La recherche, ça peut être parfois galère

Nombre de rues Olympe de Gouges par régions

Nombre de rues Olympe de Gouges par régions. Tous droits réservés Eva Cot

Le temps consacré à la réalisation du mémoire commence dès le mois de septembre. En effet, il faut commencer la recherche de sources et la lecture d’ouvrages le plus tôt possible.

Une manière de travailler propre à chacun

Lorsque je travaille pour la réalisation de mon mémoire, je divise la semaine en deux. Je réserve le week-end à la lecture d’ouvrages et le reste de la semaine à la recherche de sources. Le nombre d’heures à trouver et à étudier les sources varie en fonction des jours. Pour ne pas prendre du retard, j’ai réalisé un retroplanning et je tente de le respecter le plus possible. J’ai prévu de commencer la rédaction du mémoire au mois de mars, il faut donc terminer l’analyse des sources avant. Ces dernières se trouvent pour la plupart sur internet (articles de journaux, comptes twitter, billets de blog) ou sur un support papier dont je dispose (enquêtes, délibérations). Cela me permet donc de travailler directement chez moi, plutôt qu’aux archives ou dans des bibliothèques. Je préfère étudier les documents chez moi et seule, afin de ne pas être distraite.

Lorsque j’examine mes sources, je prends des notes sur un carnet ou sur des feuilles volantes, je fonctionne énormément avec des supports papiers car il reste toujours une trace des premières idées. Quand j’utilise l’ordinateur, j’ai tendance à effacer les anciennes données pour en inscrire de nouvelles et je me retrouve parfois ennuyée quand je souhaite récupérer ces anciennes informations. Cependant, je manipule de plus en plus  certains logiciels qui me permettent de réaliser des graphiques et des tableaux. Pour l’analyse des articles de journaux en ligne, je les imprime car je préfère les étudier sous format papier.

Des travaux qui font parler

La recherche prend beaucoup de temps aux étudiants, c’est pour cette raison que nous en parlons fortement. Je discute de l’avancée de mes recherches avec des personnes qui suivent le même cursus, qu’elles soient en M2 d’histoire moderne, médiévale ou antique. Il est plus facile de communiquer avec des étudiants qui sont confrontés aux mêmes difficultés, car ils peuvent parfois nous apporter des réponses. Il m’arrive également de raconter à des amis quelles sont les démarches que j’effectue pour mon mémoire, notamment lorsque je contacte les mairies. Je leur explique les difficultés auxquelles je dois faire face mais aussi les réponses parfois amusantes que les mairies me donnent pour éviter de répondre à ma demande.

Au cours de l’année, il arrive d’avoir  des moments de doute sur mon travail ou d’être démotivée, j’en discute alors avec des membres de ma famille. Lorsqu’une personne parle de son sujet au quotidien à d’autres, celles-ci commencent à le connaitre presque aussi bien qu’elle. Plusieurs personnes de mon entourage se sont intéressées à l’histoire d’Olympe de Gouges et me transmettent des informations la concernant (articles de journaux, émissions télévisées, émissions de radio).

Au fur et à mesure des mois, le sujet de recherche passionne moins qu’au départ, j’ai parfois l’impression de lire toujours le même récit dans les journaux. J’ai parfois tendance à remettre au lendemain l’une de mes taches, notamment lorsque je dois contacter une mairie pour la troisième ou quatrième fois. Ce sont les seules institutions avec lesquelles j’entre en contact pour l’élaboration de mon mémoire, ainsi que les étudiants de licence 2 d’histoire qui ont répondu à un questionnaire l’an dernier.

Image à la Une tous droits réservés Eva COT


Eva COT

Etudiante à l'université Jean Jaurès de Toulouse depuis 2011. Actuellement en master 2 recherche histoire et civilisations modernes et contemporaines. Thématique de recherche : La mémoire d'Olympe de Gouges depuis le bicentenaire à nos jours en France

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *