Léthargie d’une désoeuvrée

- Claire, on se réveille, tu as une journée de travail qui t'attend - Non. Francisco Goya, Exorcisme

– Claire, on se réveille, tu as une journée de travail qui t’attend.
– Non.
Francisco Goya, Saint François de Borgia et le Moribond impénitentdétail, Wikimedia Commons

En passant des classes préparatoires à l’université, à cause de la différence d’organisation entre ces deux modes d’études, je redoutais de tomber dans l’isolation et dans la procrastination. Cette peur s’est hélas plus ou moins concrétisée. Je m’explique : j’ai à la fois le tempérament d’une grande anxieuse et l’énergie d’une grande flemmarde, alors même que je n’ai pas d’emploi à gérer en même temps. Non contrainte à un rythme de travail régulier, je perds facilement la motivation de me l’imposer à moi-même. 

Ma lenteur et ma mauvaise volonté à me mettre au travail (surtout en ce qui concerne la rédaction de textes, tâche qui m’a toujours été particulièrement difficile) sont aggravées par l’omniprésence de l’ordinateur dans mon travail : j’y prends et organise mes notes, j’y consulte mes sources sur Gallica (l’Arsenal étant en travaux en ce moment, mon projet d’y consulter les documents sous forme papier semble contrarié.) Ma vue en souffre, Gallica est parfois long à charger, et, comme je suis assez souvent cloîtrée seule dans mon appartement, je succombe souvent à la tentation de faire un usage moins studieux d’Internet. Mes pauses lecture ou promenade peuvent s’étaler à n’en plus finir, et je me déconcentre facilement. J’ai tenté d’établir un emploi du temps stable, mais il s’avère que je suis également incapable de me lever à l’heure exacte où sonne mon réveil ou à prolonger mon travail après 21 h quand cela pourrait être nécessaire. Je peux, toutefois, travailler une journée entière une fois lancée : il est juste difficile de sortir de mon état de semi-léthargie, et je peux passer deux à trois jours à être très peu productive. J’avance donc, lentement et tant bien que mal.

Jean-Siméon Chardin, La bulle de savon, Wikimedia Commons

Jean-Siméon Chardin, La bulle de savon, Wikimedia Commons

Par inclination autant que par timidité, je suis assez solitaire. Je fais mes recherches seule, ce qui me convient pour l’instant, et n’utilise pas les réseaux sociaux. J’ai fait toutefois fait lire mon travail de M1 à des proches qui n’appartiennent pas au milieu historien, comme à une cousine enseignant le cinéma à l’Université (réactions d’approbation pour le moment), à ma mère sage-femme (enthousiasme inconditionnel), ou à une amie professeure de français en lycée (légère incompréhension devant l’aspect dérisoire du sujet.) Ma directrice de mémoire, membre du comité de rédaction de la revue des Annales du Midi, m’a aussi demandé de rédiger un article synthétisant mon mémoire de M1 afin d’éventuellement le publier avec d’autres travaux d’étudiants dans un numéro consacré à la Révolution française.

 

 

Crédits image à la une : Marat au lit, Lucien-Etienne Mélingue, Musée de la Révolution française à Vizille, Wikimedia Commons.

 

 

 


Claire Roulot

Après avoir passé un Bac L, fait trois années de prépa Ecole des Chartes au lycée de Fermat à Toulouse. Admissible après avoir tenté une seconde fois le concours en mai 2015, s'en sort vivante mais pas prise. Fait un Master 1 en Histoire moderne à l'université Jean Jaurès, et n'a pas de certitudes sur ce qu'elle veut faire de sa vie, à part se consacrer à son obsession pour la Révolution française. Essaie de faire un mémoire intéressant sur la correspondance entre deux illustres inconnus, Jean-Louis Garac, étudiant d'origine gersoise en médecine présent à Paris entre 1788 et 1790, et son père, également médecin, également gersois et également prénommé Jean. La correspondance en question étant trop courte pour soutenir un mémoire de Master 2, elle passe à la presse, avec un sujet sur la réception de La Fayette dans la presse radicale entre 1789 et 1791.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *