Entre amour du papier et rejet du numérique

n n

Alphonse de Neuville et Édouard Riou, La bibliothèque du Nautilus, Wikipédia Commons

La recherche bibliographique est la base de tout travail d’historien qui se respecte. Pour ce faire, l’historien se doit d’utiliser les deux principaux supports et outils qui sont à sa disposition : le papier et le numérique. Ma première année de Master fut celle de la découverte : la recherche m’était absolument inconnue. Qu’à cela ne tienne, j’allais prendre le problème à bras le corps pour réaliser une bibliographie digne de ce nom.

Ayant défini partiellement les termes de mon sujet de Master 1 ainsi que toutes les notions s’y rapprochant (de près ou de loin), mon premier réflexe fut bien évidement de taper les mots clés de mon sujet dans un moteur de recherche. Quelle ne fut pas ma surprise de voir que très peu de livres apparaissaient sur mon sujet de recherche ! Là n’était pas la solution, il fallait chercher ailleurs.

Une recherche inspirée

Je me suis donc tourné vers des moteurs de recherche spécialisés, comme Archipel, en y tapant mes fameux mots-clés. Beaucoup de réponses apparurent alors, mais la principale difficulté fut de repérer les ouvrages les plus « sérieux ». En effet, un livre sur le général de Gaulle écrit par un sympathisant de l’OAS, n’a pas le même intérêt qu’un ouvrage écrit par un historien de métier (cela n’enlève en rien l’intérêt historique d’une oeuvre d’un militant, dissident, ou opposant au général de Gaulle). La recherche numérique m’a donc servi principalement à trouver un « livre source », auquel j’allais extraire la substantifique moelle, en tout cas au début de mon Master 1.

Une main de papier

Capture d'écran de mon espace de travail, Maxime Séguéla, tous droits réservés.

Capture d’écran de mon espace de travail, Maxime Séguéla, tous droits réservés.

Le support que j’utilise donc le plus, encore pour mon Master 2, est celui du support papier. Avec ce « livre source » en main, je repère les références bibliographiques de l’auteur, et comme des poupées gigognes, je vais de bibliographie en bibliographie. Cette méthode à le mérite de sélectionner des ouvrages de qualité (tout dépend du livre source que l’on choisit). Cependant elle a ses limites : les livres récents n’apparaissent forcément pas sur les livres écrits il y a quelques années. Pour ce qui est des inventaires de sources, c’est à peu près le même principe. En effet, les inventaires numérisés sont pour moi quelque chose d’étrange. Je suis souvent obligé de me rendre sur place pour décortiquer les livres d’inventaires, qui sont beaucoup plus clairs et lisibles à mes yeux ! Mais pour tout ce qui est recherche et orientation de recherche, des personnes qui savent et des structures spécialisées n’ont pas d’équivalent.

Des structures compétentes

Pour de véritables recherches et orientations bibliographiques, rien ne vaut le conseil de quelqu’un de compétent. Ainsi, mon directeur de recherche m’a donné, en début de Master 1,  des livres de références. De plus, lors de mon passage à Paris, notamment à l’Institut François Mitterrand et Georges Pompidou, j’ai rencontré quelques historiens qui m’ont donné certains titres sérieux. Il faut aussi signaler que certains instituts (l’Institut François Mitterrand, George Pompidou, ou Charles de Gaulle pour mon sujet) font souvent la promotion d’ouvrages de qualité, validés par l’ensemble des historiens travaillant dans leurs murs. Je puise donc régulièrement dans ces ouvrages conseillés. Malgré cela, la part de papier et de numérique que j’utilise dans ma construction bibliographique est assez disparate. Je dois utiliser environ 75% de support papier, contre 25% de numérique sans compter les sites internet. Il n’y pas de fréquence précise dans cette recherche bibliographique. Ainsi, lors d’une lecture, alors que je ne m’y attends pas, je tombe très fréquement sur un titre d’ouvrage que je mets de côté pour une prochaine lecture. Ceci dit, il m’arrive parfois, environ une fois par semaine, de me réserver des « séances bibliographiques », où j’arpente les tentacules du web à la recherche de titres intéressants !

 

Crédit image à la Une : création personnelle, Maxime Séguéla, tous droits réservés.


Maxime Séguéla

Titulaire d'une licence d'histoire à l'Institut Catholique de Toulouse, je suis actuellement en seconde année Master à l'Université Toulouse Jean-Jaurès. Pour mon Master 1, j'ai choisi de m’intéresser aux relations qui unissent les présidents français, les papes et la religion, et plus précisément les présidents René Coty et Charles de Gaulle. Pour cette année de Master 2, je vais m'intéresser à la question du président François Mitterrand et de la religion, toujours sous l’œil bienveillant de Mr Foro.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Maxime Séguéla, Entre amour du papier et rejet du numérique […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *