Quand est-ce que le chercheur dort ?

Matinée de travail, Frédéric Lemaire, CC, collection personnelle

Matinée de travail, Frédéric Lemaire, CC, collection personnelle

Nous avons tous et toutes nos petites habitudes de travail. Pour certains, c’est la nuit que l’inspiration arrive ; pour d’autres, c’est plutôt le matin.

Il existe même des chercheurs qui ne cessent jamais leurs recherches. Pour ma part, j’appartiens à la catégorie de ceux qui se lèvent tôt. Une fois que la petite famille est partie, j’aime à me retrouver au calme, prêt à faire face aux multiples tâches de l’apprenti-chercheur. Mais par où commencer ?

« C’est en faisant de l’histoire qu’on devient historien » (Antoine Prost)

« […] dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne […] », je m’installe au bureau, entouré des documents et du chat, témoin muet mais attentif de mes aventures immobiles. Je ne me donne guère de contraintes en terme de temps. Il m’arrive ainsi de rester plusieurs heures à réfléchir sur un point précis alors que parfois je me contente de quelques minutes. Pas de rituel particulier non plus, ni d’ordre immuable dans les différentes activités. Je peux ainsi commencer par consulter mes mails en liaison avec des commandes de documents et poursuivre sur la rédaction d’un passage du mémoire. Ou bien consacrer toute la matinée à réaliser un des exercices demandés en M2. Je m’adapte au gré des trouvailles, de l’humeur et des priorités fixées. En général, le temps passe très vite et le déjeuner, en semaine tout du moins, n’arrive bien souvent qu’en début d’après-midi.

En ce qui concerne la répartition hebdomadaire des recherches, il est très rare que je reste une journée entière sans travailler. C’est à la fois un choix personnel et une contrainte. Car à l’inverse de mes « compagnons de doute » de M2, je ne peux m’appuyer sur mon travail de M1. Ma maîtrise remonte à plus de quinze ans et le sujet retenu pour le M2 est totalement différent. J’ai donc décidé de mettre les « bouchées doubles » en ce début d’année scolaire. Mais cela devrait changer au second semestre. En effet, celui-ci sera plus long, il approchera vraiment six mois et non trois comme au premier semestre… Dans le même temps, les obligations – en dehors de la rédaction du mémoire – seront moins nombreuses. Au final, le temps disponible pour avancer dans les recherches sera plus conséquent et je pourrai ainsi adopter un rythme de travail moins soutenu.

J’avoue ne guère fréquenter les bibliothèques toulousaines. Mais en habitant loin de Toulouse, à plus de cent cinquante kilomètres, il me serait compliqué de le faire. Par conséquent, j’ai pris l’habitude d’accumuler les documents nécessaires  à la maison. Même si cela a un coût, c’est plus confortable. Bien évidement, cette méthode de travail n’est possible que grâce à l’existence d’Internet. La consultation des ouvrages, via Gallica ou Retronews  permet de travailler à distance et d’exploiter les documents numérisés. D’ailleurs, comme le dit si bien Gérard Noiriel dans son second ouvrage sur le clown  Chocolat, « en dehors du numérisé, point de salut ».  Quand je repense à l’élaboration de ma maîtrise en 2000, quel chemin parcouru dans l’accès aux sources et aux ouvrages de la bibliographie ! Aujourd’hui, il n’est plus besoin de se rendre à la BNF ou de soulever des tonnes d’ouvrages, à la recherche d’un « trésor », dans les librairies spécialisées. Ce qui bien évidement n’interdit pas, loin de là, la fréquentation des centres d’archives mais laisse davantage de temps pour exploiter les documents, croiser les  informations, pousser plus loin la réflexion.

metro_de_paris_-_ligne_14_-_bibliotheque_francois_mitterrand_02

Métro de Paris – ligne 14 – bibliothèque François Mitterrand, Clicsouris, Wikimedia Common, CC

Je n’appartiens pas à la génération des réseaux sociaux, et je privilégie le travail individuel. C’est une façon probablement discutable de travailler, j’en ai bien conscience. Cela ne veut pas dire pour autant que je suis refermé sur moi-même. Ainsi, je suis en contact avec des personnes qui travaillent sur la colonisation, ou qui poursuivent des recherches dans d’autres champs de l’histoire. Nous échangeons nos idées, nous nous donnons des conseils. Il m’est arrivé également de demander à l’un d’entre eux de procéder à une vérification dans un centre d’archives parisiennes par exemple.  Mais ce travail « à l’ancienne » n’est pas sans limite. Cette non-visibilité sur le web, qui est peut être excusable en M2, ne le serait probablement pas en thèse.

J’aime parler de ma recherche à des gens qui n’entendent rien à l’histoire. Passé le premier choc de l’intitulé, assez mystérieux, la plupart trouve le sujet intéressant. Me femme se tient au courant de l’avancée de ma recherche, de loin en loin. Je ne cherche pas non plus à occuper l’espace familial avec mes préoccupations d’apprenti-chercheur… Et je m’interdis également de me limiter à cette activité intellectuelle. Lucien Febvre l’affirmait déjà en s’adressant à de jeunes historiens : « Mêlez-vous à la vie. A la vie intellectuelle, sans doute, dans toute sa variété […] Mais vivez aussi d’une vie pratique. Ne vous contentez pas de regarder du rivage, paresseusement, ce qui se passe sur la mer en furie. […] Retroussez-vos manches […] et aidez les matelots à la manœuvre.  » Et je suis foncièrement persuadé que, comme l’affirmait le maréchal Lyautey, « […] il faut avoir ses lanternes ouvertes sur tout ce qui fait l’honneur de l’humanité. »

La procrastination, connais pas

usain_bolt_2007

« Usain Bolt, 3 août 2007 », Phil McElhinney, Wikimédia Common, CC

Selon le dictionnaire Larousse, la procrastination est une « tendance pathologique à différer, à remettre l’action au lendemain ».  C’est un défaut que j’ai découvert chez de nombreuses personnes, y compris chez des collègues enseignants qui passent pourtant leur temps à conseiller aux élèves de ne pas attendre le dernier moment pour se mettre au travail… En règle générale, ces personnes arrivent à trouver une foultitude d’excuses pour expliquer leur procrastination : manque de temps, fatigue, pic inhabituel de tâches à réaliser etc. Or, le fait de reporter à demain ce qui peut, et même parfois doit, être fait aujourd’hui s’avère le plus souvent un facteur de stress supplémentaire. Au fur et à mesure que le temps passe, que l’échéance de la date fatidique approche, cette pression augmente. Travailler en équipe avec des procrastinateurs est particulièrement compliqué car on doit sans cesse les attendre. Et on doit même parfois  terminer le travail à leur place… Certes, un proverbe africain affirme que « tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin ». Sauf quand on travaille avec un ou des procrastinateur(s)… Sans compter que des évènements imprévus peuvent s’ajouter à leur procrastination et finissent, parfois, par faire échouer un projet.

Pour ma part, j’ai une fâcheuse tendance à pratiquer la « précréstination ». Que cache ce néologisme ? Cela consiste tout simplement à vouloir faire au plus vite, et bien avant une quelconque date butoir, ce qui est demandé. Il me semble que cela offre la possibilité de bien réfléchir à ce qui est attendu et qu’on se donne, en plus, la possibilité de se tromper en dégageant le temps nécessaire pour revenir sur ses erreurs. Les courses d’Usain Bolt sont une illustration de cette technique. En effet, le coureur jamaïcain accélère bien avant les derniers mètres et peut donc ainsi terminer sa course de la meilleure des façons, en toute décontraction. Au lieu d’attendre le dernier moment pour produire son effort, il s’oblige à le produire au plus vite. Cela n’évite pas le stress mais permet, à mon sens, de le gérer de façon plus sereine. Peut-on pour autant en déduire que c’est cette gestion de la course qui lui a permis de se maintenir au sommet du sprint mondial durant une bonne décennie ? Une telle conclusion serait certainement hâtive, mais on peut néanmoins constater qu’elle lui réussit parfaitement.

J’avoue que cette façon de travailler m’amène à bien choisir mes collègues quand je suis placé dans une activité collective. Je préfère éviter de me retrouver avec des procrastinateurs… J’ai en effet constaté par le passé, à de multiples reprises, que nos approches respectives du travail n’étaient pas du tout compatibles et généraient, très rapidement, des tensions très vives au sein du groupe.

Légende Image à la Une : L. C. Mc Clure, 1850, Wikimedia Common, CC


Frédéric Lemaire

Enseignant titulaire dans le secondaire depuis 1999, je reprends mes études cette année. Après avoir enseigné dans un certain nombre de pays à l'étranger (Tanzanie, Kenya, Nigeria, Arabie Saoudite, Angola) puis avoir soutenu une maîtrise en 2000 à Jean Jaurès avec Sophie Dulucq, je poursuis avec un M2. Toujours autour de la colonisation en Afrique comme thématique, et toujours avec Sophie Dulucq.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *