Tous les jours, trop c’est trop !

Wikimedia Commons

Wikimedia Commons

Le travail de recherche sur les pâtés aux foies gras de canards déborde sur toutes les autres tâches du quotidien. J’y pense en préparant la cuisine, cela semble normal étant donné le sujet, mais aussi dans mon bain, c’est plus gênant. Au volant, c’est plus dangereux et en jardinant, c’est risqué si je tiens le sécateur ; au lit, cela peut devenir embarassant… Ce travail envahit tout ! Non pas  la recherche matérielle sur les sources ou dans la bibiliographie, mais  la partie recherche « intellectuelle », immatérielle, ne nécessitant que de la réflexion ou de l’analyse, cette partie là devient incontrôlable… Les pâtés, les foies gras, les canards, les truffes, j’en « mange » sans arrêt ! 

Pour des raisons matérielles et familiales, je travaille toujours seule. Mes expériences de travail à plusieurs n’ont jamais été concluantes, tant dans ma vie professionnelle d’antan que dans celle d’étudiante d’avant ou de maintenant. Sauf s’il y a exigence absolue de travail collectif, je suis plus à l’aise seule. De plus, comme je limite volontairement le temps passé à la recherche, à la lecture ou à la rédaction du mémoire, cela oblige à une organisation à toute épreuve, laissant peu de place au travail à plusieurs qui, par nécessité, pose des contraintes supplémentaires.

Un ordinateur tout petit

Toute recherche in situ, à la Bibliothèque du d’Étude et du Patrimoine ou aux Archives départementales s’enregistre directement avec un ordinateur, la plupart du temps sur des tableaux EXCEL qui permettent ensuite des tris et surtout des graphiques illustrant des évolutions ou des comparaisons. J’ai l’avantage de disposer d’un tout petit ordinateur, peu puissant il est vrai mais facile à transporter. Avec celui-ci, je me déplace sans problème dans les transports en commun. Avec un smartphone, je prends également quelques photos qui doivent permettre de retrouver un détail ou d’illustrer un point clé.

Une organisation sans faille

C’est probablement le point fort qui me donne un avantage certain sur les étudiants « normaux », c’est à dire de moins de trente ans. Mes fichiers sont classés, ordonnés, mis à jour, datés, toutes les références qui pourraient un jour être utiles sont (en principe) correctement notées. Les photos prises sont, dès le soir même, nommées et transférées dans le dossier auquel elles correspondent. Comme j’ai beaucoup plus de mal à acquérir de nouvelles notions que les « jeunes », c’est grâce à ce type de compétences que je parviens à poursuivre en Master 2, tout en gérant une maison, en voyant mes petits-enfants et en gardant quelques activités sociales et culturelles. La procrastination est un mot dont on ne peut pas connaitre le sens quand on a eu une vie professionnelle remplie et élevé des enfants.

Un refus de visibilité

/pixabay.com, cc.

CC, Pixabay.com

Toutefois, je m’obstine à ne pas vouloir « être vue », à ne pas utiliser les réseaux sociaux pour mettre en avant mon travail à l’université Jean Jaurès. Facebook : un livre de maquillage ! Twitter : un insecte qui fait du bruit ! Académia : une publicité pour des cours particuliers ! Des raisons personnelles motivent en effet cette position. De plus, le niveau de mes recherchent ne mérite, à mon avis, absolument pas cette visibilité que tout le monde semble rechercher. L’invasion des informations de qualité très moyenne, voire totalement insignifiante, quand ce n’est pas nulle et sur des supports strictements virtuels dissimule et même tue toute information plus sérieuse. Elle se trouve totalement noyée dans une masse ne présentant aucun intérêt. Il faut aussi admettre que les changements permanents des techniques de communication, les mises à jour souvent nécessaires pour l’utilisation des divers outils informatiques ne me plaisent pas tellement. À peine ai-je l’impression de maîtriser quelques fonctionnalités de mon téléphone que l’on me dit qu’il est totalement dépassé ! De plus, j’ai été éduquée dans un monde où la discrétion est une vertu et l’exhibitionnisme un péché quasiment mortel !

Ne pas oublier le thé !

flickr.com

CC, Flickr.com

C’est l’accessoire indispensable du travail à la maison sur le mémoire : une tasse de thé, avec un nuage de lait mais sans sucre. Ce chaud breuvage me permet de surmonter les moments de découragement, les périodes de doute et les difficultés rencontrées. A nice cup of tea est le remède universel à de très nombreux maux du quotidien. Certains vont jusqu’à dire que c’est grâce à ça que les Anglais ont gagné la Seconde Guerre mondiale ! Or, le travail du mémoire, c’est bien un combat !

 

Crédit image à la Une : CC, Pixabay.com


Elizabeth Boussie

Retraitée encore active, en master 2 d’histoire contemporaine à Toulouse Jean Jaurès, refusant de se plonger dans les massacres, les guerres, les minorités opprimées ou tout autre malheur du monde, refusant aussi de devenir une grand-mère gâteau, une grand-mère nounou ou une grand-mère confiture, je suis donc devenue une étudiante sérieuse et assidue. Je travaille en effet actuellement sur l’histoire d’un produit alimentaire qui connut un succès important à Toulouse dans la seconde moitié du XIXème siècle

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Elizabeth Boussie, Tous les jours, trop c’est trop ! […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *