Faire feu de tout bois

Copyright Wikilinks.fr V2.0 Les livres en bois de Nino Orlandi

Copyright Wikilinks.fr V2.0 Les livres en bois de Nino Orlandi

La bibliographie s’élabore par à-coups et elle demande un savoir-faire très précis. Pour la constituer, il est nécessaire d’avoir de la méthode. La boîte à outils du chercheur est constituée de connaissances théoriques et pratiques : c’est la méthodologie de recherche documentaire. Énormément de documentation est disponible en ligne : c’est ce que l’on appelle l’ « inflation documentaire ». Dans ce vaste océan d’informations, il est utile de s’armer de boussoles et de sextants pour ne pas divaguer ni s’échouer sur de vulgaires bancs de sable.

Aussi ai-je perfectionné mes connaissances sur les catalogues de bibliothèques, les portails documentaires, les bases de données bibliographiques, tout particulièrement ce que propose le riche réseau toulousain. Mais il y a aussi le vaste monde des archives ouvertes et de la publication en open source.

Je suis aussi bibliothécaire et mes recherches en histoire ont nourri les formations que je donne d’exemples pratiques. À l’inverse, mes connaissances professionnelles m’ont grandement aidée à effectuer des recherches performantes et perfectionner mon savoir-faire.

Plus on en trouve et plus il y en a

Ce sont les débuts de la recherche qui coûtent le plus. Mais ensuite, la difficulté est de se limiter car, de livre en livre, le nombre de références devient exponentiel. Il faut alors résister à la frénésie de l’accumulation.

Mon sujet, qui traite d’une entreprise au Congo belge, m’a offert quelques surprises. J’ai, par exemple, découvert des ouvrages récents donnant une bibliographie presque exhaustive des parutions critiques sur l’histoire de la colonisation belge. Grâce à cet opus, j’ai pu suivre le fil des parutions abondantes en Belgique depuis une quinzaine d’années ; elles reviennent  sur les événements qui se sont déroulés au Congo belge et sur leur interprétation. Cela permet de découvrir des regards plus nuancés que la dénonciation brute des « mains coupées » ou l’apologie primaire d’anciens coloniaux vantant les mérites du roi Léopold II.

L’Afrique belge aux XIXe et XXe siècles, ouvrage dirigé par Patricia Van Schuylenberg, Catherine Lanneau et Pierre-Luc Plasman. Copyright https://www.academia.edu/

L’Afrique belge aux XIXe et XXe siècles, ouvrage dirigé par Patricia Van Schuylenberg, Catherine Lanneau et Pierre-Luc Plasman. Copyright https://www.academia.edu/

Beaucoup d’appels électroniques pour peu d’élus

La recherche bibliographique fait beaucoup appel au numérique et aux outils en ligne. Mais à l’arrivée, la proportion de documents sous forme numérique dans la bibliographie ne dépasse pas un quart de son volume.

Par contre, pour le chapitre des sources, la part de ressources numériques est beaucoup plus importante. Pour étudier le contexte du Congo belge, on trouve, par exemple, sur le site de l’Académie royale des sciences d’outre-mer (ARSOM), la totalité des Mémoires publiés entre 1900 et 1960. J’y ai trouvé quantité d’informations pointues sur la culture du café ou les événements importants relatés par les fonctionnaires en place. Ce site propose beaucoup de sources numérisées, dont de précieux Atlas avec de magnifiques cartes ou des fiches biographiques issues de la Biographie coloniale belge.

Trouver le temps

Je réalise mes recherches principalement le weekend et les vacances. En effet, je travaille à plein temps en plus du master de recherche en histoire, ce qui me limite et disloque quelque peu l’organisation de mes tâches. Parfois je peux, durant la semaine ou lorsque je suis en service public à un poste d’accueil, parcourir physiquement les rayons de la bibliothèque et flâner entre les rayonnages, au gré des thématiques qui m’intéressent.

Musée de la Bande dessinée. Bruxelles. Crédits images à la une

Musée de la Bande dessinée. Bruxelles. Crédits images à la une

Accéder à ce qui n’est pas à portée de main

J’ai eu affaire, à plusieurs reprises, à des ouvrages anciens sur le Congo belge, rares ou épuisés. Certains sont disponibles dans des bibliothèques françaises, comme La monographie de l’Ituri de J. M. Th. Meessens ou L’empire colonial belge de Pierre Daye. J’ai pu faire appel au service de prêt entre bibliothèques de la BU de l’université Jean Jaurès et obtenir ceux-ci dans un délai très court, grâce au professionnalisme des personnels.

D’autres livres ne sont disponibles qu’en Belgique. Il faut alors faire preuve d’acharnement. J’ai pu en trouver certains à Bruxelles. À la bibliothèque des Archives africaines, il y a un fichier papier très bien fait avec des références d’ouvrages et aussi des descriptions analytiques d’articles édités avant 1985. Il m’a permis d’accéder à de petites merveilles, comme par exemple un tiré à part de Jean Claessens, directeur à l’Institut national pour l’étude agronomique au Congo belge (INEAC) : Le Haut Ituri et l’Uélé oriental, pays de colonisation : installation d’une ferme expérimentale.

La Bibliothèque royale de Belgique à Bruxelles se révèle aussi un lieu privilégié pour parcourir des documents anciens et, même, en prendre des photos.


delmotte

Doctorat en sciences de l'information et de la communication 2007 Expert en métadonnées Édition numérique en sciences humaines et sociales Histoire moderne et contemporaine née au Congo Belge

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *