De la recherche, de la recherche et encore de la recherche …

Illustration des différentes catégories des archives organisées sur mon ordinateur personnel

Illustration des différentes catégories des archives organisées sur mon ordinateur personnel

Au début, peu organisées, mes recherches quotidiennes étaient laborieuses. Ne sachant pas tellement quel aspect aborder en priorité, j’établissais des données générales sans véritablement les approfondir. En me rendant compte de ces difficultés, j’ai pu en tirer des avantages et ainsi améliorer mon travail via, notamment, une meilleure organisation de ma recherche. 

Les lieux  privilégiés de mes recherches

Mes journées de recherche s’articulent principalement aux Archives Départementales de la Haute-Garonne. Ce lieu m’offre évidemment les ressources archivistes nécessaires pour traiter au mieux mon sujet. J’y trouve ainsi tout document relatant les différentes formes de criminalités lors de la Révolution et ce, dans l’ensemble de la Haute-Garonne. Ces archives constituent donc la base de mon travail. Lors de ma première année, je me rendais une fois par semaine sur les lieux. Durant cette époque de découverte des sources, je me devais d’organiser un planning régulier afin de ne pas perdre de temps dans mon travail. De préférence le jeudi, je passais la journée entière à étudier les documents, les photographier et commencer à les classer. Généralement, j’effectuais la partie classement le week-end mais il pouvait m’arriver de mieux organiser mes notes en fin de journée afin de mâcher une partie du travail et donc de gagner du temps.

Un autre type de lieu fondamental reste la bibliothèque. C’est là que je trouve les meilleures idées afin de travailler mes sources. Jusque ici, j’ai principalement utilisé la BUC de l’Université Jean Jaurès mais il m’est également arrivé de me rendre à l’Arsenal, notamment lorsque j’avais des interrogations sur les domaines législatifs ou judiciaires. En revanche, à l’inverse des archives départementales, je n’ai pas un planning défini me rappelant qu’à tel moment je dois me rendre dans une bibliothèque. Lorsque j’emprunte un ou plusieurs ouvrages, je me laisse une période déterminée (une ou deux semaines) pour trouver les informations nécessaires et percutantes pour mon mémoire. De cette manière, je me constitue une importante bibliographie et étaye ainsi mon étude.

Construire son étude

Concernant l’organisation de mes recherches, je reste quelqu’un d’assez solitaire. Je préfère travailler seul, me permettant ainsi d’être largement plus concentré sur ce que je fais, et donc ne pas être sollicité par tout éléments extérieurs. Il en va de même pour mon organisation : travailler seul me permet d’aborder mon étude plus librement. Concernant d’ailleurs ce dernier point, lorsque je me rend aux archives, je prends toujours mon téléphone portable. Primordial pour prendre en photo les documents (et aussi pour m’assurer que mon travail reste dans les temps), il est toujours accompagné de mon PC.

Ce dernier, sur lequel se trouve ma base de donnée, me permet de savoir où chercher : j’établis toujours une liste, quelques jours avant de me rendre aux archives, des catalogues intéressants que je compte dépouiller. C’est sur ce support que j’organise donc ma recherche : tri des archives par thème, organisation des illustrations, base de données, création de graphiques… Le support papier n’est cependant pas inexistant. Bien que je l’utilise dans une moindre mesure, il reste mon moyen privilégié pour tout ce qui est brouillon. Je mets donc à plat toute idée ou trouvaille à laquelle je peux être confronté pour ensuite, potentiellement, l’inclure à sa place sur mon ordinateur.

La réception de mon travail

Bien sur, je ne reste pas totalement seul dans mon travail. Je trouve important d’en discuter avec son entourage, notamment avec nos amis étudiants. Ces échanges permettent de faire avancer nos propres recherches, soulignant certains points auxquels nous n’aurions pas pensé dans un premier temps. Discuter aussi des différentes lectures de chacun permet de croiser les connaissances et donc d’approfondir son étude. Outre les amis universitaires, il m’arrive d’en discuter avec ma copine ou bien ma famille : un œil extérieur permet bien souvent de soulever des questions très pertinentes sur lesquelles nous passons rapidement car nous n’avons pas assez souvent le recul nécessaire sur nos travaux.

Concernant cette dernière catégorie d’individu, j’ai initialement rencontré beaucoup d’incompréhension car je n’ai pas un entourage particulièrement littéraire : le mémoire est-il une sorte de grosse dissertation ? Comment es-tu sensé le rédiger ? A quoi cela sert-il réellement ? Au fur et à mesure, j’ai découvert l’intérêt d’un tel travail, notamment sur le côté personnel : apprendre à développer des idées, les organiser, travailler son style d’écriture et surtout, trouver et utiliser des informations en développant un aspect critique aiguisé. J’ai également découvert l’unité qui existe au sein des étudiants avec, notamment, les réseaux sociaux permettant de rentrer en contact avec certains, d’échanger des idées et de favoriser l’entraide.

Procrastiner, un phénomène mondial

Encore aujourd’hui, il m’arrive de remettre à plus tard ce que je pourrais faire maintenant. Comme je l’ai dit, j’essaie d’établir un planning qui, dans l’ensemble, est toujours bien suivi. Cependant, il peut m’arriver de repousser une tâche à plus tard et donc d’avoir des journées plus chargées que d’autres. Je pense que du moment que le travail est réalisé dans le temps voulu, la procrastination n’est pas un véritable problème. Cela ne devient problématique qu’en cas de décalage systématique entraînant retard et travaux non faits. J’ai pu observer ce phénomène durant mes premières années à l’université mais cet effet à tendance à s’amenuiser (sans jamais disparaître) au fil des années lorsqu’une conscience professionnelle se développe. L’étudiant devient alors davantage capable de faire le tri entre ce qui doit être fait immédiatement et ce qui peut attendre, sans pour autant provoquer de problème particulier.

 

Crédit Image à la Une : http://www.core-techs.fr/blog/optimiser-fonctions-recherche-site-web


Cédric Mazel

Je m'appelle Cédric Mazel. Une fois ma licence d'histoire obtenue, je voulais continuer dans cette voie et plus particulièrement sur l'époque moderne (mais aussi contemporaine). C'est pour cette raison que j'ai décidé de m'inscrire dans le master histoire et civilisation moderne et contemporaine à l'université Jean Jaurès de Toulouse. Ayant toujours été curieux par tout ce qui touche la criminalité et la justice, les travaux de Mme.Sottocasa sur le brigandage m'ont permis de m'orienter sur un sujet similaire. J'ai donc décidé de travailler sur le brigandage dans le midi Toulousain durant la Révolution, période marquée par des changements sociaux importants.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *