Le prêt entre bibliothèques ou mon meilleur compagnon de recherche

Couloir menant au service du Prêt entre bibliothèques. Béatrice Vogley. Tous droits réservés.

Couloir menant au service du prêt entre bibliothèques.
Béatrice Vogley. Tous droits réservés.

Après avoir pénétré dans la bibliothèque universitaire centrale, dirigez-vous tout droit vers la salle informatique. Traversez cette salle. Vous vous retrouverez devant un couloir. Avancez sans crainte et prenez la première porte sur votre gauche. Tapez et rentrez. Vous voilà enfin arrivés au bureau du service des prêts entre bibliothèques.

14596638_653052578198971_7734695123195265024_n

Rayonnage sur l’histoire de l’Empire ottoman de ses origines à la Turquie actuelle. Bibliothèque universitaire centrale de l’Université Toulouse-Jean Jaurès, 3e étage nord. Béatrice Vogley. Tous droits réservés.

L’histoire de l’Empire ottoman et de ses relations avec la France au XIXe siècle est un sujet qui fit couler beaucoup d’encre et qui intéressa de très nombreux chercheurs qu’ils soient français, turques ou anglo-américains pour les plus connus. Malheureusement, la bibliothèque universitaire ne consacre à ce sujet qu’un rayonnage d’une taille que l’on peut qualifier de « médiocre ». Par conséquent, après avoir lu la petite dizaine d’ouvrages traitant de l’histoire ottomane au XIXe siècle, je décidai de poursuivre mes recherches bibliographiques dans les autres bibliothèques de Toulouse. Mais les rayonnage de la bibliothèque municipale et de la bibliothèque de l’université de droit de Toulouse ne rassemblaient qu’une toute petite collection d’ouvrages sur le sujet. Il me fallait donc trouver une solution pour assouvir mon besoin de lecture.

C’est alors dans ce contexte de « galère » bibliographique que je découvris le service du prêt entre bibliothèques ou PEB pour les intimes.

Mais qu’est-ce que le prêt entre bibliothèques ?

Comme son nom l’indique, il s’agit d’un service permettant d’effectuer des demandes de prêts de documents provenant d’autres bibliothèques. Ce système mis en place gratuitement à l’Université Toulouse Jean-Jaurès permet à tout étudiants mal loti (bibliographiquement parlant), de faire venir des ouvrages présents dans d’autres bibliothèques de France. Il s’agit d’une aide formidable pour tout étudiant en panne d’ouvrage sur son sujet.

Pour pouvoir emprunter, c’est très simple. Il suffit de vous inscrire une première fois puis de venir les fois suivantes avec les titres de deux ouvrages ou revues avec toutes les références – date de publication, auteur ou éditeur. Informations qui sont alors essentielles au bon déroulement de votre demande. Après avoir fait cela, il vous suffit d’attendre une petite semaine et de retourner dans ce même bureau pour récupérer les ouvrages demandées. Ils vous seront prêtés pour une durée de deux semaines qu’il vous faudra respecter pour le maintien du bon fonctionnement de ce service.

Mais comment trouver les ouvrages que l’on désire emprunter ?

Faire une demande de prêt, c’est bien. Mais savoir quoi demander, c’est mieux. Par conséquent, il est essentiel pour tout jeune étudiant chercheur de faire des recherches pour trouver les ouvrages que l’on désire lire. Pour moi, cette recherche se fait de deux façons différentes : une sur support papier et l’autre sur support informatique.

La première est assez classique. À travers mes différentes lectures, je me suis penchée très souvent sur la bibliographie des différents ouvrages lus. Il s’agissait de repérer des ouvrages majeures inconnus jusque là mais intéressants de par les thématiques abordées. La seconde méthode de recherche bibliographique s’effectue à partir des catalogues informatiques des bibliothèques.

Il s’agissait dans un premier de travailler avec le catalogue des bibliothèques universitaires de Toulouse (Archipel) puis dans un second temps, de se plonger dans le catalogue du SUDOC regroupant tous les ouvrages présents dans toutes les bibliothèques universitaires de France et des instituts français à l’étranger. Le SUDOC a aujourd’hui encore une place essentielle dans mon travail de recherche car il me permet à l’aide de simple mot clefs de « dénicher » des ouvrages qui ont été et seront par la suite essentiels à l’élaboration de mon travail.

J’ai également utilisé le catalogue informatisé d’une autre bibliothèque : il s’agit du catalogue Stendhal, catalogue de toutes les bibliothèques du Ministère français des Affaires étrangères et notamment de la bibliothèque des Archives diplomatiques de la Courneuve et de Nantes. Ce catalogue m’a été très utile pour trouver des ouvrages traitant des relations franco-ottomanes (voire franco-turques) et je conseille donc à tout étudiant travaillant sur l’histoire des relations françaises avec un autre pays de se tourner vers ce catalogue qui recèle de petites pépites.

La recherche bibliographique et le M2

Pour un grand nombre de mes camarades de M2, la recherche bibliographique est passée cette année au second plan. Même s’ils continuent à lire des ouvrages pour améliorer la vision qu’ils ont de leur sujet, ils se consacrent nettement plus cette année à un travail d’archives. Pour moi, le travail bibliographique reste omniprésent pour mon sujet. En effet, comme expliquer dans mon billet sur les sujets, j’ai décidé pour cette année d’élargir la temporalité de mes recherches en me lançant alors sur l’étude d’une période plus longue : 1808 à 1908. Il me faut alors me replonger dans un travail de recontextualisation pour essayer de comprendre les tenants et les aboutissants des reformes de Mahmud II (1808-1839) qui menèrent à la mise en place des Tanzimat, alors étudiés l’année dernière. Mais je dois également me lancer dans l’étude de la période allant de la fin des Tanzimat en 1878 à la Révolution Jeune-Turque. Je me dois de comprendre la société ottomane de cette époque et les différents éléments qui permirent l’avènement du groupe politique Jeune-Turque.

Pile de livres à consulter. Béatrice Vogley. Tous droits réservés.

Pile de livres à consulter.
Béatrice Vogley. Tous droits réservés.

Image à la Une: Panneau indiquant le bureau du prêt entre bibliothèques. Béatrice Vogley. Tous droits réservés.


Béatrice Vogley

En 2015, étudiante en première année de master d’histoire contemporaine à l’université Toulouse Jean Jaurès. J’ai débuté mes études, après l’obtention d’un baccalauréat économique et sociale, par une licence d’histoire à l’université Toulouse Jean Jaurès. Je prépare un mémoire sur les images et les représentations de l’État ottoman en France durant la période du Tanzimat ottoman ( 1839-1876) sous la direction de Mr Jean-François Berdah.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Béatrice Vogley, Le prêt entre bibliothèques ou mon meilleur compagnon de rechercheLa recherche au quotidien […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *