Pinakes : tous ces livres…

rayonnages_bibliotheque_mazarine_paris_n2

CC Wikimedia Commons Marie-Lan Nguyen

« Vous devez rassembler tous les ouvrages qui se rapportent à votre sujet. L’idée est de partir du général pour arriver au particulier ». Certes il ne faut pas choisir son sujet pour des raisons de facilités de recherche, mais je savais qu’en souhaitant poursuivre en Master sur Toulouse, la possibilité de rassembler des informations sur LHermione était faible.

Les différentes ouvertures et les lectures qui s’y rapportent

Il fallait dans un premier temps recréer le contexte historique dans lequel la frégate est née. Pour cela, je me suis entouré d’un ouvrage, vieillissant, sur la marine nationale en France au XVIIIe siècle et d’une parution récente très imagée.

Le contexte culturel vers lequel je souhaitais m’orienter semblait plus concret. C’est d’abord un travail sur la mémoire. J’ai  entrepris une synthèse des Lieux de mémoire de Pierre Nora, sur lesquelles j’avais déjà travaillé en licence.

Puisqu’on associe L’Hermione au personnage de La Fayette, j’ai trouvé deux biographies qui lui sont consacrées, à la bibliothèque. Les autres ouvrages qui entrent dans ma bibliographie sont issues de mon propre financement. L’année 2015, suite au voyage de L’Hermione jusqu’aux Etats-Unis, fut riche en publications. Des grands livres de vulgarisation aux ouvrages de recherches comme le journal de bord de du lieutenant de Latouche-Tréville, la complexité était de savoir comment dissocier mes sources de ma bibliographie.

Enfin, il fallait rentrer dans l’univers du voyage, mon directeur de recherche m’a conseillé les ouvrages de Sylvain Venayre, historien du voyage. J’ai entamé une lecture en diagonale de La gloire de l’aventure et Panorama du Voyage. Il y a une contrepartie frustrante à la construction d’une bibliographie conséquente, en moins de quatre mois: c’est qu’on est dans l’incapacité d’assimiler autant de détails. Dans les ouvrages publiés par les historiens, on doit faire une première sélection des idées et c’est difficile de choisir ce qui semble le plus pertinent, surtout quand on ne peut encore limiter son champ de recherche. Je suis face à un grand flou.

Retour sur une expérience inachevée 

Il faut savoir gérer son temps de lecture. Comme je suis souvent en train de faire des activités sportives, il fallait que j’ai un emploi du temps bien réglé. Le soir au minimum deux heures de lecture obligatoires. L’important est de faire des fiches, et de synthétiser ce qui semble important. Toute l’année, en guise de contrôle continu, des compte-rendus de lecture nous ont été imposés. Avec internet la sélection d’ouvrage est tellement plus simple. Comme tous les étudiants j’ai utilisé le site Archipel, mais assez peu finalement. Précisément, je l’ai utilisé pour combler certaines lacunes en histoire culturelle. J’aurais aimé consulter des livres d’époque, relatant les exploits de L‘Hermione. Hélas, pas de vieux grimoires au compteur, puisque je n’ai pas eu cette opportunité.

Suite à la soutenance, j’ai du enrichir ma bibliographie, surtout en ce qui concerne la partie  sur le contexte maritime. Les ouvrages d’Alain Cabantous qui a écrit sur la marine et les marins, et Martine Acerra, spécialiste de Rochefort et de l’enracinement maritime. Dans la représentation de la mer, j’ai aussi découvert l’analyse d’Alain Corbin, historien français, spécialiste d’histoire contemporaine, qui a notamment écrit Le territoire du vide ou La Mer. Terreur et fascination. C’est donc un travail qui se perpétue tout au long du master. C’est aussi une fierté que de rajouter un nouveau titre à son travail.

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Carole Raddato


Quentin Laurensan

Ayant obtenu une Licence d'Histoire-Géographie à l'Université Toulouse Jean-Jaurès, j'ai choisi de me diriger vers la recherche contemporaine. Je travail actuellement sur L'aventure de l'Hermione vu sous l'angle d'un voyage contemporain au fil des représentations et des symboles. Je ne me présente pas comme un globe-trotter cherchant à écrire un récit de voyage, mais ayant passé beaucoup de temps en Bretagne, je ne suis pas insensible au charme de la navigation.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *