Les sources : il faut savoir nager !

Paul Veyne, www.mollat.com

Paul Veyne, www.mollat.com

Le Graal des historiens, sans lesquelles il n’y aurait pas d’Histoire, ce sont les sources. Seules « preuves » acceptées par le monde très fermé des historiens, elles sont sensées être la garantie absolue de la « vérité » historique.

Mais, cette vérité historique évolue et change, le rôle de plus en plus important de l’historiographie le démontre ! Les sources ont-elles changé pour autant ? Sont-elles la garantie absolue d’une histoire « vraie » ? Telle est ma question.

Trouver, sélectionner les sources

Comme pour une recherche bibliographique, l’enquête qui mène aux sources peut être longue et difficile. Il faut toutefois reconnaître en général que la source principale est relativement vite identifiée, localisée, prête à être dépouillée. En ce qui me concerne, les archives du département détiennent la source principale qui m’intéresse : un fonds privé, remis aux Archives départementales de Haute-Garonne vers le milieu du XXe siècle. Mais il y en a 19 mètres linéaires ! Il va falloir, trier, sélectionner, choisir, et donc abandonner une partie de ces sources pour le travail de master.  Choisir au hasard parmi plus de 30 000 lettres ? Ne garder qu’une période ? Que faire ? Il peut se cacher une véritable « pépite » dans la seule lettre qui n’aura pas été lue ! La souffrance résulte de l’abondance. La multiplicité des choix génère l’angoisse.

Que cachent les sources ?

De plus, ironie ultime, les intitulés des documents sont assez souvent très trompeurs. Par exemple, un petit carnet noir dénommé dans l’inventaire « ventes pâtés et vins 1863 » où j’espère enfin trouver des ventes de pâtés sur la ville de Toulouse (une quête encore vaine pour le moment) est en fait un carnet comportant uniquement des dépenses de blanchisserie, sans aucun intérêt pour mes recherches actuelles. En outre, quelle crédibilité accorder à des annuaires du XIXe siècle dans lesquels les auteurs sont très visiblement partisans et rivaux ? Quand l’un affirme qu’il « ne dit que la vérité et toute la vérité », il semble plus sérieux d’être très prudente sur les affirmations rédigées. Quelle vérité derrière ces sources ?

Que de difficultés !

extrait enregistrement succession Auguste Tivollier, Archives départementales, WQ 7425

Extrait enregistrement succession Auguste Tivollier, Archives départementales, WQ 7425

La première difficulté est celle qui consiste à déchiffrer les documents. Très nombreux sont ceux dont l’encre datant du milieu du XIXe siècle est devenue totalement ou presque illisible. Quelques mots permettent parfois de deviner l’objet de certaines lettres mais trop souvent, même cela est impossible. Une seconde difficulté est de lire correctement ce qui est lisible. Est-ce un R majuscule, un S, un f, une abréviation ? Troisième problème, une information semble intéressante mais est-elle utile pour le mémoire ? Comment l’introduire dans le travail rédigé ? N’est-ce pas qu’une anecdote sans intérêt ? De plus, des erreurs de débutante font parfois perdre beaucoup de temps. Cette photo, de quel document provient-elle ? De quelle année ? Elles se ressemblent toutes et le référencement, qui est maintenant systématique et immédiat, est une dure leçon à apprendre.

Le dépouillement, la rédaction

tse de thé anglaise, deschiffresetdeslettresatoulouse.com

Tasse de thé anglaise, deschiffresetdeslettresatoulouse.com

Heureusement il y a les ordinateurs portables et les logiciels modernes. La saisie, sur les lieux où sont déposées mes sources est faite grâce à Excel, permettant tri et classement, en principe encore aisé, par la suite. Après avoir noté soigneusement les cotes des documents étudiés, je copie les points clés de ces derniers, en principe (toujours) de manière logique qui devrait permettre une utilisation sans problème pour la rédaction ultérieure. Le second niveau de dépouillement est ensuite toujours réalisé sous Excel : graphiques, tableaux triés, mais tranquillement, un peu plus tard (mais pas trop). Si des points apparaissent comme manquants, il est encore temps de revenir chercher à la source l’information omise. Un premier jet de rédaction est ensuite réalisé sous Word, tranquillement à la maison, bien installée à mon bureau, toujours avec une tasse de thé à portée de la main. C’est cette rédaction qui est communiquée à ma directrice de recherche et qui est améliorée sur ses recommandations par la suite.

Crédit à la Une : CC,  Leech Books, VIII; On lucky and unlucky days, wikimedia.org,


Elizabeth Boussie

Retraitée encore active, en master 2 d’histoire contemporaine à Toulouse Jean Jaurès, refusant de se plonger dans les massacres, les guerres, les minorités opprimées ou tout autre malheur du monde, refusant aussi de devenir une grand-mère gâteau, une grand-mère nounou ou une grand-mère confiture, je suis donc devenue une étudiante sérieuse et assidue. Je travaille en effet actuellement sur l’histoire d’un produit alimentaire qui connut un succès important à Toulouse dans la seconde moitié du XIXème siècle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *