Extraire le mercure, le soufre et trouver le sel dans la bibliographie

Intérieur de la Bibliothèque Patrimoniale et de Recherche du Grand Cahors au printemps 2014. Photographie prise par I. Laur. Tous droits réservés.

Intérieur de la Bibliothèque Patrimoniale et de Recherche du Grand Cahors au printemps 2014. Photographie prise par I. Laur. Tous droits réservés.

Pour exprimer ma démarche en matière de recherche bibliographique tout en m’appuyant sur la métaphore de l’alchimie, je suis amenée à sublimer les principaux éléments utilisés.

Les ouvrages et articles de revues au format papier ou numérique peuvent renfermer du « sel » qui va donner du goût au texte de mon mémoire. Ils peuvent aussi contenir du « mercure » lorsqu’il s’agit d’ouvrages renvoyant vers d’autres ouvrages ou qui contiennent des bibliographies « cachées » au premier regard. Enfin, il s’agit aussi d’éviter ou de consulter avec modération des ouvrages aux points de vue dépassés, qui pourraient sentir le soufre.

Des ouvrages généraux aux revues spécialisées

Pour élaborer ma bibliographie, hormis des ouvrages généraux sur la société d’Ancien Régime, il me faut m’appuyer sur des revues spécialisées sur le XVIe, le XVIIe et le XVIIIe siècles ou la Révolution. Il existe aussi des revues aux thématiques transversales comme les Annales du Midi. Je peux surtout compter sur des revues d’histoire locale, comme le Bulletin de la Société des Études du Lot qui paraît depuis 1872. Il existe également un Bulletin de la Société Archéologique et Historique de Tarn-et-Garonne depuis 1866. Les sociétés savantes ont produit bien des articles apportant du sel à ma recherche. Ces sociétés me nourrissent aussi de mercure pour me permettre de découvrir des éléments de bibliographies cachées.

En ce qui concerne les ouvrages sur le monde universitaire et les étudiants, il est plus difficile de trouver des études récentes, excepté les études de M. Dominique Julia et de M. Patrick Ferté pour l’époque moderne. D’autres ouvrages concernent plutôt l’époque médiévale avec les travaux de M. Jacques Verger ou de M. Patrice Foissac qui a consacré une thèse aux collèges des universités de Cahors et Toulouse entre le XIVe et le XVe siècles, publiée en 2010.

Pour trouver certains ouvrages ou revues, le recours à Gallica, à des catalogues en ligne (comme celui de la Médiathèque du Grand Cahors pour la Bibliothèque Patrimoniale et de Recherche du Grand Cahors, une bibliothèque dont l’intérieur fait rêver), ou à des sites de revues en ligne (Cairn, JSTOR, Persée) n’est pas le seul moyen d’accéder à des données bibliographiques. Rien ne vaut de se déplacer sur place pour interroger les personnels sur ce qu’ils connaissent de leur fonds ou à défaut de les contacter par mail pour obtenir davantage de renseignements. Certains catalogues papier n’étant pas encore rétro-convertis (ou informatisés), comme celui de la bibliothèque des Archives départementales de Tarn-et-Garonne, il est préférable de consulter les fichiers papier pour retrouver certains ouvrages.

Le rapport entre bibliographie numérique et bibliographie papier

Il est difficile d’estimer à ce stade le pourcentage de numérique et de papier dans ma recherche bibliographique, je table sur du 60 % / 40 %. Le numérique prend de plus en plus de place dans nos recherches. À terme, le pourcentage de numérique sera probablement plus élevé que 60 %.

De la bibliographie repérée à la bibliographie effectivement retrouvée

Je réalise ma recherche bibliographique de manière hebdomadaire, au gré de mes déplacements en bibliothèques ou en Archives, aussi au gré de ma navigation sur le Web.

Je ne sais pas si je pourrais réussir à consulter certains travaux d’étudiants non déposés dans les bibliothèques, à moins de retrouver les étudiants concernés. En l’absence de certains documents dans les bibliothèques de Toulouse, de Cahors ou de Montauban, une demande de prêt entre bibliothèques peut éventuellement être envisagée lorsqu’ils sont conservés dans d’autres bibliothèques de France et de Navarre.

Entre sel, mercure et soufre, la recherche bibliographique participe encore de l’œuvre au blanc, toujours à la recherche du vif argent.

Crédits Image à la Une : Rayon de la bibliothèque des Archives départementales de Tarn-et-Garonne présentant des ouvrages sur l’Assemblée de Haute-Guyenne de la fin du XVIIIe siècle. Photographie prise par I. Laur. Tous droits réservés.

 

 


Isabelle Laur

Je suis étudiante en Master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine à l’Université de Toulouse 2-Jean Jaurès pour l’année universitaire 2016-2017. Je suis titulaire d’un CAPES d’Histoire et Géographie. J’ai précédemment accompli un Master 2 Archives et Images à l’Université de Toulouse 2-Jean Jaurès en 2015-2016. J’ai obtenu le concours d’attaché territorial de conservation du patrimoine option Archives fin septembre 2016.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *