Étape 1 : bibliographie

salle_des_colonnes_du_conseil_detat_bibliotheque

CC, Wikimedia Commons, Tangopaso

Il est difficile de trouver une bonne phrase d’accroche qui pourrait donner envie à un éventuel lecteur de se pencher sur un billet de blog portant sur l’exercice de la bibliographie en Master recherche. Pourtant il s’agit là d’un passage obligé dans le travail de recherche et qui n’est pas, à mon sens, si fastidieux que l’on pourrait penser…

La première épreuve que j’ai traversée a été la réalisation de ma bibliographie. Je m’y suis attelée pendant les premières semaines du M1, allant de catalogues en ligne en catalogues en ligne et feuilletant frénétiquement toutes les bibliographie que je pouvais trouver dans les ouvrages que je consultais. Même si ce ne fut pas un travail excessivement difficile j’ai tout de même connu quelques mésaventures.

Étape 1 : chercher

J’ai consacré les premiers temps de mon M1 à la recherche bibliographique, laissant de côté sources et lectures approfondies. Cela m’a permis de me faire une idée assez précise du travail que j’aurais à fournir par la suite et de la manière dont j’allais m’organiser. Je mentirais si je disais que je me prêterais volontiers une nouvelle fois à cet exercice même si ce fut loin d’être le plus pénible. Aussi étrange que cela puisse paraître j’ai plutôt apprécié de classer et mettre au propre toutes les informations collectées en quelques semaines, puis au fil des mois.

J’ai tout d’abord commencé par chercher tous les ouvrages (ou du moins le plus possible) qui pouvaient se rapporter à mon sujet, en partant du plus spécifique (par exemple, l’histoire de la prostitution en Suisse, ou au XXe siècle, ou en Europe) pour aller vers le plus général (comme l’histoire des femmes en Occident, l’histoire de l’Europe au XXe siècle etc.). J’ai débuté mes recherches via le Sudoc qui rassemble une quantité importante de documents accessibles dans les bibliothèques et centres de documentations universitaires français (voire étrangers).

Il est facile de se perdre au début dans la masse de données que présente ce catalogue en ligne mais une fois habituée à son fonctionnement j’ai pu aisément trouver de nombreuses références grâce aux différents mots-clefs proposés. Le Sudoc a pour avantage d’indiquer dans quelles universités les ouvrages sont disponibles, il m’a suffit ensuite de me référer aux catalogues des bibliothèques près de chez moi pour trouver les cotes des documents qui m’intéressaient.

Le catalogue des revues en ligne de l’Université de Toulouse Jean Jaurès m’a aussi permis de dénicher de nombreux articles de revues scientifiques (en histoire comme en sociologue ou sciences politiques) pouvant éclairer mon objet d’étude. J’ai procédé de la même manière que pour la recherche d’ouvrages : en entrant des mots-clefs dans la base de données ou directement dans le moteur de recherche des revues qui m’intéressaient. Ma recherche bibliographique n’a pas seulement été numérique; je me suis également appuyée sur les bibliographies présentes dans les ouvrages et articles que j’ai consultés tout au long de l’année. J’ai ainsi pu découvrir des références que je n’avais pas trouvées en ligne, soit parce que je n’avais pas les bons mots-clefs soit parce qu’elles n’étaient pas indiquées.

Étape 2 : organiser

Que faire de tous les titres d’ouvrages et d’articles ainsi accumulés? Où les répertorier et comment les classer? Suivant les conseils de ma directrice de recherche j’ai dès le début classé les références que je devais conserver en plusieurs thèmes généraux (pour mon sujet par exemple :  histoire des femmes, histoire de la prostitution, histoire de la suisse, études sociologiques etc.).

Je rentrais alors manuellement (soit en faisant un « copier-coller »depuis un catalogue soit en tapant directement la référence) chaque titre sur un même document Word dans l’optique de tout mettre au propre plus tard. Puis, nous avons découvert, dans le cadre de notre cours d’humanités numériques, Zotero. Et là tout a basculé. J’exagère sans doute un peu mais il est vrai que cet assistant de recherche en ligne m’a été plus qu’utile dans les premiers mois du M1, puisqu’il permet d’enregistrer en un clic n’importe quelle référence d’ouvrage, d’article, de site, ou même de vidéo sur un compte personnel. Il a suffit ensuite de répartir les références en plusieurs dossiers puis de les exporter vers un document Word, déjà classées donc. Même si je n’ai plus utilisé Zotero après ces premiers mois, j’ai quand même pu gagner beaucoup de temps, ma bibliographie étant déjà quasiment entièrement prête et organisée, il me suffisait d’ajouter les quelques références que je trouvais au cours de l’année manuellement.

Enfin, quelques déconvenues…

Si jusque là tout allait bien, j’ai toutefois rencontré quelques difficultés puisque certains des ouvrages dont j’avais besoin ne m’étaient pas accessibles directement. Pour certains j’ai pu heureusement avoir recours au prêt entre bibliothèques, pour beaucoup d’autres, dont la lecture aurait été nécessaire, je n’ai malheureusement pas pu y avoir accès.

En effet mon sujet portant sur la Suisse, la plupart des ouvrages qui m’aurait été utiles ne sont disponibles que dans des bibliothèques suisses. Quoiqu’il en soit j’ai pu combler ces lacunes en me procurant certaines de ces études ou en contactant directement quelques chercheurs pour qu’ils me renseignent sur leur travaux.

Crédit Image à la une : CC, Wikimedia Commons, James Malton.


Camille Cazalé

Je suis actuellement (2015) en première année de Master d’Histoire contemporaine à l’Université Jean Jaurès à Toulouse. Après un cursus de deux ans dans une classe préparatoire Lettres-Sciences Humaines (LSH) avec une spécialisation en Lettres Modernes au lycée Saint-Sernin de Toulouse j’ai décidé de poursuivre ma licence en Histoire à l’Université de Toulouse avant de partir étudier un an en Suède. Mon sujet de recherche sous la direction de Mme Catherine VALENTI porte sur le parcours de Grisélidis Réal (1929-2005), prostituée, militante et écrivain genevoise.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *