« Si tu avais connu la guerre… » ou la quête du savoir

dscn0298

Une de mes lectures, Cluseau Max, Crédits photos: Steven Dunn, tous droits réservés.

Une bonne connaissance du sujet passe toujours par une bibliographie complète du sujet. Pour la construire, je commence toujours par rechercher des mots clefs qui débouchent sur de nombreux ouvrages. Cependant, il ne faut pas se laisser noyer par la masse d’information qui en découle.

La bibliothèque universitaire (BU en langage étudiant) est un peu comme ma seconde maison. Je passe souvent mes après-midi et mes mâtinés entre deux cours à farfouiller les rayons des sciences sociales à la recherche du Saint Graal, où plutôt du livre qui éclairera le contenu de mes archives. Pendant une grande partie de mon master 1, c’est l’inverse qui s’est produit : je me suis servi de mes sources pour appuyer le contenu des bouquins, ce qui m’a parfois conduit à de mauvaises interprétations et à ajouter trop de généralités dans mon mémoire. Les écrits sur le sujet que l’on traite sont à double tranchant, j’ai donc acquis une certaine démarche pour sélectionner les éléments de ma bibliographie.

Le « Pharmakon » ou la dualité des écrits

Le Phèdre de Platon, et plus précisément le mythe de Theuth, résume au mieux le problème que moi et de nombreux étudiant en Master 1 ont sûrement rencontrés. En effet, son ouvrage se présente sous la forme d’un dialogue entre Phèdre et Socrate où ce dernier évoque le don de l’écriture en Égypte du Dieu Theuth au roi Thamous. L’écriture apparaît alors ici comme le « remède (Pharmakon en grec) pour soulager la science et la mémoire ». Or, le roi réplique que ce n’est qu’un remède pour conserver les souvenirs et que les hommes resteront ignorant tout en se croyant savant, car l’écriture « n’enrichis pas la mémoire ».

À travers cette œuvre littéraire, je voudrais démontrer que la bibliographie est à la fois notre pire et notre meilleure alliée. Elle nous en apprend beaucoup sur notre sujet mais les connaissances accumulées ne constituent pas l’analyse du mémoire.

C’est pour cela que j’ai dû revoir l’interprétation de mes données en prenant en compte davantage les archives que mes ouvrages. Il faut donc se montrer prudent avec les informations obtenues : dégager les problématiques et les aboutissants nécessite une constante mise en relation des livres avec les archives.

Ou chercher ?

Le meilleur moyen de trouver des ouvrages est d’utiliser en tout premier lieu la Bibliographie annuelle de l’Histoire de France. En s’y référant, il est possible d’avoir des références historiographique qui sont le point de départ de tout travail d’historien. Par la suite, j’ai utilisé deux moteurs de recherche afin de compléter cette bibliographie : Archipel et Sudoc. Le premier permet de localiser des livres, des thèses et des mémoires au sein des bibliothèques universitaires de l’académie de Toulouse alors que le second effectue la même tâche en couvrant toute la France.

Une fois ce travail préliminaire terminé, j’ai réalisé quelques recherches sur Internet à la recherche de revues ou de sites traitant de mon sujet. Il ne faut pas négliger cette manne d’information qu’est le web : j’y ai trouvé des éléments intéressants qui n’étaient pas indiqués dans les ouvrages universitaires comme un historique complet de la ville de Carmaux durant la Seconde Guerre mondiale. C’est aussi l’occasion de glaner quelques articles spécialisés sur le ravitaillement, le marché noir et le Tarn grâce aux sites de revues en ligne (Persée, Cairn). Néanmoins, les livres disponibles en BU sont largement majoritaires dans ma bibliographie. Pour parvenir à la construire, il m’a également été nécessaire d’élaborer une méthode de recherche.

Comment chercher ?

Afin de trouver des ouvrages, j’ai utilisé les moteurs de recherche cités précédemment. Lorsque je n’avais pas encore d’auteur pour ma bibliographie, j’ai eu recours à des mots clefs : le meilleur point de départ à mon avis. Voici une liste des principaux mots clefs que j’ai usé :

  • Seconde Guerre mondiale
  • Vichy
  • Occupation
  • Collaboration
  • Ravitaillement
  • Rationnement
  • Marché noir
  • Faim/famine
  • Alimentation
  • Paysans/ouvriers
  • Ruraux/urbains

Par la suite, j’ai référencé les principaux ouvrages des auteurs que je rencontrais au fil de mes lectures, et j’ai sélectionné ceux qui m’intéressaient. J’ai fait de même sur Internet pour les revues avant d’en analyser le contenu. Construire une bibliographie m’a permis d’éclairer les propos de mes sources ainsi que de constituer un ensemble intelligible servant à faire une historiographie de mon sujet et d’utiliser les données disponibles dans le but de rédiger mon mémoire.

Crédit Image à la Une: Linquisitionpourlesnuls, Bibliographie, Alban Lauriston, tous droits réservés.


Steven Dunn

Après avoir validé une licence SHS mention histoire en 2011, Steven DUNN est actuellement étudiant en master 2 histoire, civilisations et patrimoine modernes et contemporaines. Il est spécialisé sur la Seconde guerre mondiale et particulièrement sur les questions de ravitaillement.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *