9856 pages plus tard

640px-auvers-sur-oise_-_la_caverne_aux_livres_02

Wikimedia Commons, La caverne aux livres à Auvers-sur-Oise, gadl

La bibliographie ! Cette masse de livres sacro-sainte pour l’historien, la preuve qu’il n’a pas pipeauté pendant ses cinq cents pages d’analyse. Pour le jeune étudiant, elle est indispensable. Tout d’abord parce qu’elle est la première entrée dans un sujet et parce qu’elle va, par la suite, continuer à nourrir ce dernier tout au long de la recherche.

La construction de la bibliographie est une démarche assez longue puisqu’elle commence dès le choix du sujet et qu’elle se termine au moment de la rédaction du mémoire. De sa constitution à son type, retour sur ce qui a nourri mon mémoire et ma réflexion.

Premiers pas

De mon sujet, je ne savais rien. Un attrait certain pour la politique, le choix d’un directeur de recherche qui correspondait à mes attentes, deux réunions sur le choix du sujet et deux semaines de réflexion et abracadabra, me voilà lancé dans un mémoire de master sur la construction européenne des années 50 et 60. Heureusement pour moi, le sujet est très bien documenté. La première partie de mon année a d’ailleurs uniquement été consacrée à emmagasiner des livres et des connaissances. En janvier, l’ossature principale de ma bibliographie, composée d’une trentaine d’ouvrages, était faite. Continuellement, jusqu’aux dernières étapes de la rédaction, sont venus s’ajouter d’autres travaux qui ont gonflé cette bibliographie à une soixantaine d’ouvrages.

On touche au fonds

Je ne me souviens pas avoir rencontré de difficultés majeures pour assembler cette dernière. Un ouvrage marquant, celui réalisé sous la direction de Michel Dumoulin, La Commission européenne 1958 – 1972, Histoire et mémoires d’une institution, m’a permis, via son imposante bibliographie, de rassembler la majorité des références dont j’avais besoin. Le reste est venu par des recherches sur internet et par les conseils de mon directeur de recherche. Seul frein potentiel à la recherche bibliographique, la prépondérance des ouvrages en langue de Shakespeare, but of course I speak english very well.

Historiens presque 2.0

En ce qui concerne la part du numérique dans ma recherche, je dois, à regret, avouer qu’elle reste très faible. Malheureusement, je n’ai pu profiter que d’articles commentant tel ou tel ouvrage et de quelques articles spécifiques sur des points précis. Bien que très minoritaires, ils m’ont permis de gagner un temps précieux : plus besoin de se rendre à la bibliothèque et de se perdre dans les rayonnages, en deux clics on a accès à l’information de n’importe où. Pratique donc, mais pas encore tout à fait dans les mœurs des historiens…

BUC mon amour

Enfin pour ce qui est du lieu de la recherche, je me suis contenté des bibliothèques de l’Université Jean-Jaurès de Toulouse. J’ai pu accéder à un grand nombre d’ouvrages sur place, j’ai pu obtenir le reste via le service de prêt en bibliothèques, notamment pour le livre d’Altiero Spinelli, The eurocrats : Conflicts and Crisis in the European Community, emprunté à deux reprises et à deux bibliothèques différentes. Si on m’avait mis en garde contre ce service et tout particulièrement contre ceux qui le gère, je me dois de dire que tout s’est très bien passé et qu’ils ont été tout à fait aimables avec moi. Pas de quoi paniquer donc, juste s’armer de son plus beau sourire et ne pas avoir peur des prétendus monstres.

Crédit image à la une, Wikimedia Commons, Inkey


Samuel Roques

Diplômé d'un DUT Information-Communication en 2012 et d'une licence en Histoire en 2015. Étudiant en Master 2 Histoire contemporaine sous la direction de Bertrand Vayssière, mon sujet d'étude porte sur les acteurs de la construction européenne dans les années 60, c'est à dire à l'époque où l'institution s'invente et s'organise.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *