Il faut bien commencer quelque part

Quelques éléments bibliographiques, C.C. Mathias Quéré

Quelques éléments bibliographiques, C.C. Mathias Quéré

Pour l’écriture de ce billet il m’a fallu commencer par feuilleter à nouveau mon mémoire de l’an passé et me poser la question suivante : comment est-ce que j’en étais arrivé là ? Sur plusieurs pages j’ai minutieusement consigné références d’ouvrages et d’articles qui ont, une année durant, alimenté ma recherche. Certaines me furent particulièrement utiles. Et puis il y avait les autres, auxquelles je n’avais finalement jeté qu’un coup d’œil distrait.

Il faut avoir à l’esprit que l’histoire du mouvement homosexuel en France n’a été traitée que de manière superficielle. Il n’existe que peu de livres qui s’y réfèrent. Le plus complet est aussi le plus controversé : Le Rose et le noir de Frédéric Martel. Naïvement, je me souviens avoir tapé dans la barre de recherche de mon navigateur l’intitulé de mon sujet, espérant sans doute trouver des pistes de lecture. Aucune réponse bien évidemment ! Et puis à force de recherche, de mots clés et de conseils, je me suis rendu compte que si je n’avais que peu d’ouvrages à ma disposition, il existait certaines revues, certains sites qui s’intéressaient spécifiquement à la question du genre, de la sexualité et de l’homosexualité.

C’est comme cela que des sites comme CLIO ou Genre, sexualité et société (GSS pour les intimes) sont entrés dans mes onglets favoris. Quelques articles donc, principalement écris par des chercheurs et des chercheuses anglo-saxon.ne.s. Il m’a quand même plusieurs fois traversé l’esprit que si j’avais entrepris des recherche sur la guerre d’Espagne les choses auraient été plus simple… Et pourtant, c’est bien l’un des enjeux de ma recherche, participer à l’écriture d’une histoire passée sous silence.

Une bibliographie à reconstruire

Logo du Coach.doc, Tous droits réservés

Logo du Coach.doc, Tous droits réservés

Du master 1au master 2, je change de décennie. Ce ne sont plus les années 1970 mais les années 1980. C’est donc un contexte politique et social différent, avec des spécificités propres à l’époque, avec dans mon cas, le Sida comme enjeu majeur. S’imposait donc une nouvelle recherche bibliographique pour bien comprendre dans quelle époque les groupes que j’étudie s’inscrivent. Dans ma méthode de recherche, et avant même de commencer à dépouiller mes sources, il est primordial d’avoir lu et compris l’époque et le contexte qui l’accompagne. Cela, pour ensuite, réussir à mettre en perspective les archives que j’étudie.

Il s’avère que l’inverse se produit aussi. Je me rend compte que pour mieux saisir un document, il me faut aussi revenir soit à des ouvrages qui traitent de l’époque, soit à des cadres analytiques que certain.e.s ont déjà pensé.

Mon mois de septembre a donc principalement été lié à la recherche bibliographique et à la lecture de toute une série d’ouvrages et d’articles. La littérature autour du sida étant relativement dense, et pour avoir une recherche un peu ciblée, j’ai utilisé l’un des services des bibliothèques du Mirail : le service Coach Doc. C’est un rendez-vous que l’on prend avec un.e bibliothécaire qui nous aiguille dans nos recherche. Ce qui m’a permis, je pense, de gagner un temps précieux.

Une recherche sans fin

Fiche de prêt du PEB, C.C. Mathias Quéré

Avec cette nouvelle base bibliographique, j’ai ainsi pu entamer mes lectures. Et dans mon cas, c’est à partir de ce moment là que ma bibliographie commence véritablement à prendre de l’ampleur. Je m’explique. Me voilà plongé dans la lecture d’un ouvrage et un tout nouveau réflexe se développe en moi : les notes de bas de page. Là où auparavant je ne leur prêtais aucune attention – je pourrais même dire qu’elles m’ennuyaient profondément – elles sont aujourd’hui devenues une matière de réjouissance. La référence à un autre article, qui lui même me redirige vers de nouveaux ouvrages dont j’ignorais l’existence devient un cheminement classique. Figurativement c’est un peu comme si c’était une succession de portes à ouvrir, les unes donnant sur les autres, pour me faire découvrir de nouveaux horizons et des nouvelles réflexions. Mon carnet de notes rempli de références, il ne me reste plus qu’à trouver les ouvrages, les journaux ou les revues recherchées.

Pour l’Université de Toulouse, le moteur de recherche des bibliothèques se nomme Archipel. Et c’est souvent sans trop de surprises que je constate que les documents que je recherche ne sont pas disponibles ici et que le centralisme parisien est aussi en vigueur pour cette question. Par chance, le prêt entre bibliothèques (le PEB) existe et me permet après une dizaine de jours (de longue) d’attente de mettre la main sur l’exemplaire de l’été 1979 du journal Rouge de la Ligue communiste révolutionnaire.

C’est ainsi qu’au fil des semaines et des mois, mon bureau se couvre d’articles trouvés sur Internet et imprimés, d’ouvrages empruntés ici et là (parfois achetés car je ne peux envisager ne pas les avoir à mes côtés) et d’autres documents que j’ai pu numériser avant de devoir les rendre, souvent à contre cœur.

 

Crédit image à la Une : tous droits réservés hexagonegay.com, photo anonyme.


Mathias Quéré

En 2016, étudiant en Master 2 d'Histoire Moderne et Contemporaine à l'Université de Toulouse le Mirail (Toulouse Jean-Jaurès pour la novelangue). Je travaille sous la direction de Sylvie Chaperon sur les groupes homosexuels militants dans les années 1970 et 1980 et plus précisément sur le Comité urgence anti-répression homosexuel (CUARH) entre 1979 et 1985.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Mathias Quéré, Il faut bien commencer quelque part […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *