L’œuvre au jaune : la recherche sublimée au quotidien

Tous droits réservés. Une page d'un carnet de notes personnel.

Une page d’un carnet de notes personnel. Tous droits réservés Isabelle Laur

Avancer vers le Grand Œuvre n’est pas chose aisée, le quotidien de la recherche est âpre, souvent ingrat lorsque les dépouillements prennent plus de temps que prévu. Ils n’apportent pas toujours les résultats espérés.

L’étape de la citrinitas pour désigner l’œuvre au jaune, est placée sous le signe de Vénus, et il faut aimer l’objet de sa recherche au quotidien pour ne pas se décourager et réussir à sublimer la matière première retrouvée. Pour rendre la recherche féconde, il faut procéder à diverses combinaisons de données ou se laisser porter par la sérendipité.

Recueillir les données au quotidien

Les lundi, mercredi et jeudi sont dévolus à divers cours qui impliquent une part de préparation pendant le week-end, souvent le dimanche. Ce sont des journées à l’université de Toulouse 2 – Jean Jaurès où je peux fréquenter les bibliothèques, celle du Centre Olympe de Gouges (CROG) et la Bibliothèque Universitaire Centrale (BUC) pour élaborer ma bibliographie notamment. Il me reste le mardi, le vendredi et le samedi pour recueillir des données pour ma recherche. Pour l’instant, je fréquente surtout la Bibliothèque Patrimoniale et de Recherche du Grand Cahors (BPR) et les Archives départementales du Lot en ces premiers mois de recherche : le mardi matin ou le vendredi matin est dévolu à des recherches dans le fonds Greil à la BPR de 8 h 30 à 12 h et le vendredi matin et/ou après-midi de 8 h 30 à 12 h et/ou de 13 h à 17 h à des dépouillements de registres notariés aux Archives départementales du Lot sauf exception comme le 11 novembre.

Il me faut aussi fréquenter virtuellement le site des Archives départementales du Lot (ainsi que celui du Tarn-et-Garonne) pour accéder aux registres paroissiaux : j’ai commencé à travailler sur les premiers registres concernant le village de Gigouzac depuis 1633. Chez moi, je m’octroie souvent un temps de dépouillement sur deux heures environ avant de faire une pause. Sur le semestre, je constate que je fréquente de plus en plus les centres d’Archives virtuellement. Le travail sur les registres notariés est plus ingrat que celui sur les registres paroissiaux. Pour noter certains éléments, j’utilise des carnets de notes qui tiennent dans la main. Cela permet de retracer un parcours de recherche pour une journée ou quelques minutes de réflexion.

Enrichir et combiner les données

Pour faire un bilan des données recueillies, il me faut aussi construire une base de données sous Filemaker Pro Advanced qui en est encore à ses balbutiements. Ma capacité à procrastiner consiste actuellement à remettre toujours au lendemain l’élaboration de cette base de données. Le temps passe si vite que je me rends compte que depuis deux mois, je n’ai pas beaucoup avancé sur ce point.

Pouvoir discuter de ma recherche avec de la famille, des amis, d’autres étudiant(e)s du Master 2, des personnels d’Archives et de Bibliothèques, des chercheurs et des enseignants-chercheurs m’amène à revoir certains points de ma réflexion et à l’enrichir. L’œuvre au jaune est ainsi sublimée. Je travaille seule mais tous les échanges que je peux avoir au sujet de cette recherche nourrissent mon projet. Il n’est pas toujours facile pour le cercle des proches de percevoir l’intérêt de ma recherche pour l’Histoire. Cela l’est davantage pour les autres étudiants et les chercheurs, enseignants ou doctorants. Je sais que je ne suis pas forcément visible sur le Web en n’utilisant pas Facebook et en usant de Twitter avec parcimonie. En tout cas, les présents billets de ce carnet donnent une certaine visibilité à ma recherche. Cela est largement suffisant à mon sens pour créer des liens avec d’autres chercheurs par le biais des commentaires. L’ensemble participe au Grand Œuvre qui se transforme sans cesse. De l’œuvre au noir à l’œuvre au jaune, le chemin de la recherche est ponctué de sinuosités.

Crédits image à la Une : Tous droits réservés. Détail d’un carnet de notes personnel. Photographie prise par I. Laur.

 


Isabelle Laur

Je suis étudiante en Master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine à l'Université de Toulouse 2-Jean Jaurès pour l'année universitaire 2016-2017. Je suis titulaire d'un CAPES d'Histoire et Géographie. J'ai précédemment accompli un Master 2 Archives et Images à l'Université de Toulouse 2-Jean Jaurès en 2015-2016. J'ai obtenu le concours d'attaché territorial de conservation du patrimoine option Archives fin septembre 2016.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Isabelle Laur, L’œuvre au jaune : la recherche sublimée au quotidien […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *