Les archives : l’aventure incertaine

Galerie mazarine / source : BnF

Galerie mazarine. Philippe Coriette/ BnF

En ce qui me concerne, les archives sont davantage un horizon lointain qu’un labeur routinier : y travailler relève de l’épiphanie et non de la corvée. Cet épisode de «Vis ma vie d’apprenti historien» ne pourra donc être le récit d’une journée-type au dépôt d’archives.

Ce sera plutôt celui d’un voyage dans ce qui reste encore – au moment d’écrire ces lignes – le territoire à peine exploré des documents qui semblent pouvoir apporter certaines réponses aux questions que nous apprenons à nous poser.

Les dorures de Mazarin

Pour apprendre à faire de l’histoire, je veux cerner les réseaux de sociabilité du journaliste Claude Bourdet. Ceci impose un recours à de la matière sensible. Pour se pencher sur cette vie que Bourdet qualifie lui-même d’«aventure incertaine», il me faut des traces plus personnelles laissées par cet homme qui m’obsède que celles qui s’étalent soigneusement dans les colonnes de ses éditoriaux et à travers les épisodes relatés dans ses mémoires. Les deux-cent-vingt-six boîtes du fonds Claude Bourdet conservées à la Bibliothèque nationale de France (BnF) font figure de sources idéales : archives personnelles, dossiers de travail, correspondances, etc.

Direction Paris donc, pendant les vacances de février. J’ai convenu depuis longtemps des dates de ma venue avec un conservateur et avec un pote parisien aussi, pour le gîte et le couvert. J’ai pu abuser de l’hospitalité du second pendant trois jours et les règles de la BnF stipulées par le premier sont strictes : cinq boîtes par jour maximum. Ce qui fait donc quinze boîtes à choisir au hasard sur deux-cent-vingt-six. L’aiguille, la botte de foin, tout ça.

Cour d'honneur. Jean-Christophe Ballot / BnF

Cour d’honneur. Jean-Christophe Ballot / BnF

Je me lève dès potron-minet pour exploiter au maximum ces trois jours dont semble dépendre une partie décisive de mon travail. Et cela passe d’abord par une confection minutieuse de l’en-cas qui devra me donner, à la mi-temps, les forces nécessaires à une performance optimale.

Plusieurs formules ont été testées par l’auteur, sans qu’une seule ne se soit vraiment imposée comme évidemment supérieure : une sandwichistique des archives s’impose. Sortir au métro Palais-Royal, et prendre la rue Vivienne pour atteindre le site Richelieu qui héberge le département des Manuscrits de la BnF. Les secrets de Claude Bourdet m’attendent donc au coeur de Paris, dans l’enceinte de ce qui fut notamment la bibliothèque royale. L’excitation due à la promesse d’une avancée significative dans mes recherches laisse place pendant un bon moment au charme du lieu, pourtant en travaux. Après m’être plié aux procédures de contrôles et d’enregistrement pour des raisons de sécurité et d’accréditation, je peux enfin pénétrer dans une aile de ce somptueux palais d’archives.

Un goût de revenez-y

Je monte jusqu’à la galerie mazarine, véritable cerise sur mon gâteau d’apprenti historien. Je me sens assez loin des centre d’archives lugubres promis à des étudiants prêts à faire passer la science avant le confort. Mes premiers pas se feront dans le faste, il fait même un peu chaud. Je vais chercher au bureau central l’une de ces immenses boîtes sur lesquelles est inscrit «Bourdet», je m’installe à la table attribuée pour la journée pour enfin partir à la rencontre de mon premier fonds d’archives.

Ces trois journées ont été de la plus haute importance pour la mise sur pied de l’étude de cas requise pour le mémoire de première année mais, dans le cadre de ces carnets de «Tribulations», je dois faire part ici de quelques regrets. La limite de cinq boîtes par jour m’a empêché d’accéder à la substantifique moelle du fonds Bourdet. Le fonds n’ayant pas été inventorié dans le détail, j’ai dû assez souvent composer avec d’épais dossiers composés aux trois-quarts de coupures de presse tout ce qu’il y a de plus impersonnel.

Ceci me tenant éloigné – parfois pendant de longs moments – de la source à laquelle je sais maintenant que je dois accorder une prédilection, les correspondances. L’interdiction de photographier les sources est une autre contrainte majeure ayant pesé sur ce bref passage aux archives, les documents du fonds Bourdet n’étant pas dans le domaine public. Et gare à qui voudrait y déroger, les voutes baroques de la galerie mazarine abritent un dragon baptisé “président de salle” qui veille jalousement sur la consultation des manuscrits depuis son îlot central, sa fureur s’abattant implacablement sur celui qui tenterait de braver l’interdit. Je n’ai donc pas pu rêvasser bien longtemps sur les peintures du plafond, le nez rivé sur mon ordinateur pour recopier les précieuses lettres et télégrammes que j’ai eu la chance de pouvoir consulter.

Depuis, le site Richelieu est fermé pour rénovation. J’attends avec impatience sa réouverture mi-décembre. D’ici là, j’ai le temps de retravailler mon étude sur les sandwichs…

 

 


Pierre Hamdi

Etudiant en Master 1 Histoire et civilisations modernes et contemporaines et aspirant journaliste. Mon travail , mené sous la direction de Jacques Cantier, porte sur la figure du journaliste engagé pendant la guerre d'Algérie. Avant tout cela, deux années d'histoire à l'Université Rennes 2, une année de philosophie et une Licence de Sciences Politiques à l'Université Rennes 1 et un Master 1 de Sciences Politiques et Relations internationales à l'Université de Marmara d'Istanbul.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.