A tout petits pas

procrastination_3reasons

Dur dur la reprise… Prendre à nouveau le chemin des archives et de la bibliothèque, exhumer de nouvelles sources, reconstruire peu à peu une bibliographie, laisser les idées et les questions envahir notre esprit qui se prélasse encore sous le soleil aoûtien.

Mais une fois l’inspiration et l’enthousiaste retrouvés, un bon pull sur les épaules, la machine redémarre.

Où, quand, comment

Chacun des lieux que je fréquente pour travailler sur mes recherches possède sa spécificité. Les bibliothèques de l’université d’abord, la BUC ou le CROG dans lesquelles je m’installe avant ou après mes cours, sont parfaitement adéquates pour des petits travaux d’une heure environ. C’est essentiellement là que j’alimente ma bibliographie. Lorsque mes plages horaires sont plus importantes (une demi-journée), j’aime m’installer confortablement dans les bibliothèques du centre ville, rue du Taur ou rue du Périgord selon mon humeur. Le silence y est plus profond qu’ailleurs et l’atmosphère studieuse oblige à la discipline et à l’efficacité. Les jours de grande flemme, mon appartement reste l’idéal : un jogging, un verre de Perrier et un gros plaid, rien de mieux pour affronter une lecture compliquée, un moment de doute intellectuel ou tout simplement le froid automnal. Enfin, de manière plus occasionnelle, c’est dans la Médiathèque de ma ville natale que je passe quelques heures lorsque je rentre passer le weekend chez mes parents.

15065123_10207927989654629_1409913896_o

Tous droits réservés Lisa Ribo

Mes supports de travail sont nombreux et variés (peut-être trop). Au fond de mon trieur, une pochette abrite toutes les notes issues de mes différents entretiens avec mon directeur, mais aussi avec les archivistes ou bibliothécaires que j’ai pu rencontrer pour m’aiguiller dans mes recherches de fonds d’archives. J’ai également une sorte de carnet de bord dans lequel je note chaque étape importante : la découverte d’un lieu (comme le CIRDOC), les résultats d’un rendez-vous fructueux (avec François Pic), mes questions et des références bibliographiques, des repères chronologiques qui permettent ensuite une remise en perspective du travail accompli.

J’utilise aussi les outils numériques bien sur, une clé USB et une Dropbox dans lesquelles je stocke les documents importants, comme les fiches de lecture, la définition de mon sujet, ma grille de lecture en fonction de la source exploitée, etc. Mais ce qui prime dans tout ce bazar, ce sont des tonnes de petits papiers, ça et là, sur lesquels je note rapidement l’idée qui a surgi à un moment inopportun pour une prise de note plus rigoureuse. Ils ont le mérite de la fixer avant quelle ne retourne dans les méandres de mon esprit où je ne la retrouverait jamais.

Un quotidien sans monotonie

J’avoue avoir souffert lorsqu’il a fallu s’y remettre. Ayant soutenu mon master 1 mi-septembre, j’avais l’impression qu’à peine achevé, il fallait tout recommencer. Je n’ai pas pu m’y résoudre, alors j’ai pris des vacances. Quelques jours à Strasbourg pour retrouver les copains à peine croisés durant l’été, et puis Venise, magnifique découverte, où l’une de mes amies fait son Erasmus. J’avais vraiment besoin de cette coupure avant d’entamer cette nouvelle année et ce nouveau défi. Enfin voilà, j’ai pris le démarrage avec plus de recul et plus de sérénité. Il n’y avait plus de raison d’être effrayée, puisqu’il s’agissait désormais d’un travail appréhendé, connu, qui était bien plus facile à penser et organiser. L’essentiel, je pense, c’est de croire profondément à son sujet, d’être habité par la motivation, car c’est un véritable moteur.

Mon rythme de travail n’a rien de régulier, je m’impose très peu de contraintes. C’est par à-coups que je fonctionne, en me fixant des échéances. J’ai besoin de perspective pour placer mon cheminement dans un moyen terme qui me correspond bien. Pas d’emploi du temps qui exige des horaires et des jours d’études précis, mais selon les avancées de mon travail, je réfléchis à la prochaine étape, au prochain exercice nécessaire et j’adapte mon temps et mon efficacité pour parvenir à réaliser l’objectif fixé. Les rendez-vous mensuels avec mon directeur de recherches sont de bonnes projections, nous établissons ensemble les travaux à accomplir pour le mois suivant et j’essaie de m’y tenir le plus fidèlement possible. D’ailleurs, pour être honnête, je compte parfois sur la pression de mon directeur pour me donner à nouveau de la volonté et me booster.

Ma philosophie est en somme assez claire : je ne m’interdit rien. Les sorties ciné, bières, sport, nature, amis etc. sont indispensables à mon équilibre. J’ai fait l’erreur durant ma prépa LSH de me couper de tout pour réussir mon année, grave erreur, puisqu’il n’en est ressorti que de la  frustration. Alors que là, détente et plaisir me permettent d’être plus efficace plus rapidement et d’avoir un meilleur résultat, qu’il soit intime ou scolaire.

L’entourage

Les discussions sur mon travail vont rarement au delà de l’énoncé du titre. Une fois que l’on m’a demandé ce que je fais comme étude, qu’on m’a fait remarqué que ça ne servait à rien, mais qu’on m’a quand même poliment proposé de présenter mon sujet, j’ai le droit à un hochement de tête, un sourire et le début d’une nouvelle conversation…

Mes amis me soutiennent par leur « ça avance ? », et une fois que je leur ai offert une réponse évasive et concise, ils sont surtout là pour me changer les idées, merci à eux !

Mes parents eux, ne font pas dans la demi-mesure. Soit ils jouent les pères fouettards, soit ils optent pour le silence radio. Lors que j’ai tendance à stagner tranquillement chez moi (chez eux), mon père se fait un plaisir de me le faire remarquer, en me lançant une gentille petite pique. Le scénario est toujours le même, je lui réponds que j’ai eu 18 à mon manuscrit l’année dernière alors qu’il devrait commencer à me faire confiance et me laisser gérer. Bien sûr, il râle, mais ça fonctionne. Mes parents sont très fiers – je crois. Mon père est un passionné d’histoire, ma mère lit beaucoup, pourtant ils n’ont toujours pas jeté un coup d’œil à mes 180 pages de M1. Je ne sais pas si c’est le sujet qui ne les emballe pas vraiment,  ou si c’est parce que c’est moi qui l’ai écrit… En tout cas, je me sens soutenue, et je leur parle avec beaucoup d’enthousiasme de mes découvertes en archives, des questions que je me pose, des thèmes que j’aimerais aborder, ils sont toujours attentifs et bienveillants.

Les copainplanchea_205516s du master. J’observe trois attitudes entre nous. La première, assez instinctive, consiste à se poser de multiples questions sur la réalité de l’avancée de nos travaux, ce qui permet souvent de se rassurer sur son propre « retard » présumé, ou alors de donner un petit coup de stress qui permet une accélération bénéfique. La seconde, tient dans l’échange de conseils, plus ou moins précis, sur la gestion du temps, sur des références bibliographiques, et autres tracas du quotidien d’étudiants-chercheurs. Et la dernière, la plus importante, c’est que nous dérivons assez rapidement sur des sujets totalement étrangers à nos recherches, qui nous ramènent dans le monde réel et palpitant, et qui surtout nous distraient gaiement !

Et maintenant au travail …

 


Lisa RIBO

Je suis étudiante en 2ème année de Master Histoire Contemporaine, sous la direction de M. Vayssière. Mon travail porte sur une aire géographique, culturelle et politique constamment rappelée sur le devant de la scène : l'Occitanie. A Toulouse cette sensibilité est prégnante, elle l'était plus encore entre 1970 et 1990, visible dans la sphère publique, et sensible dans l'intimité. Une affection que nos recherches tentent de mettre en lumière.

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *