La recherche au quotidien pour rattraper le temps perdu

Ma référence première : la thèse de Laure Teulières sur l'immigration italienne dans le Sud-Ouest. (Photo Raphaëlle Talbot)

Ma référence première : la thèse de Laure Teulières sur l’immigration italienne dans le Sud-Ouest. (Tous droits réservés Raphaëlle Talbot)

Mon mémoire de M1 sur les politiques d’accueil des immigrés italiens dans la région, effectué en filière Sciences Politiques, est moins riche que ceux de mes camarades. C’est la raison pour laquelle je dois redoubler de travail cette année pour élargir mes recherches et étoffer mon historiographie. Au quotidien, je m’efforce de réaliser le maximum de recherche possible.

Horaires de travail : un mi-temps non payé

Quand on est étudiant en Master recherche, du temps est dégagé pour nous laisser « chercher ». Dans mon emploi du temps, deux jours de la semaine y sont consacrés, le jeudi et vendredi. Pour chacune de ces journées, je consacre à peu près sept heures à ce travail. Le reste de la semaine, deux heures par jour sont dédiées à la réflexion sur mon travail. Au total, plus de vingt heures dans ma semaine sont utilisées à la recherche, un mi-temps de chercheuse, mais non payé, rassurez-vous.
Selon ma motivation, je travaille depuis chez moi ou dans des bibliothèques. Rue du Taur, à Toulouse, se trouve la meilleure d’entre elles, selon moi. Au fond d’une cour, se cache la Bibliothèque d’Études Méridionales : un plancher clair, des briques rouges, des livres à portée de vue, des tables face-à-face, un silence roi. Aussi, entre les heures de cours, j’ai l’habitude de passer du temps à la Bibliothèque universitaire de l’Université Toulouse 2 Jean-Jaurès.

Un « bordel organisé » dont j’ai le secret

giphyFeuilles volantes, carnet, traitement informatique, tous les moyens sont bons pour noter les informations récoltées. Plus petit, je me sers du carnet pour gribouiller quelques notes lorsque je réfléchis à mon sujet dans le métro, dans la salle d’attente du médecin ou dans le train. Lorsque mon temps est destiné à la recherche, l’ordinateur me permet de retranscrire le plus d’informations possibles et de les insérer dans les parties de mon mémoire. Une feuille volante est toujours à  mes côtés, où le plan de ma réflexion est posé.

La première hantise du chercheur, après avoir retranscrit toutes ses lectures fructueuses est de les perdre. Pour éviter cela, j’enregistre mes données sur mon ordinateur et également sur une clé USB. La deuxième est la procrastination. Reporter le travail au lendemain est tentant, mais détruisant. Notre année de Master 2 nous oblige à repousser ce fléau commun car le temps nous est compté. Or, après une journée de recherche de sept heures effectuée, l’envie de sortir des livres est grande, mais les informations « fraîches » sont les plus exploitables. Alors comment lutter ? Il faut s’organiser ! Attribuer deux heures par jour et deux journées complètes à la recherche, et s’y tenir, c’est la clé de la réussite, et de la lutte contre la procrastination.

Un entourage concerné et donc intéressé

Le sujet de mon mémoire a été pour une part motivé par une histoire de famille. En effet, mes arrières-grands-parents maternels ont quitté l’Italie du Nord pour le département rural du Gers en 1927. Ma grand-mère est née en France en 1931 et a grandi bercée par cette histoire. La migration de ces Piémontais m’est connue depuis mon enfance, le choix de mon sujet intéresse donc aujourd’hui mon entourage. Dès que possible, je relate donc mes recherches à ma famille. D’ailleurs, une tante et ma mère m’ont proposé de se joindre à moi aux archives. L’occasion ne s’est jamais présentée, mais prouve l’intérêt porté.

Quelle visibilité ?

Visible sur des réseaux sociaux, je suis inscrite sur LinkedIn et Twitter. Ces réseaux professionnels permettent de décrire notre formation et nos travaux en cours. Mon sujet de mémoire est donc apparent sur le Net. Connectée et suivie par des professeurs d’histoire, je ne communique cependant pas avec eux via ses réseaux sociaux. L’utilisation est plus informative, c’est-à-dire que je m’informe de la tenue de conférences ou de sorties de livres sur mon sujet.

 

Crédits Image à la Une : Tous droits réservé Raphaëlle Talbot


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *