Une bibliographie déterminée par l’historiographie

C.c wikimédia

Napoléon 1er dictant ses mémoires, artiste inconnu, CC Wikimedia Commons

Avec plus de 80.000 publications depuis sa mort, l’Empire de Napoléon s’est aujourd’hui transformé en un véritable Empire d’édition. Pourtant, l’étude des Provinces illyriennes semble être restée elle aussi en périphérie de l’historiographie européenne du XIXème siècle et de la première moitié du XXème siècle.

En comparaison avec l’Espagne, l’Italie, la Confédération du Rhin et d’autres territoires sous domination française, leur histoire reste très peu documentée et l’on ne compte qu’une poignée d’historiens qui se sont penchés sur son sujet.

Les premières consultations

C.c wikimedia

Bibliothèque universitaire Jean Jaurès, tous droits réservés Université Toulouse Jean Jaurès

Avant de commencer mes recherches sur les Provinces illyriennes, je me suis d’abord intéressé à l’Histoire de Napoléon et du Ier Empire français. Dans la découverte de cette période qui m’était alors presque inconnue, les ouvrages que j’ai consulté dans les bibliothèques universitaires de Toulouse étaient nombreux et très enrichissants. Les plus précieux pour mon étude ont été : Napoléon et la conquête de l’Europe de Stuart Woolf ; Napoléon ou le mythe du sauveur de Jean Tulard ou encore Napoléon de la mythologie à l’histoire de Natalie Petiteau.

Ce dernier ouvrage sur l’historiographie napoléonienne m’a donné accès à des nombreuses études actuelles qui présentaient un réel intérêt historique, contrairement à bon nombre d’ouvrage sur le quotidien ou la vie personnelle de l’Empereur. Dans la suite de mes recherches, la réservation des trois tomes des mémoires du maréchal Marmont à la Bibliothèque de l’Arsenal a été l’épisode le plus problématique. Tantôt empruntés, tantôt placés en carton pour rejoindre un nouveau fonds, il m’a fallu près de deux mois pour pouvoir accéder à ces écrits.

Dans les méandres d’Internet

C.c wikimedia

Jacques Olivier Boudon, président de l’Institut Napoléon.

Lors de mes recherches sur Internet, les premiers ouvrages monographiques proposés concernant les Provinces illyriennes sont les récentes études de l’Institut Napoléon : Les Provinces illyriennes dans l’Europe napoléonienne (1809-1813) sous la direction de Jacques Olivier Boudon et Les provinces illyriennes, cinq études de Fran Zwitter. Comme l’historiographie napoléonienne, l’histoire des Provinces illyriennes est sujette à de nombreux problèmes qualitatifs en terme de partialité et de méthode. Nombre d’historiens s’attardent bien trop souvent à cultiver le côté sensationnel de l’histoire de l’Empereur, son parcours, ses idées, ses combats.

Dans le cas des productions sur les Provinces illyriennes, l’ethnocentrisme et le manque d’objectivité présent dans certaines études m’ont amené à traiter chacun de ces ouvrages avec une analyse critique. Au fur et à mesure de mes recherches de documentation sur Internet, j’ai rapidement fait le constat que les études proposées par l’Institut Napoléon et d’autres structures partisanes de Napoléon présentaient ce problème. Bien trop dévoués à la gloire de l’Empereur, leurs travaux donnent majoritairement dans l’apologie d’un Napoléon bienfaiteur de l’Europe.

De nombreuses problématiques traitant des termes de l’occupation française en Illyrie, des aspects de domination et d’exploitation des peuples sont ainsi occultés. Sur ces aspects relatifs à la domination française en Illyrie, ce sont les travaux de Monika Senkowska-Gluck et de Jean François Brun qui m’ont fourni le plus de références. Grâce à leurs recherches,  j’ai découvert plusieurs articles qui n’étaient pas forcement répertoriés dans les moteurs de recherches comme Gallica ou Isodore. De fil en aiguille, c’est de cette manière que s’est construite une grande partie de ma bibliographie au terme de la première année de recherche. Parfois, c’est par le hasard de mes pérégrinations sur le Web que j’ai aussi découvert quelques documents originaux traitant de mon sujet.

Recherche bibliographique en chiffre

C.c wikimedia

Tableau statistique. Tous droits réservés Nicolas Roussel

À l’issue de ma première année de recherche, ma bibliographie était précisément composée de 83 ouvrages, articles, mémoires ou œuvres littéraires. La part de documents numérisés avoisine les 63% contre 37% pour les supports papier. Je me suis déplacé dans 6 bibliothèques, rempli 2 cahiers de 96 pages de notes, d’extractions et de résumés ; emprunté 17 ouvrages à la bibliothèque de l’Université de Toulouse ; usé 12 cartouches d’encre ; perdu 1 ordinateur et 2 dixièmes de ma vue. Ma moyenne de travaille horaire entre septembre 2015 et mars 2016 était de 8,2 heures ; 11,7 heures entre mars et juillet ; 20,6 heures entre août et septembre.

 Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Honoré Daumier


Nicolas Roussel

étudiant en Master 2 Histoire des civilisations modernes et contemporaines à l'Université Jean Jaurès de Toulouse .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *