Un quotidien aléatoire

J’ai beau réfléchir, je ne pense pas avoir expérimenté un « quotidien de jeune chercheur-se » au cours de mon année de M1. La manière dont j’ai planifié mes journées et mes semaines ne s’apparente sans doute pas à celle d’un apprenti historien sérieux et consciencieux, mais davantage au mode d’une étudiante un peu perdue dans tout ce qu’elle a à faire. Malgré tout je suis quand même parvenue à organiser mon temps de travail de la manière la plus efficace pour moi…

Où, quand, comment?

https://vaguevisages.com/2016/06/03/studio-ghibli-forever-an-initiation-my-neighbor-totoro/

Tous droits réservés, Vague Visages, Jordan Brooks (Studio Ghibli – Hayao Miyazaki)

Comme je l’ai dit je ne peux pas parler de quotidien pour qualifier la façon dont je me suis organisée. Je n’ai d’ailleurs pas suivi d’emploi du temps précis ni de plan de travail à l’année. Je peux en revanche définir plusieurs périodes distinctes dans cette année de M1. Mon travail de recherche a en effet été jalonné de de plusieurs étapes qui m’ont permis d’avancer à mon rythme sans jamais ressentir vraiment la pression ou avoir la sensation d’être en retard. Et pour chaque étape, j’adoptais un mode de fonctionnement différent, le travail demandé n’étant pas le même.

Sans plus attendre, commençons par la première étape : la bibliographie. Nous avons déjà eu à revenir sur ce passage obligé lors d’un précédent article aussi je ne m’étendrai pas outre mesure sur ce sujet. Comme je l’avais déjà expliqué, j’ai  plutôt apprécié cet exercice. Cela ne posait donc aucun problème de m’y atteler un peu chaque jours, parfois quelques heures d’un coup ou réparties dans la journée, parfois quelques minutes seulement afin de mettre au propre toutes les données accumulées pour repartir sur de bonnes bases le lendemain. De manière générale, et presque toujours sur mon ordinateur, je travaillais chez moi ou à la Bibliothèque Universitaire centrale de l’Université Toulouse Jean Jaurès pour pouvoir vérifier directement les références et bibliographies des ouvrages qui m’intéressaient.

La deuxième étape, autrement plus difficile, fut l’historiographie et le commentaire des sources. Il m’est difficile de déterminer le moment précis où je me suis attelée à cette tâche mais je pense avoir commencé mes premières recherches au mois de décembre 2015. Là non plus, pas vraiment de journées et plannings bien organisés mais plutôt un quotidien rythmé par mes envies et la fatigue passagère. Je n’ai que peu de souvenirs de cette période mais je sais avoir plus ou moins tous les jours lu quelques pages d’un ouvrage puis d’un autre, parvenant petit à petit à établir un état de la question assez complet. Pour qui est de la rédaction, j’ai dû tous les jours, pendant à peu près deux semaines, écrire plusieurs heures d’affilées pour être certaine de rendre mon travail dans les temps. Ce fut un travail assez long que j’achevai au bout d’environ deux mois de dur labeur.

La troisième et plus longue période a été la lecture, l’analyse et le commentaire de mes sources. Un article y sera prochainement dédié donc je ne serai pas longue. Entre le mois de mars 2016 et le début de la rédaction à proprement parler en juin 2016, j’ai de manière plus ou moins régulière consacré mon temps de travail au traitement de mes sources et à la lecture des ouvrages et articles nécessaires à leur commentaire, alternant toujours entre les deux, dans la même journée ou d’un jour sur l’autre .

Dernière ligne droite : la rédaction du mémoire. Sachant que j’y consacrerai mon été entier, j’ai décidé de ne pas m’imposer un rythme de travail trop soutenu pour éviter de commencer la nouvelle année frustrée et exténuée. J’écrivais entre quatre et six heures tous les jours, à plusieurs moments de la journée, généralement le matin et le soir. Je m’étais fixée comme objectif de rédiger chaque grande partie en trois semaines, le reste du temps étant consacré à la relecture, la mise au propre et aux corrections. Cette organisation, qui m’a permis de profiter de mon été un minimum, s’est avérée plutôt efficace même si les deux derniers jours avant la remise du mémoire ont été assez sportifs…

Solitude et procrastination

Je ne conçois le travail de mémoire autrement que solitaire. Il m’est arrivé à plusieurs reprises de travailler avec des camarades de classe ou des amis à la bibliothèque et même si la journée ainsi passée n’est pas entièrement perdue, elle est loin d’être productive. J’ai personnellement besoin d’être seule pour me concentrer et lorsque je me rends en bibliothèque, je choisis en général le coin le plus isolé que je puisse trouver (les magasins par exemple). J’écoute souvent la musique pendant mes lectures et prends mes notes sur des fiches bristol que je classe selon le sujet ou directement sur les livres s’ils m’appartiennent. Je peux donc faire ça n’importe où même si j’admets une préférence pour mon canapé. Donc, en effet, je ne vois que peu de monde lorsque je travaille mais cela me convient parfaitement puisque je n’aime par discuter de mon sujet, que ce soit avec mes amis ou ma famille. Ma directrice de recherche est la seule personne à qui j’en parle. Je ressens pas non plus le besoin ni l’envie de partager mes recherches avec d’autres chercheurs ou sur internet via les réseaux sociaux dédiés.

CC, Wikemedia Commons, Wmpearl (Berthe Morisot)

CC, Wikemedia Commons, Wmpearl (Berthe Morisot)

Travailler seule présente un inconvénient notoire : on ne peut compter que sur soi-même pour se motiver. Autrement dit, il ne tient souvent à rien d’abandonner ses lectures et recherches pour s’adonner à toute autre activité ô combien plus constructive, comme passer des heures à regarder des vidéos sur YouTube. Je ne pense pas cependant avoir souffert de ce mal du siècle qu’est la procrastination. En effet j’ai (habilement) contourné cet écueil en me réservant des périodes libérées de tout travail de recherche (mais pas universitaire) suivies ou suivant des périodes de travail intense, elles-mêmes entrecoupées de moments plus aléatoires où lire une ou deux heures par jour était suffisant. Sans doute peut-on appeler cela de la procrastination mais je préfère y voir l’adoption d’un rythme de travail tout personnel que j’ai su adapter à mes épisodes de grande flemme comme à mes moments d’entrain.

 

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Robert_Thegerstr%C3%B6m_L%C3%A4ttja.jpg

Domaine public, Wikemedia Commons, Bernt-Ake Sandberg (Flickr), (Robert Thegerström)

 

Crédit Image à la une : Certains droits réservés, Flickr, Plum leaves.


Camille Cazalé

Je suis actuellement (2015) en première année de Master d’Histoire contemporaine à l’Université Jean Jaurès à Toulouse. Après un cursus de deux ans dans une classe préparatoire Lettres-Sciences Humaines (LSH) avec une spécialisation en Lettres Modernes au lycée Saint-Sernin de Toulouse j’ai décidé de poursuivre ma licence en Histoire à l’Université de Toulouse avant de partir étudier un an en Suède. Mon sujet de recherche sous la direction de Mme Catherine VALENTI porte sur le parcours de Grisélidis Réal (1929-2005), prostituée, militante et écrivain genevoise.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *