Vous avez dit chercher ?

En quête d'inspiration (et de motivation), CF, tous droits réservés

En quête d’inspiration (et de motivation), Cyrielle Forses, tous droits réservés

Je suis de ces gens que l’on dit du matin. En effet, mes séances de travail sont bien plus efficaces entre 8 et 13 heures, et par conséquent, les jours où il n’y a pas cours. Passé le repas du midi, c’est une toute autre histoire. Vous voyez le petit suricate des documentaires animaliers qui pique du nez ? Voilà, c’est moi. 

Enfin, je dis cela, mais tout dépend des tâches à effectuer au cours de la journée et de l’année, qui sont au nombre de trois : lecture, dépouillement, rédaction. Papillonner est plutôt réservé à la bibliographie et à l’écriture. Pour ce qui est des archives, je fais preuve d’un peu plus de résistance. Je peux aisément passer toute une journée plongée dans les sources, sur toute une semaine. Je pense que c’est tout simplement parce que c’est cette partie-là de la recherche que je préfère : le contact avec les vieux papiers.

Les pérégrinations du chercheur solitaire

Le caractère assez isolé de la recherche ne n’importune pas, bien au contraire. Je suis assez enchantée par l’idée d’être dans une petite bulle, d’étudier un sujet « à moi » sur lequel personne, ou presque, ne réfléchit. C’est pour cette raison que je suis plutôt partisane du travail fait seule : pas de tentations de bavardages intempestifs. Par conséquent, je travaille soit à domicile ou je me crée un cocon propice à l’étude en bibliothèque, avec une prédilection pour la Bibliothèque d’Etudes Méridionales (c’est l’ambiance Poudlard) ou aux Archives départementales du Cantal. Elles sont très rapidement devenues un environnement agréable, familier et bienveillant où le silence est d’or.

Pour m’accompagner, les supports de recherche varient une fois de plus selon les tâches : armée d’un crayon à papier pour la lecture puis recours au numérique pour ficher les ouvrages et utilisation de tableaux sous format papier pour consigner les résultats dénichés dans mes sources. Par ailleurs, depuis le début du M1, je note quotidiennement les avancées (et méandres) de ma recherche dans un carnet de bord.

Comme je suis à l’aise avec la recherche solitaire, je n’éprouve pas nécessairement le besoin d’en parler spontanément autour de moi, mais je suis toujours ravie de répondre aux questions. Ma famille trouve mon sujet très intéressant parce qu’elle est cantalienne, au même titre que les « petits rebelles » que j’étudie, mais elle est depuis longtemps dépassée par ce cursus universitaire qu’elle n’a pas embrassé. Mes amis sont d’un soutien indéfectible et d’une curiosité vivace teintée d’admiration, réaction que je ne comprends toujours pas, car finalement la recherche me semble à portée de toute personne passionnée. De plus, il est toujours rassurant de pouvoir discuter, échanger, se rassurer (et pleurer) auprès des camarades du Master.

Néanmoins, cette solitude, assez plaisante ordinairement, devient très pesante au moment de la rédaction. Cette dernière s’est avérée l’étape moralement la plus difficile du M1 et je la redoute déjà pour cette année.

« Recherche temps désespérément »

Procrastination Meme, Courtesy of LuvImages.com, tous droits réservés

Procrastination Meme, Courtesy of LuvImages.com, tous droits réservés

Le paragraphe précédent donne l’impression d’un travail harmonieux et journalier, mais ne vous y fiez pas. Chercher, c’est aussi apprendre à se connaître et bien souvent cet apprentissage consiste davantage à dresser la liste de ses faiblesses que celle de ses qualités. Parmi ces défauts, deux sont véritablement handicapants : l’irrégularité et (ô surprise) la procrastination. Et au fil du temps, la pendule est devenue l’ennemi à abattre. En septembre, on se dit que l’on a neuf longs mois devant soi, en octobre qu’il faudrait songer à s’y plonger sérieusement ; là c’est la mi-novembre et il y a urgence !

Bien plus que de la simple fainéantise, la pernicieuse habitude de remettre tout au lendemain est également synonyme d’angoisse quotidienne : la peur de ne pas arriver au résultat escompté me paralyse et m’oblige à repousser continuellement les tâches dues jusqu’au jour où il n’est plus possible de s’échapper… Toutefois, la procrastination ne signifie pas pour autant le sommeil des réflexions. Après tout, le chercheur n’est-il pas en perpétuelle cogitation ?

Credits Image à la une : scientificbrains.com, tous droits réservés

 

 

 


Cyrielle Forses

Cyrielle Forses, étudiante en Master 2 Histoire moderne sous la direction de Valérie Sottocasa. L’objet de mon étude porte sur les résistances à la Révolution dans le Cantal à travers les prismes langagier et gestuel avec comme bornes chronologiques 1791-1799

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *