La recherche n’est pas un long fleuve tranquille

CC, Procrastination, Flickr, Vic, 2011.

Au quotidien, la recherche n’est pas un long fleuve tranquille. Elle ne suit pas le calendrier préparé avec minutie au début de l’année ; elle varie au gré des personnalités, des envies, de l’humeur et des possibilités qui s’offrent à elle. Soumise aux imprévus de la vie ainsi qu’aux allées et venues de la motivation, elle implique une adaptabilité et une remise en question permanente chez le jeune chercheur.

C’est pourquoi, lorsque la volonté de travailler se manifeste, ce qui peut être assez rare chez certaines personnes dont je fais partie, il faut saisir ce moment. Quand je ne « procrastine pas », je travaille toujours seule : chez moi de préférence, ou dans un endroit très calme comme aux archives ou dans certaines bibliothèques par exemple. Munie d’un appareil photo ainsi que d’une base de données relativement conséquente à la fin de ma première année de master, je préfère néanmoins écrire à la main sur des feuilles volantes plutôt que sur un logiciel de traitement de texte que je juge froid et austère.

Travailler en groupe ne me rebute pas. Néanmoins, cela m’apparaît comme une source de distraction et je suis généralement moins efficace, surtout si nous ne travaillons pas sur le même sujet. Je préfère également travailler moins souvent mais le plus efficacement possible. Ainsi, au lieu de me pencher sur mes recherches un peu chaque soir de la semaine, je préfère y consacrer un à deux jours par semaine. Si mes facilités d’apprentissage et de synthèse sont des atouts cruciaux, je reconnais que mon manque de motivation est parfois difficile à surmonter. Pour un jour de travail, je réalise deux jours de procrastination. Cependant, je remarque qu’il existe certains moyens de dépasser ces moments pour de me concentrer sur mes recherches.

Les remèdes à la procrastination

Pour pallier ces égarements de l’esprit, il existe des sources de concentration et de motivation indéfectibles ou presque: notre entourage. Dans mon cas, il s’agit de mes amis et de ma famille. Si les membres de cette dernière ne semblent pas toujours rassurés par les débouchés professionnels de mes études malgré leur goût prononcé pour l’histoire, leur curiosité pour mon sujet de recherche sur les Femmes collaboratrices en Haute-Garonne ne faiblit pas. J’ai ainsi pu me rendre compte de l’intérêt et de l’implication de ma famille dans mes recherches au moment où ma grand-mère a décidé de mobiliser ses amis ainsi que le maire de sa ville afin qu’il m’apporte des renseignements. La recherche a parfois des bénéfices insoupçonnés.

Lorsque j’en parle autour de moi, ce sujet est généralement source de discussion, aussi bien avec des proches qu’avec des inconnus.  Les différents aspects de mon travail me semblent également plus clairs lorsqu’ils sont exprimés à voix haute et à destination d’autrui. À ces sources de motivation s’ajoutent les interrogations émises par divers locuteurs, qui sont autant de pistes d’étude pour mon sujet. En bref, parler de mon sujet et expliquer les principaux enjeux en voyant un auditoire curieux, suffit à donner un sens et une légitimité à mes recherches.

Crédits Image à la Une : CC, Nord Presse, Alan Smithee, 2016.


Lisa Laborde-tuya

En 2016, étudiante en master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine à l’ Université Jean Jaurès de Toulouse, je réalise un mémoire sous la direction de Sylvie Chaperon, sur les Femmes collaboratrices en Haute-Garonne de par mon intérêt pour l’Histoire des femmes, les questions de genre dans la guerre et la thématique de femmes et violence. Diplômée d’un BAC ES option européenne anglais, j’ai par la suite obtenu une licence Bi-disciplinaire en Histoire et Histoire de l’Art, Archéologie dans cette même université.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *