Des chercheurs qui cherchent, on en trouve…

« Un chercheur qui trouve ce n’est plus un chercheur ». Cette phrase, je l’ai entendu lors d’un séminaire de master 1, et je la retiens. Le quotidien d’un futur chercheur s’habille d’un océan de perspectives, il faut alors impérativement structurer son temps de recherche.

L’année de mon master 1 fut un jeu d’équilibriste, « réussir » étant le fil sur lequel je devais marcher. D’un côté le huit-clos fermé de la bibliothèque et de l’autre, une multitude d’activités de pleine nature avec le service des sports de l’Université Jean-Jaurès. Comme je l’ai déjà mentionné dans les articles précédents, il m’est impossible de rester des heures derrière une vitre à regarder le ciel toulousain, si ce n’est pour écrire.

Journal de Bord

La montagne et la mer m’ont permis de me ressourcer suffisamment pour être plus productif. Mais tentons d’établir un semblant de journée typique d’un jeune chercheur. Certains aiment travailler tard le soir, moi je préfère le matin. Je me dis que la journée commence sur une note positive, et c’est important pour ma santé mentale. Pour la rédaction, comme je travaillais l’après-midi, je m’imposais quatre heures de rédaction le matin, et je peux dire avec le recul qu’il vaut mieux y consacrer plus de temps, en le répartissant. Ce que je retiens de cette première expérience de rédaction, c’est la place que prend notre sujet dans notre inconscient : L’Hermione se retrouvait dans une grande partie de mes conversations, de mes évasions, parfois même dans la montagne où j’aime me perdre pour penser à d’autres choses. Parfois on aime son sujet, parfois on le déteste ; si je n’ai jamais regretté ce choix, je me suis souvent dit que j’aurais pu choisir plus simple.

Trouver une porte d’entrée

Parfois, cette porte ressemble à une lucarne mais il ne faut pas hésiter à l’ouvrir. Je l’avoue, il m’est arrivé de me dire « Pourquoi t’as choisi ce sujet ? Quentin, L’Hermione ne viendra jamais à Toulouse… », alors je me suis dit que l’on pouvait peut-être amener Toulouse à l’Hermione. Pari prétentieux, je veux bien le croire, mais il est vrai que parfois les toulousains s’intéressent à autre chose que les belles valeurs de l’ovalie et du cassoulet…. N’oublions pas que la Garonne se jette dans l’Océan.

J’ai cherché quel serait le meilleur angle d’attaque, en tentant de contacter l’association, mais comme je manquais de fonds, j’ai d’abord opté pour la connaissance livresque. Au départ, on ne sait rien et c’est une sensation très désagréable ; puis on fait des liens. Je garde l’impression amère d’une forme de solitude dans mes recherches, alors je parle de ce que je fais. Trouver les bonnes personnes pour en parler, voilà la difficulté que j’ai rencontré.

La phase la plus récurrente que l’on m’ait dite est : « c’est un beau sujet ! ». Que signifie le « beau » ? Parce qu’il évoque le voyage, la mer, la France à l’étranger ? Parce qu’il ne parle pas ouvertement de politique ? Et pourtant… Quand j’évoque mon angle d’attaque, je me demande si l’on comprend bien. Alors je rebondis sur l’aspect rêveur de mon sujet, un bateau qui ressemble de près à ceux des pirates, une belle traversée, une fierté nationale, et puis j’espère un jour la possibilité de partir dessus. Mais au fond, ceux avec qui j’approfondis le plus la conversation, c’est avec ma famille qui connaît l’origine de ce choix et qui souhaite évidement me voir arriver. J’envoie régulièrement l’état de mes avancées à Alain Boulaire, historien de la marine, qui a travaillé sur Brest sa ville d’origine et qui s’intéresse de près à l’Hermione. C’est pour moi une fierté que de le compter parmi les membres de ma famille.


Quentin Laurensan

Ayant obtenu une Licence d'Histoire-Géographie à l'Université Toulouse Jean-Jaurès, j'ai choisi de me diriger vers la recherche contemporaine. Je travail actuellement sur L'aventure de l'Hermione vu sous l'angle d'un voyage contemporain au fil des représentations et des symboles. Je ne me présente pas comme un globe-trotter cherchant à écrire un récit de voyage, mais ayant passé beaucoup de temps en Bretagne, je ne suis pas insensible au charme de la navigation.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *