14 août « j’suis large, je le fais demain »

bottom_img_19

Creative Commons, Jean Luc Carpentier

La recherche… une épreuve au quotidien qui demande de savoir jongler entre un besoin rigoureux de travail, les impératifs de la vie quotidienne et les crises existentielles qui poussent à tout plaquer pour partir élever des chèvres dans les tréfonds de l’Ariège.

Le quotidien du chercheur passe obligatoirement par plusieurs étapes, plus ou moins longues, plus ou moins contraignantes et enthousiasmantes. De la planification d’une journée à sa concrétisation, du cadre de travail au partage de ce dernier avec l’entourage, arrêtez-vous quelques minutes sur mon quotidien de chercheur.

Étape 1 : Planification

Je ne suis pas quelqu’un de particulièrement organisé. Je n’ai pas, comme certains de mes camarades (qui restent des énigmes pour moi), tout planifié en dressant un emploi du temps précis. Aussi mon « organisation » au quotidien n’a d’organisation que le nom. Pendant le premier semestre de la première année, j’avais pris l’habitude de rejoindre un groupe de camarades deux fois par semaine. Nous avions alors tous les mêmes objectifs : réaliser une bibliographie et une historiographie. Le fait de travailler en groupe sur un même thème a favorisé l’entraide et a apporté à tous, je pense, une motivation supplémentaire. Le second semestre a lui été beaucoup plus solitaire et la régularité dans le travail s’en est fortement ressentie. En ce début de seconde année, la tendance est à la continuité de la fin de la première année : un travail solitaire et très décousu en matière de constance. Deux lieux de travail sont privilégiés : les bibliothèques de l’université et mon lit mon bureau personnel.

Wikimedia Commons, Sebjarod

Wikimedia Commons, Sebjarod

Étape 2 : Préparation

Bien que disposant d’un ordinateur et ayant une bonne maîtrise de l’outil informatique, l’essentiel de mes brouillons de chercheur s’est fait sur un cahier traditionnel. N’y voyez pas là une tentative de retour aux classes de mon enfance mais une obligation pratique. L’accès à mes sources étant effectué via mon ordinateur (je rappelle que ces sources sont surtout des interviews vidéos), la prise de notes est simplifiée si elle est réalisée à part. Par contre la synthèse de ces notes est effectuée directement avec le traitement de texte de mon ordinateur.

Étape 3 : Diffusion

broadcast-297434_960_720La recherche, que vous le vouliez ou non, prend une place considérable dans votre vie quotidienne. Pas nécessairement parce qu’elle nous obnubile mais parce que votre entourage vous renvoie constamment à elle : « Comment a été ta journée/semaine ? Hé bien écoute, j’ai écouté un illustre inconnu, plutôt âgé, me parler de l’importance d’un traité que tout le monde a oublié. Ah super… » Oui bon d’accord, ça c’est plutôt l’exemple des jours sans. Les jours avec on essaye de faire vivre un peu plus le sujet : « L’Europe […] au cœur de nos vies […] décriée dans les médias […] la nécessaire compréhension de nos sociétés ».

En fonction du public, l’attention est plus ou moins vive. Mes parents ne sont pas vraiment intéressés, mes sœurs à peine plus, et le reste de ma famille pense que je suis prof. La vraie écoute vient des amis alors ? Non, clairement non. Déjà parce que dans une soirée arrosée, la vie et l’œuvre d’un diplomate belge ne soulèvent pas les foules et ensuite parce qu’on ne se sent pas toujours d’expliquer pour la cinquième fois à quel point le groupe de travail de Val-Duchesse est important.

Restent les camarades, les compagnons de galère. Eux écoutent parce qu’ils vivent plus ou moins la même chose et parce qu’ils veulent eux aussi partager leur quotidien. Je ne dis pas que l’histoire n’est pas passionnante pour le grand public, au contraire même, mais plus j’en fais, plus je vois de colloques, plus je me dis que l’historien n’est pas capable de faire vivre cette histoire. Il a lâché l’affaire, Stéphane Bern a repris le flambeau. N’ayant pas trouvé la solution et le temps pour captiver une plus large audience, je ne diffuse pas mes recherches sur les réseaux sociaux. Je ne cherche pas non plus à créer un réseau de chercheurs car je sais ne pas y être à ma place.

Étape ∞ : Procrastination

Pour conclure ce billet, parlons de ce qui a été au cœur de ma recherche de M1 : la procrastination, cette capacité fabuleuse à ne pas travailler. Oui je le confesse, la majeure partie de mon année a consisté à ne rien faire au niveau universitaire. Deux choses sont toutefois à distinguer  : le travail pour les cours et le travail pour le mémoire. Je n’ai pas eu un enthousiasme débordant pour ce premier point, et je suis persuadé que cela n’est valable que pour mon cas uniquement. Du coup rien de bien intéressant à dire ou développer puisqu’il est clair que je ne suis pas assez corporate et que mon avis ne sera pas le reflet de la réalité. Le second point, c’est la procrastination pendant la réalisation du mémoire. Certaines phases, comme par exemple celle de l’historiographie, ont été plus ennuyeuses que d’autres, le manque de travail s’en est trouvé décuplé. La période de la rédaction, pendant l’été en plus, a elle aussi était sujette à la procrastination. Mais sérieusement, entre-nous, est-ce que regarder Stranger Things n’est pas plus stimulant que de taper 150 pages ?

Crédit image à la une, Wikipedia Commons, Camille Stromboni


Samuel Roques

Diplômé d’un DUT Information-Communication en 2012 et d’une licence en Histoire en 2015.
Étudiant en Master 2 Histoire contemporaine sous la direction de Bertrand Vayssière, mon sujet d’étude porte sur les acteurs de la construction européenne dans les années 60, c’est à dire à l’époque où l’institution s’invente et s’organise.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *