Procrastiner pour mieux régner

La procrastination n'est pas un péché, tous droits réservés, Someecards.com

La procrastination n’est pas un péché, tous droits réservés, Someecards.com

Si la rédaction de cette deuxième partie de recherche prend beaucoup de temps, elle a aussi été pensée de manière complémentaire avec la première année de Master. Complémentaire car les bases de données avaient déjà été terminées de moitié l’an passé et car ce sujet, continuité directe du M1, est une étude envisagée depuis déjà plus d’un dans un ensemble. Dans ce contexte, la procrastination est un don, pas une plaie.

L’équation facile de l’étudiant feignant

 Si l’idée de me mettre au travail rapidement n’est pas une fatalité en soi, il faut tout de même se rendre à l’évidence : je me rapproche de la trentaine. Chaque matin est un peu plus dur à apprécier, à entamer, à prendre du bon pied. Et puis c’est aussi, déjà, la cinquième année d’études. Cinq ans, c’est long. Une journée aux archives c’est environ huit heures de travail sur place de 9h à 17h. Chaque feuillet consulté est un coup asséné sur le gong de la fatigue. Une journée à l’école dépend de l’humeur et du petit-déjeuner. Une journée à la bibliothèque peut durer entre six et sept heures pleines sans les pauses cigarettes, cafés et Facebook. A partir d’avril, les journées bibliothèques se dérouleront de 8h30 à 19h, histoire de compenser les journées au lit et les soirées entre amis.

Mai : quand on veut toujours faire la fête mais qu’on a trop procrastiné

Un étudiant de Master ne procrastine pas. Il se détend, doit s’aérer l’esprit parce qu’une bière n’a jamais fait de mal à personne… La recherche fatigue car elle est constante et ne quitte pas vraiment l’esprit. Combien de fois mon sommeil si fragile fut mis à mal par les assauts incessants d’un mini-moi étudiant, debout au pied de mon lit et m’interpellant : « Tu vas tout rater ! ». La recherche prend aux tripes et pour quelqu’un de stressé, c’est vite usant de dédier toutes ses pensées à cet exercice. Je ne procrastine pas, je voyage beaucoup ; je ne suis pas feignant, juste un peu dissipé. Remettre aux lendemains les choses qui doivent être faites le jour même n’est pas un défaut d’organisation mais un trait d’esprit. Vivre dans la précipitation n’a jamais servi à quiconque.

Les séries, le fléau conspirationniste anti-réussite scolaire, tous droits réservés, Geekandsundry.com

Les séries, le fléau conspirationniste anti-réussite scolaire, tous droits réservés, Geekandsundry.com

En 2004, le premier épisode de Lost était diffusé et c’est à ce moment-là que les mathématiques sont devenus trop compliqués. Apprenti-historien du cinéma, je ne m’éloigne pas de mes objectifs lorsque, subjugué, je regarde une série. Si la fin de saison de Breaking Bad tombe avant un partiel, le choix est vite fait. Et j’en suis navré. Il faudrait alors peut-être incriminer les producteurs et réalisateurs américains, à l’origine de ces épopées…

Procrastination autorisée si organisation il y a 

Le plus grand risque encouru par un étudiant de Master, c’est le manque d’organisation. Pour en revenir aux séries, il suffit juste d’échelonner les visionnages sur l’ensemble de la semaine et connaître les dates de diffusion aux Etats-Unis. Après une journée bien remplie, il est bon de se détendre et l’on peut visionner plus d’un épisode. Si l’apprenti-historien n’a pas progressé et trouvé mille excuses pour ne rien faire, il peut toujours se détendre. Perdre une journée n’est jamais une fatalité en soi. Il faut juste ne pas tomber dans l’écueil du sempiternel : « Ca va, je suis large ! ». Il s’agit aussi de ne jamais commencer la journée par regarder des séries, sinon l’engrenage infernal s’enclenche.

Le travail se fait seul et les épaules ne sont parfois pas assez solide pour la pression, Tous droits réservés, klaine.tumblr.com

Le travail se fait seul et les épaules ne sont parfois pas assez solide pour la pression, 

Un point à ne pas négliger aussi, c’est l’importance d’un sommeil équilibré. Certes, la dernière ligne droite vous semblera interminable et le sommeil n’existera plus mais c’est une des dernières épreuves. Le travail se fait le plus souvent seul, mes camarades étant généralement trop fainéants pour rester à la bibliothèque à mes cotés. Je ne citerai bien sur aucun nom mais certains ont élevé la procrastination au rang d’art. Le dernier étage de la bibliothèque centrale est le meilleur endroit pour travailler, alliant ergonomie, confort et calme (quand les étudiants de Licence ne sont pas en train de ricaner sur les poufs, avachis et flasques).

La réalisation de la recherche n’est jamais établie de manière continue : les feuilles volantes sont légion mais le traitement informatique demeure le pilier de l’ensemble de la recherche. Les notes manuscrites sont les brouillons, l’ordinateur, la base de données centrale. Si l’ordinateur tombe en panne ou est subtilisé par un criminel malveillant, l’étudiant meurt. Les données concernant les sources sont directement mises dans des tableurs Excel ou sur des documents Word, sauvegardés sur l’ordinateur, sur disque dur, sur la plateforme Hubic et sont aussi systématiquement envoyés par mail sur l’adresse mail personnel de l’étudiant. On n’est jamais trop prudent.

La recherche ou l’histoire sans fin

L'histoire sans fin ou l'abandon de tentative d'explications, Tous droits réservés, Neue Constantin Film, Bavaria Studios, WestDeutscher RundFunk

L’histoire sans fin ou l’abandon de tentative d’explications, Tous droits réservés, Neue Constantin Film, Bavaria Studios, WestDeutscher RundFunk

Les papotages et autres commérages concernant la recherche se font surtout entre camarades de classe et amis, à condition qu’ils aient déjà fait de la recherche. Le reste du monde semble touché par une sorte d’incompréhension latente, sorte de miroir opaque qui leur empêche de comprendre le principe d’un mémoire de recherche. L’abandon avec l’entourage familial s’est fait à la fin du Master 1 après un énième questionnement du type : « Mais je ne comprends pas, cela consiste en quoi au juste ? », ou l’interrogation encore plus énervante : « Mais tu fais quoi depuis un an ? » et l’éternel « Cela va te servir à quoi plus tard ? ».

La compréhension du sujet est donc très faible. En dehors du cercle scolaire, il est quasiment impossible d’expliquer le but de ce Master, ce qui me fait me questionner moi-même sur l’utilité et la finalité de celui-ci. Mon père pense toujours que je suis en Licence, ma mère pensait que le mémoire de la première année était le seul et le dernier. L’une de mes sœurs ne voit pas l’intérêt de rester si longtemps en cours et l’autre n’a toujours pas saisi le sujet du mémoire. Attention ce n’est pas de l’ignorance, juste un désintérêt total et une incompréhension du système de mémoire et du travail que cela demande. Si l’on se plaint de la difficulté et de la fatigue, la réponse est souvent immédiate : « Qu’est-ce que cela va être quand t’auras un travail ? ». La réponse typique de frustré-pénible venant de gens qui savent généralement que tu travailles depuis tes 17 ans et que c’est justement pour prétendre à un peu plus flamboyant qu’un job d’équipier à Mcdonald’s (cinq années à mon actif) que tu fais des études.

La réaction familiale quand je parle du mémoire, tous droits réservés, Cartoon Network, courtesy of Pendleton Ward

La réaction familiale quand je parle du mémoire

Ma visibilité sur le web est à peu près équivalente à celle d’une youtubeuse beauté de treize ans qui fait sa toute première vidéo sur le thème de « Comment dissimuler son acné ? » sur sa chaîne Make-up. Le mémoire de Master 1 est accessible mais n’est pas censé l’être (mes connaissances en informatique étant très limitées, associées à une mauvaise manipulation, elles ont provoqué la mise en ligne de mon mémoire, à mon grand désespoir). Je n’ai jamais saisi l’intérêt de Twitter, Facebook ne me sert que dans le cercle privé et ne suis présent sur aucune plateforme universitaire. Premièrement, je n’ai rien à dire et deuxièmement, je n’ai pas la prétention de poster trente publications par jour…

Crédits image à la Une : Tous droits réservés, Warner Bros, « Quand j’essaye d’impressionner le professeur d’Informatique »


Alessandro Bessy

Etudiant en Master 2 recherche en Histoire contemporaine (2015-2016) avec une spécialisation en histoire du cinéma, Les recherches d’Alessandro Bessy se portent actuellement sur les œuvres inachevées d’Abel Gance de 1937 à 1973 sous la direction de Mme Natacha LAURENT. Cette deuxième année de Master lui permettra d’aborder plus en détails les deux projets de Gance, Giselle et Christophe Colomb, esquisses grandioses d’un auteur en quête d’une nouvelle consécration artistique.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *