S’il te plaît, écris-moi un mouton

Quand le sommeil arrive, les chats tombent. Tous droits réservés, Julia James.

Quand le sommeil arrive, les chats tombent. Brouillon de mémoire. Tous droits réservés, Julia James.

Chère lectrice, cher lecteur, voilà un moment que l’on partage ces petits bouts de papiers virtuels (j’ose croire en l’audience dans le monde numérique !) où j’explique avec plus ou moins de précision mon travail de chercheur. Aujourd’hui avant de commencer, j’aimerais livrer un secret.

Je ne veux pas devenir historienne, je ne prétends pas l’être. Ce que j’aime, c’est mixer, rassembler pour découvrir, me constituer un sac à dos (on ne le lâche pas !) et plus tard, l’utiliser pour comprendre, défendre, (militer ?). Le parcours que je propose est donc celui d’une étudiante en histoire mais pas celui d’une apprentie historienne. D’ailleurs mon corpus de sources et ma bibliographie en sont la preuve formelle. Ce qui me passionne dans ces études n’est pas le fait d’écrire l’Histoire mais le fait de découvrir comment s’organisent les mécanismes au sein de notre monde.

L’Histoire est mon outil, tout comme à plus petite échelle (il faut tout de même dire que je suis en Master d’Histoire) la sociologie, l’anthropologie, la géographie, la botanique. Comment se sont rencontrées l’histoire étatique environnementale et l’histoire traditionnelle paysanne ? Alors voilà, une fois ce secret dévoilé, je peux raconter mon quotidien, qui) ne s’est jamais apparenté à des journées à la bibliothèque ou autre. C’est en réfléchissant à cet article, (est-ce que je me pense historienne ? Est-ce que c’est cela qui berce mon quotidien ?) que j’ai pu me délivrer de ce fait : non, l’histoire ne peut pas me définir, je ne peux pas me définir avec. Vous n’entendrez donc jamais sur France Culture « Notre invité Julia James, historienne, va nous parler des paysages montagnards ».

Ma règle numéro 1 : s’écouter

Je pourrais dire que je vais à la bibliothèque tous les jours de telle heure à telle heure, que je mange une pomme et une barre sans sucre au goûter (je rappelle que le sport, c’est les archives) et une salade poulet maïs au repas. Puis que je retourne à mon marathon dans la bibliothèque, assise sur le même siège durant 365 jours (oui il paraît qu’il y a des places de prédilection, il n’est pas rare de voir un chercheur dépité voyant que sa place est prise). Je m’imaginais telle que cette description au début, j’ai essayé de me tenir à ce modèle de chercheur mais peu à peu, je me suis mise à m’écouter. Le travail de recherche c’est l’esprit mais aussi le corps ; l’oublier, c’est se miner.

Alors ma première action a été d’apprendre où est-ce que je suis bien. Depuis tout jeune, on nous répète que le travail est sur une table, alignée avec une autre. Alors il a fallu réussir à se prouver que le travail peut aussi se faire dans des lieux moins « officiels », moins « conventionnels ». J’ai la chance d’avoir trouvé l’appartement, le petit bureau que je désirais. Il me fallait des poutres, oui ça m’inspire. Il y a aussi les covoiturages du dimanche (toute publicité interdite), les pays, les maisons, les jardins, les montagnes qui ont vu s’écrire les brouillons. L’objectif premier est de ne pas se sentir prisonnière.

Jeu de couleurs. Tous droits réservés.

Jeu de couleurs. Tous droits réservés Julia James

Une grande part de mon travail est basé sur l’expérience personnelle, par exemple le voyage en Inde l’an dernier. Il m’a permis de comprendre les différents regards portés sur la nature, sur l’environnement. Discuter avec une culture différente permet de saisir les processus de mise en place des représentations et de leurs applications. (Non non, je ne suis pas en train de justifier mon départ en Inde seulement 2 mois avant ma soutenance). Le sport, surtout en fin d’année, a été le moyen de se rendre compte que j’étais vivante et avant tout vivante. Il n’ y a rien de pire que de penser « je perds mon temps dehors, je devrais être en train de lire, d’écrire mon mémoire… ». Alors il faut s’écouter, oser, et planifier. Étant souvent en déplacement, n’aimant pas réfléchir sur un ordinateur, l’ensemble de mes brouillons et de mes prises de notes sont faites sur des feuilles et des cahiers. J’établis des sommaires à ces cahiers et les tiens à jours de manière hebdomadaire. Ma méthode consiste à prendre des notes, résumer puis réussir à établir des schémas. Il s’agit de connecter les idées entre elles.

Règle numéro 2 : créer des périodes

Étant de nature angoissée, j’ai une règle d’or pour ne pas avoir peur de quitter les sentiers. Il s’agit de toujours avoir une longueur d’avance, de ne pas se laisser submerger. « Le monde appartient à ceux qui se lèvent tôt » est l’apophtegme qui permet de mieux résumer cette partie. Il y a dans cette maxime une grande partie de ma pensée concernant le travail, non pas que je veuille dominer le monde mais du fait que selon moi, chaque jour sert, chaque lever permet de gagner celui du lendemain. Dans cette optique, remettre au lendemain n’est qu’une source de stress supplémentaire.

Liste N° inconnu. Tous droits réservés.

Liste N° inconnu. Tous droits réservés Julia James

Mon quotidien est donc rythmé par le travail à faire, pour lequel j’établis de nombreuses listes et emplois du temps. Le travail est chaque jour accompli dans le but de libérer le futur d’un stress ou d’une charge de travail trop importante. Une fois organisée, le temps libre se dégage. Il est alors consacré à des loisirs mais aussi à de la réflexion sur le mémoire (ma problématique de M1 m’est venue à Dharamsala en Inde. Une fois le travail « imposé » fait, il ne reste plus qu’à se laisser porter). Un dernier point important dans mon organisation quotidienne est à aborder. Depuis la licence et surtout pendant le Master, j’ai décidé de ne plus faire attention aux jours de la semaine. Il n’y a pas de Dimanche-Repos, de Lundi-Maussade, de Vendredi-Raviolis.

Dernière règle : ritualiser

Quand l'INA endort les chats. Tous droits réservés.

Quand l’INA endort les chats. Tous droits réservés Julia James

J’ai parlé dans les billets de tisane, de livres, de plaids, de châle mais est-ce que j’ai cet indispensable bagage du littéraire ? Ai-je aussi celui qui appuie sur les touches à notre insu, qui ronronne si fort que le taux de concentration se retrouve à zéro ? Oui. La réflexion sur le mémoire se fait partout, tout le temps, qu’importent le lieu et l’heure. Cependant, la rédaction fait appel à plus de rituels. Il s’agit de créer une ambiance, une bulle qui plonge dans le travail, mais aussi de pouvoir sortir de cette bulle une fois le travail journalier accompli.

Rédiger partout m’a joué des tours, je n’arrivais plus à m’extraire de mon mémoire. Durant mon Master 1 et surtout lors des premières phases de rédaction, je mangeais mémoire, buvais mémoire, dormais mémoire, vivais mémoire. Il a fallu créer un rituel de mise et de sortie au travail pour sortir de cette crevasse. Créer un rituel permet de déconnecter de son sujet et des émotions qui lui sont liées. « Thé-Chat-Chocolat » peut être considéré comme la devise de cette histoire.

Et les autres dans tout cela ?

Il y a une grande part de solitude dans le quotidien du chercheur. Celui-ci pense « cette pensée ne sauve pas le cancer, ça sert à rien et épuise les caisses de l’État » (merci Mamie), celui-ci s’enferme dans une sorte de cocon, cocon qui reprend les 3 points cités plus haut. Au sein du milieu scientifique, mon sujet a été accueilli avec beaucoup de curiosité (cela m’a quelque peu embarrassée) ; tandis qu’au sein des personnes m’entourant le constat est de dire que certains me pensent militante pour les moutons, d’autres sur les traces de José Bové et d’autres sont curieux.

Partager un sujet est toujours quelque peu déroutant, comment ne pas faire prétentieuse ? Comment ne pas faire de fausse modestie ? Nous revenons alors à mon point de départ, qui suis-je pour prétendre faire de l’Histoire et pouvoir enseigner un fait ? Ma parole a-t-elle une validité ? Il y a alors une tendance à se refermer sur soi-même et à limiter le partage avec les autres. Quand vous êtes issus d’une famille paternelle cartésienne, il est difficile de faire comprendre qu’un « ingénieur-historien » existe. Que non, l’ingénieur n’est pas seulement dans un bureau à monter des avions (ou comment casser les idées de Mamie en 2 minutes). S’il y a bien une chose que ces billets (promotion Jacques Le Goff en force) peuvent apporter, c’est de montrer que derrière ce quotidien, il y a celui d’un vrai travailleur. Pour encore plus d’anecdotes sur la recherche rendez-vous sur Twitter.

Jeu de couleurs. Tous droits réservés.

Avoir un but. Tous droits réservés. Julia James

Crédit image à la une : tous droits réservés, Julia James.


Julia James

Après un passage éclair d’un an en classe préparatoire hypokhâgne, j’intègre la licence d’histoire à l’université Jean Jaurès en deuxième année. Durant mon cursus un manque se manifeste, celui de la nature, de l’environnement. Les grands évènements marquent mais quand est-il du cadre général ? Je décide alors de partir en master recherche pour essayer de revenir au rapport homme-nature.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Julia James, S’il te plaît, écris-moi un mouton […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *