Aventurière du temps perdu

Crédits à la une. Copyright Pixabay 2106 https://pixabay.com/fr/voyage-entreprise-aventure-rubrique-252945/

Crédits à la une. Copyright Pixabay 2106 https://pixabay.com/fr/voyage-entreprise-aventure-rubrique-252945/

Travailler à temps plein et mener en parallèle un master d’histoire demande d’avoir des nerfs solides. A la semaine de travail à la bibliothèque universitaire centrale s’ajoutent quatre heures de cours qu’il faut suivre en présentiel et les séminaires. Il  reste le soir, le weekend et les vacances pour travailler. Il faut alors s’organiser pour appréhender les archives et élaborer les outils pour traiter un grand volume d’informations.

Paradoxalement, j’arrive à grappiller du temps en attrapant au vol des secondes inattendues. Il est possible de lire dans un bus et même d’y prendre des notes ! Un trajet en métro est l’occasion de parcourir un chapitre ou un article. Le moindre déplacement peut être mis à profit.

Dompter le temps

Livre et notes Stengers. Stéphanie Delmotte Tous droits réservés

Livre de Stengers et notes. Stéphanie Delmotte Tous droits réservés

Je suis capable de prendre des notes presque dans n’importe quelle situation. J’utilise des feuilles issues de le récupération d’impressions inutiles, que je coupe en deux au format demi A4 . J’emploie aussi des fiches de bloc-notes. Elles sont intercalées dans les livres que je parcours au fur et à mesure. Je mets à profit les déplacements quels qu’ils soient : avion, train, métro, bus … Ensuite, je reprends les données saisies pour les intégrer dans une base de données ou des fiches thématiques.

Je travaille dans les centres d’archives où j’accumule les sources. J’y travaille avec ma sœur qui est la mémoire de la famille ; elle a des souvenirs personnels de l’entreprise Planco et de son fondateur Fernand Delmotte. Elle peut confronter ses souvenirs avec les faits que nous découvrons toutes les deux dans les archives. Ensuite chez moi, je dois reprendre les fichiers numérisés et les nommer puis les placer dans ma base de données documentaire. Je reprends aussi les numéros de fichiers sur des listes en notant leur contenu au fur et à mesure du dépouillement.

Base documentaire de scans et photos. Stéphanie Delmotte tous droits réservés

Base documentaire de scans et photos. Stéphanie Delmotte tous droits réservés

Je réalise ma recherche avec plusieurs types de supports. Je prépare mes séjours aux archives avec des listes de documents à scanner et des références des publications officielles. Je complète ensuite ces listes manuellement pour vérifier ce qui est déjà archivé et ce qui doit encore l’être. Je reprends ensuite les informations dans des bases de données différentes selon leur typologie. Les données chiffrées liées aux bilans comptables ou aux produits commercialisés sont traitées dans des tableurs. Les autres informations vont constituer une base de données reliées entre elles pour faciliter leur traitement ultérieur.

Plongée dans les archives

Je parle de mes recherches avec les personnes de ma famille qui veulent, elles aussi, en savoir plus sur cette histoire. J’échange avec des doctorants, en histoire ou dans d’autres disciplines. Je peux aussi compter sur mes amis qui me donnent un avis constructif sur la rédaction en cours.

Les réactions de mes interlocuteurs sont souvent assez violentes. C’est là que l’on comprend que ce sujet est sensible et que l’histoire d’un colon au Congo belge suscite toujours des positions très tranchées, pour ou contre. Selon la personne en face de moi, j’ai le reproche d’être trop pour la colonisation ou bien trop contre. Je ne suis pas pour la colonisation. L’intérêt de ce travail d’histoire était de viser une certaine objectivité. Mais la recherche scientifique est toujours ancrée dans une époque et sa façon de penser, comme le souligne Thomas Kuhn dans La structure des révolutions scientifiques. Est-il possible de relater des faits sans prendre position et sans poser des jugements sans appel ? Peut-on parler du Congo belge sans être en butte aux poncifs qui circulent sur le sujet ? Peut-on dépasser le mythe des « mains coupées » et sortir des idées éculées sur l’État indépendant du Congo véhiculées par l’empire anglais et relayées souvent sans nuances par certains historiens ? Peut-on traiter la période de la colonie sans ces amalgames ? Peut-on parler de gens simples qui avaient une entreprise, sans les confondre avec des esclavagistes et des fonctionnaires corrompus ou des actionnaires privés qui se sont enrichis sur la misère des populations ? Ces questions sont pour le moment sans réponse…

Mayumbe, 1910, Congolais avec pipe, Archives familiales. Tous droits réservés Stéphanie Delmotte

Mayumbe, 1910, Congolais avec pipe, Archives familiales. Tous droits réservés Stéphanie Delmotte

Je suis complètement plongée dans l’histoire de mon grand-père car j’ai la chance de pouvoir lire ses centaines de lettres, qui donnent une foule de détails sur la vie de l’époque. Je suis toute son aventure, pas à pas. Sa vie est peu ordinaire. Il était bien de son époque mais il semble impossible de faire voir qu’il n’était pas un monstre pour autant. Moi-même j’ai effectué ce cheminement du rejet théorique de la colonisation à une approche contrastée des personnes resituées dans leur contexte. Le temps n’est peut-être pas encore venu de faire entendre une histoire pétrie de paradoxes ni d’exposer des faits nuancés.

 


delmotte

Doctorat en sciences de l'information et de la communication 2007 Expert en métadonnées Édition numérique en sciences humaines et sociales Histoire moderne et contemporaine née au Congo Belge

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *