Procrastination : le fléau du chercheur

tumblr_ncn36urbrb1rhs39mo1_500

Vivre pour procrastiner ou procrastiner pour vivre ? Telle est la question ! Source : Giphy

Le quotidien d’un chercheur, ce n’est pas toujours avoir le nez dans un ouvrage ou dans les archives, c’est aussi des temps pour se poser (parfois trop longtemps) ainsi que pour jouer en ligne réfléchir. Hélas, Facebook, Totalwar et Civilisation, les Dieux de la procrastination nous guettent à chaque clic de souris. Comment résister à leur appel ? Après avoir longuement expérimenté étudié le sujet, je vous propose un petit topo sur celui-ci.

Oui, un étudiant chercheur a une vie sociale

L’outil du chercheur, c’est le livre ou l’ordinateur. Cependant, il faut savoir déconnecter de temps à autre. Pour moi, c’est le théâtre qui permet de m’évader. Je le pratique en tant que professeur le mercredi et en tant qu’élève le samedi. J’ai ainsi l’occasion de décompresser, de souffler dans mon travail. Les soirées étudiantes sont un autre moyen de relâcher la pression, toujours avec modération. Le dimanche est souvent un jour en famille, autour d’un bon repas suivi par des jeux de société. Grâce à cela, j’évite de procrastiner le week-end. En revanche, il m’est plus difficile de me remettre au travail durant la semaine, mais avec de la volonté, tout est possible.

Le travail, c’est la santé

Paradoxalement, le meilleur moyen de ne pas procrastiner est de se lever tôt. En effet, j’ai remarqué que se réveiller aux aurores favorisait mon aptitude à travailler. Les jours où j’ai cours sont ceux qui sont les plus productifs au contraire des autres, souvent synonymes de procrastination. Le travail amène le travail ; j’ai donc décidé de rationaliser mon emploi du temps en activités diverses, allant de la lecture au théâtre. Je mets également à profit les « interruptions des activités pédagogiques » (comme on dit au Mirail) afin de me rendre aux Archives pour dépouiller un nombre maximum de cotes. Cela reste toujours insuffisant car le gène du procrastinateur est présent en moi.

Le gène du procrastinateur

Il existe, selon moi, des prédispositions naturelles à la procrastination. Peu importe si je me fixe un emploi du temps à respecter, ce gène me rattrape toujours. J’ai tendance à tout remettre au lendemain : l’analyse d’archives et d’ouvrages peuvent bien attendre demain. Afin de rédiger au mieux, j’estime qu’il faut que je travaille à tête reposée ; et même en commençant la rédaction le plus tôt possible, il m’arrive de tout effacer car le rendu ne me semble pas être de la qualité souhaitée. Je préfère également travailler dans l’urgence : cela procure une certaine adrénaline qui me motive et fait me sentir au maximum de mes capacités. C’est pour ces raisons que j’ai beaucoup de mal à commencer un exercice à l’avance. Je vous conseille donc d’optimiser vos capacités de travail.

Optimiser ses capacités de travail

Tout dépend de la capacité de travail de chacun. Personnellement, j’écris assez rapidement et d’instinct, ce qui me permet de terminer rapidement une rédaction. Cependant, cette dernière contient de nombreuses fautes et nécessite une seconde lecture. C’est pour cela que pour mon mémoire, deux relecteurs sont intervenus et m’ont aidé à le rédiger. Lorsque qu’une rédaction prend plus de temps, il faut savoir gérer son temps entre rédaction, relecture et ajout de nouveaux éléments. Il s’agit d’optimiser le temps imparti entre recherche, travaux proposés par les différentes UE et rédaction. L’agenda doit être construit en cours d’année et doit toujours prévoir un événement inattendu. C’est sûrement ce conseil qui m’a permis de réussir mon année de master 1. Il n’existe donc pas de méthode de travail optimale : elle doit être adaptée à l’écriture du mémoire. La procrastination n’est pas le meilleur moyen de réussir son année de master mais il faut savoir parfois prendre son temps pour mieux rédiger. Procrastiner, par l’ajout d’adrénaline peut même permettre l’auto-motivation à quelques jours de rendre la production finale bien que cela puisse devenir la cause principale d’un échec.

Crédits Image à la Une: Blog mcd-pc, Now or later, Philomena Carroll, tous droits réservés.


Steven Dunn

Après avoir validé une licence SHS mention histoire en 2011, Steven DUNN est actuellement étudiant en master 2 histoire, civilisations et patrimoine modernes et contemporaines. Il est spécialisé sur la Seconde guerre mondiale et particulièrement sur les questions de ravitaillement.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *