« Le bruit de nos pas », la bibliographie d’un jeune chercheur

© G. LOUYRIAC

Des piles bien nécessaires ! © G. L.

La consultation des sources est toujours pour l’historien le point de départ et la ligne d’arrivée dans son parcours et son travail de recherche. C’est en citant, critiquant, et analysant ces documents que l’historien-chercheur construit sa propre recherche et espère aboutir à ses conclusions.

Néanmoins, cette démarche serait inessentielle sans l’apport considérable et, sans nul doute, fondamental d’une bibliographie qui encadre et conforte ce travail de recherche et l’appréhension de ces sources. Qu’en est-il vraiment ?

Un premier allié

La bibliographie débute avec la lecture directe des sources ou les inventaires en centre d’archives. Dans le cas de notre étude sur le diocèse de Rodez, la lecture de l’inventaire a permis de nous diriger vers les sources les plus abordables et les moins exploitées pour établir une réflexion sur notre sujet. Le chercheur n’est pas un créateur dans ses premiers temps, il accumule et organise des documents et des hypothèses qui vont lui permettre de nourrir un propos neuf, solide qu’il amène à s’inscrire dans une certaine continuité, tout en permettant une ouverture importante pour ses successeurs.

Un resserrement

L’image d’un regroupement, d’un rétrécissement, nous vient à l’esprit. Les ouvrages généraux, les manuels universitaires ne sont jamais loin du bureau du jeune chercheur. Il a à cœur de vérifier et, disons-le, de chercher quelques aspects qu’il maîtrise mal en dehors des points chronologiques et thématiques précis de son sujet. Aussi, ces ouvrages donnent une vision claire et concise des évènements et de leurs résonances.

Prenons l’exemple qui nous intéresse sur l’histoire religieuse au XVIIIe siècle. La multitude de livres qui grouillent sur la période révolutionnaire donne d’abord à voir une vision chronologique et segmentée du moment. Ainsi, cette première lecture fournit une idée précise des acteurs, des lieux et des actions. Cela indique déjà des possibilités d’approfondissements dans certains domaines.

Dans le cadre de notre étude, nous avons choisi l’histoire religieuse dans un moment particulier et surtout un lieu particulier, le diocèse de Rodez. Assez rapidement, nous avons constitué une bibliographie sur le Rouergue et sur l’histoire religieuse dans le Languedoc et ses abords. Ainsi nous avons lu et référencé les ouvrages de Gaston Alary, Henri Enjalbert qui a beaucoup œuvré sur l’Histoire du Rouergue ou encore les travaux de Nicole et Jean-Loup Lemaître qui ont abordé ce territoire avec beaucoup de précisions et d’érudition. 

Ensuite, vient la lecture et la consultation des précédents travaux universitaires. Thèses, mémoires, articles et différents supports de communications procurent un foisonnement d’idées que le chercheur ne doit pas négliger. Si ce n’est de lire en entier ces travaux, des compte-rendus puis des chapitres spécifiques peuvent aisément dégager les idées qui peuvent se relier à notre sujet, et déjà, à notre problématique ou du moins aux premiers questionnements. Dans le cas d’une lecture analytique ou d’une utilisation plus ou moins rigoureuse, ces documents offrent une bibliographie qui nous renseigne déjà d’un degré supplémentaire pour approfondir encore davantage ces aspects. Pour notre étude sur le Rouergue, nous avons consulté les mémoires de Séverine Mota concernant le XVIIe siècle et celui d’Anne Laplaze sur le XVIIIe siècle. Ce dernier se rapproche fortement de notre étude.

Dans tous les cas, il ne faut pas avoir peur de bouger et de se déplacer car plus les ouvrages et documents sont spécialisés, moins ils sont accessibles et se bornent à des contraintes dont l’historien ne doit pas s’attarder. D’abord, la mise en ligne des catalogues de bibliothèques universitaires, municipales, ou spécialisées permet de localiser très rapidement les ouvrages. Il est important de feuilleter les ouvrages, ne serait-ce que pour se rendre compte de sa mise en forme et sa composition et, bien entendu, prendre connaissance de la bibliographie.

Ensuite, ce travail préliminaire acquis, il est nécessaire de lire attentivement et de ficher l’ouvrage en question. Les compte-rendus de documents bibliographiques sont quelque chose de très important. D’abord, ils permettent de dégager immédiatement la structure de l’explication de l’auteur. Aussi, ces compte-rendus se veulent critiques et permettent ainsi de placer, de situer l’emplacement plus ou moins certain et plus ou moins important du document en question dans l’historiographie et dans le courant de pensée auquel il se rattache. Ainsi, la bibliographie nous confronte déjà à un travail et une approche critique des sources et des auteurs.

Le numérique au secours du temps ?

Aujourd’hui, on ne saurait nier l’apport indispensable des ressources numériques au service de la recherche. En fait, l’historien n’a plus obligatoirement besoin de se déplacer aux archives ou en bibliothèque pour accéder et consulter des documents dont il a besoin. Un nombre croissant de documents numérisés permet directement d’être ainsi consulté. Pour notre part, certaines sources ont été numérisées, en particulier des documents publiés à la fin du XVIIIe siècle tels que des mandements, des ordonnances, des lettres publiques ou des catéchismes. Nous pouvons ainsi garder à disposition et consulter à volonté, osons-dire, ces sources pour travailler.

Aussi, et bien évidemment, des ouvrages bibliographiques sont numérisés ; outre les compte-rendus, les articles, certains livres sont numérisés en entier, permettant une consultation rapide si l’on cherche un passage précis ou une référence, — ce qui nous évite de consulter l’ouvrage en question en bibliothèque et de nous déplacer. Certaines de ces références bibliographiques sont contemporaines des sources et des événements étudiés et la numérisation permet un gain de temps considérable. De plus, l’utilisation peut être plus efficace qu’un centre d’archive ne le permettrait.

© G.L.

Toujours relié ! © G.L.

Les derniers temps

En cas d’absence de document, il faut être capable de régir et de prendre un certain nombre d’initiatives rapidement et efficacement. Dans notre cas, si une référence bibliographique est absente, il est nécessaire de demander auprès de nos collègues et professeurs. Ces derniers connaissent et possèdent un certain nombre d’ouvrages qui peuvent nous être utile. Cette démarche peut être doublement fructueuse car en espérant retrouver une référence, nos encadrants nous guident davantage vers d’autres références et nous font part de leurs critiques sur ces dernières.

L’organisation de la bibliographie est un point important car il permet de visualiser l’abondance ou la faiblesse de lectures sur un aspect du sujet ; l’apport d’historiens étrangers, sortant des mentalités de la recherche française, révèle une représentation qui se veut assez équilibrée entre les différentes écoles et époques dans la recherche historique. Aussi, ce classement rigoureux de la bibliographie fait apparaître des oppositions entre auteurs et permet d’insister sur ces nuance et les fondements de ces oppositions.

Jusqu’aux derniers moments de l’élaboration de son travail de recherche, l’historien constate que les influences sont multiples et ininterrompues ; en discutant avec ses collègues, ses professeurs, en feuilletant de nouveaux ouvrages, en écoutant des manifestations voire même en suivant l’actualité, la bibliographie peut encore être changée, remodelée tant que le chercheur n’a pas rédigé sa conclusion. Aussi, un temps de maturation est fondamentalement nécessaire pour relire et surtout comprendre différemment et davantage. Dans notre cas, la lecture d’événements, ou d’ouvrages qui émanent d’érudits locaux — comme c’est souvent le cas dans l’histoire religieuse locale — nous donne à voir encore et toujours des perspectives nouvelles dans notre étude.

L’historien est ainsi au cœur de son travail lorsqu’il parcourt et constitue sa bibliographie. Il ne faut pas hésiter à se déplacer, le numérique ne fait  pas tout, et on ne saurait nier l’aspect et le contact humain des recherches en histoire. La bibliographie témoigne ainsi de l’évolution de la pensée de l’historien et forme une sorte de flux toujours en mouvement de manière ininterrompue.

Crédits image à la Une : CC Pixabay PublicDomainPictures


Gautier LOUYRIAC

Après avoir obtenu une licence en histoire mention patrimoine, Gautier LOUYRIAC s'est spécialisé sous la direction de Valérie SOTTOCASA sur l'histoire religieuse de l'Ancien Régime. Il prépare actuellement un travail sur le diocèse de Rodez.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Gauthier Louyriac, « Le bruit de nos pas », la bibliographie d’un jeune chercheur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *