Notre pain quotidien

giphyAu début de notre année de Master 1, un professeur nous demandait pourquoi avoir choisi de se lancer dans la recherche. Ma réponse, qui paraissait être une évidence, fut celle-ci : « Parce que j’aime la recherche ». Sa réponse fut sans appel : « Non, vous ne savez pas encore ce qu’est la recherche ! » Effectivement, nous ne savions pas. 

La première année de Master fut celle de la révélation. Pas seulement la révélation de ce qu’est vraiment la recherche, mais aussi la découverte d’un état d’esprit, d’une méthode de travail, et plus généralement de notre « Moi intérieur ». En effet, partir de rien et se retrouver seul devant une feuille blanche dans le but de créer quelque chose de cohérent et de pertinent est une véritable épreuve de solitude. Vécue comme un véritable accouchement, l’expérience du Master 1 et de la recherche fait forcément grandir. Semblable à un tailleur de pierre, on a débité notre bloc de marbre pour y façonner une forme sensible.

Plan d’attaque et méthodologie

Ma principale difficulté lors de mon début de master fut de comprendre mon sujet. Par cela, j’entends avoir les idées claires et un but précis de ce que j’allais faire dans mon mémoire pour avancer franchement. Effectivement, commencer un travail sans avoir d’idées bien précises de là où on veut aller est difficile. Il m’a donc fallu du temps pour me « lancer », et accepter que je ne pouvais pas tout contrôler, ni connaitre le déroulement précis de mes recherches (et plus précisément ce que j’allais trouver ou non). Plusieurs semaines ont été nécessaire avant de débuter mon travail. Un an pour faire un mémoire d’une centaine de pages me paraissait largement suffisant. Erratum ! J’ai même réussi à manquer d’un peu de temps, dans les dernières semaines, pour peaufiner certains détails.

Pour ce qui est de ma méthode de travail, je dois dire qu’il n’y a pas de règles : parfois j’aime travailler en groupe, parfois je préfère travailler seul. On sait que le groupe peut avoir un double rôle : celui de tirer vers le haut, ou celui de tirer vers le bas (quand ce n’est pas moi qui endosse ce rôle !). Quoi qu’il en soit, il y a cependant une constante dans ma méthode de travail : il me faut de la place et de la lumière. En effet, pour être vraiment efficace, je dois travailler face à une fenêtre ou au milieu d’une pièce pour avoir une largeur de vue et d’esprit (ce qui peut paraitre assez étrange à comprendre et à voir).

Seul au monde

gr

Timbre commémoratif du Président René Coty, 1964.

Comme tout bonheur ou toute peine, la recherche peut se partager avec son entourage. C’est donc principalement à ma famille, mon amie, et à mes amis que j’ai parlé de mon sujet de Master 1. Malgré la bonne volonté des uns et des autres à vouloir partager le poids de mon mémoire, je me suis vite aperçu que c’était quelque chose de risqué. En effet, je ne compte plus le nombre de fois où mes proches annonçaient mon sujet à d’autres personnes, en décrivant un sujet qui n’était absolument pas le mien : « Oui, le petit travaille sur René Coty pendant la Grande Guerre! ». Pas tout à fait !

A cela s’ajoutent les moments gênants où des proches (très souvent ma mère) m’appellent pour parler de mon sujet aux gens (souvent quand on fait les courses). Leurs réactions sont souvent les mêmes : faussement intéressés, ils sourient, gentiment gênés, puis retournent à leurs activités coûte que coûte. Malgré cela, il m’arrive de parler de mon sujet à des gens intéressés, ce qui est d’ailleurs très enrichissant. Ils peuvent m’apporter une manière différente d’appréhender mon sujet et l’éclairer d’un jour nouveau.

Pour mon sujet de Master 2 en revanche, qui traite du président François Mitterrand et de la religion, il semblerait que « Tonton » déchaîne les passions. En effet, les gens me conseillent des livres, ou exposent leur point de vue sur les deux septennats du président. Il est ainsi plus agréable de parler d’un sujet qui tient à coeur aux gens mais surtout que ces derniers « connaissent ». En revanche, ces discussions dérivent inévitablement sur le mandat de notre président actuel.

Quelques états d’âme

Si la procrastination se mesurait sur une échelle allant de 1 à 10 , je dirais qu’au début de mon Master 1, elle devait se situer aux alentours de 7,5 ou 8. En effet,  je me suis fait longtemps confiance, et j’ai remis au lendemain le travail que j’aurais pu faire le jour même. Je me faisais donc des listes de ce qu’il me fallait faire, mais j’ai été vite dépassé par leur grandeur. Aujourd’hui, la part de procrastination se situerait aux alentours de 2,5  et je fonctionne toujours avec ce système de liste, que je réduis cependant quotidiennement. Ma part de travail quotidien varie : certains jours, elle peut concerner 3 ou 4h de travail, d’autres jours 7h. Il m’arrive aussi de « banaliser » certaines journées, que je réserve à des lectures en tout genre, mais aussi en visionnage de vidéos de l’INA concernant mon sujet d’étude (cela peut cependant glisser d’un discours de François Mitterrand en 1974, à des vidéos de Jacques Chirac racontant son amour des pommes et du cidre…).

 

Crédit Image à la Une : Traversée du désert, Libre de droits.


Maxime Séguéla

Titulaire d'une licence d'histoire à l'Institut Catholique de Toulouse, je suis actuellement en seconde année Master à l'Université Toulouse Jean-Jaurès. Pour mon Master 1, j'ai choisi de m’intéresser aux relations qui unissent les présidents français, les papes et la religion, et plus précisément les présidents René Coty et Charles de Gaulle. Pour cette année de Master 2, je vais m'intéresser à la question du président François Mitterrand et de la religion, toujours sous l’œil bienveillant de Mr Foro.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Pierre Hamdi dit :

    J’aime beaucoup la dimension spirituelle de ta méthode de travail! Tu es cercliste? Ne changes rien surtout!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *