendre à les maîtriser et discerner si ces même concepts se retrouvent dans nos archives ou non. Apprendre à se saisir d’un concept… tout un programme. Alors ma méthode à moi, c’est d’écrire de peur qu’une pensée fugace qui aurait pu être un début de réflexion ne m’échappe. Je la grave donc sur du papier.

La bête noire

tumblr_inline_n0w8f2zxqw1s9oydo

Tous droits réservés, All French Gifs, Tumblr

On nous a demandé, pour cet article, de mesurer l’importance de la procrastination dans notre travail. Au début je me suis dit « la procrastination ? Qu’est-ce que c’est que ça encore ? ». J’ai donc cherché rapidement ce que ça voulait dire et après avoir appris que le 25 mars était la journée mondiale de la procrastination, je m’y suis intéressée de plus près. Je suis donc allée lire plusieurs études menées sur la procrastination et j’ai commencé à avoir un peu peur : j’ai pris la mesure de l’importance de la procrastination dans mon quotidien. C’est une prise de conscience de taille sur mon fonctionnement et mon rapport à la vie de chercheur. Je vous épargne ici la tourmente et la torture dans laquelle je me trouve. Nous faisons nos premières armes dans ce master et nous ne les maîtrisons pas du premier coup, ce qui est difficile à accepter pour une génération habituée à tout avoir tout de suite.

La mesure de l’Histoire

Tous droits réservés, All French Gifs, Tumblr

La recherche est un travail long et, comme je l’ai souvent entendu de la bouche des mes enseignants tout au long de mon parcours universitaire, c’est un travail ingrat. Ma famille m’encourage beaucoup dans mes recherches et plusieurs parmi eux, par leurs questions et leur intérêt concernant mon sujet et les thèmes de ma recherche me motivent. Ce qui m’interpelle le plus parmi ces proches, c’est que plusieurs sont convaincus que tout n’a pas encore été défriché et que la recherche en histoire a un sens. Ce n’est pas forcément l’avis de tout le monde. Je les vois parfois même bien plus motivés que moi et c’est vraiment encourageant. Ils saisissent l’intérêt de poser des questions au passé afin de mieux comprendre le fonctionnement et les mécanismes actuels de notre société – d’ailleurs, ils n’hésitent pas me le rappeler.

Je porte beaucoup d’intérêt à l’identité et aux dynamiques d’échanges entre une ville et une autre, une nation et une autre, ou encore un appareil d’État et une ville. Qu’est-ce ce qui fait la particularité d’une nation, d’une région ou d’une ville ? Ce sont les questions que je pose à mes archives dans mon travail sur Toulouse. L’un de mes objectifs est de connaître mieux cette ville dans laquelle je fait mes premières armes. J’étudie un point dans l’histoire de Toulouse, pas n’importe lequel : celui de la Révolution française. En quoi ces bouleversements parlent sur l’identité, la spécificité et le caractère de la ville ? C’est l’un des aspects qui me motive le plus dans la recherche et qui me pousse à continuer.
Qui es-tu Toulouse ?

Image à la Une : La garde nationale de Paris part pour l’armée. Septembre 1792, L’Histoire par l’image


Lauréline Brousse

Après avoir validée une licence en histoire, je suis maintenant étudiante en Master 2 Histoire moderne sous la direction de Valérie Sottocasa. Mes recherches portent sur la question religieuse à Toulouse pendant la Révolution française. Ce travail comprend l'étude du serment à la Constitution civile du clergé et la déchristianisation de l'an II.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *