Ma bibliographie : mi-papier, mi-numérisée

La bibliothèque, c'est pas désuet. (Photo : Julien Ortet/CC/Flickr)

La bibliothèque, c’est pas désuet. (Photo : Julien Ortet/CC/Flickr)

Construire sa bibliographie est le travail le plus fastidieux de notre mémoire, mais il est nécessaire et indispensable. Le temps et la patience sont de rigueur pour ne pas passer à côté d’une information importante. Zoom sur la fabrication de l’une d’entre elles.

50% Internet, 50% papier

En 2016, Internet est l’outil incontournable pour construire une bibliographie. Comme pour n’importe quelle recherche, il faut débuter en faisant un tour d’horizon sur Archipel, Gallica, Cairn. À l’aide de mots clés, le moteur de recherche déblaie déjà une bonne partie du travail.
Dans un deuxième temps, les recherches nécessitent d’être détaillées. Pour cela, une visite en bibliothèque s’impose. Les livres consultés proviennent de ma première sélection, faite sur Internet. Je peaufine en faisant référence aux notes de bas de pages ou aux bibliographies déjà réalisées et susceptibles de m’intéresser.
De façon parallèle, je consulte des ouvrages ou publications numérisés sur Gallica et Cairn.
Au total, ma bibliographie est composée de 50% de livres numérisés et 50% de pages papiers.

Au niveau de l’organisation, je consacre un quart de mon travail actuel à la réalisation de ma bibliographie. Le reste du temps est consacré à la recherche et aux visites en archives. Au cours de l’année, ces proportions vont diminuées pour laisser place à l’écriture.

Une recherche au quotidien

La revue trimestrielle "Migrations, Société" est disponible à l'UT2JJ. (Photo : site Ciemi)

La revue trimestrielle “Migrations, Société” est disponible à l’UTJJ. (Photo : site Ciemi)

Bien qu’une partie conséquente de la recherche bibliographique ait été faite l’an passé, son enrichissement se construit au quotidien car le travail est infini. De façon volontaire, souvent pendant les vacances, je note les références de livres lus et poursuit la lecture d’ouvrages de référence pour mon sujet. Parfois, cela se fait de façon involontaire. L’autre jour par exemple, je feuilletais le journal à Olympe de Gouges, bibliothèque du département d’Histoire, lorsqu’une revue posée sur la table près de moi m’a interpellée : « Migrations société : réfugiés, d’un accueil à l’autre, scruter le passé pour comprendre le présent ». À l’intérieur, un trésor d’informations : des précisions précieuses sur l’accueil des réfugiés en France depuis les années 1920. Dans le cas présent, le bref retour historique sur l’accueil des réfugiés (pas de distinction entre ce terme et migrant pour la période étudiée) écrit par Pedro Vianna a éveillé en moi ce que je pensais tout bas : les structures étatiques n’ont accompagné les immigrés italiens que de manière administrative. Le reste des accueils a été caritatif, c’est à dire effectué par des organismes professionnels ou associations.

Diversifier les sources de lecture permet d’élargir ses recherches. En effet, les revues historiques ne sont référencées dans les ouvrages spécialisées, pour la simple et bonne raison que ces derniers sont antérieurs. Les magazines historiques, même s’ils sont moins complets, offrent souvent un point de vue nouveau sur les recherches d’un sujet donné.

Un sujet local, pour plus de facilités ?

Les difficultés dans ma recherche d’ouvrages sont minces, voire inexistante pour l’instant. J’ai toujours pu accéder aux écrits souhaités pour construire ma bibliographie. Puisque mon sujet traite de l’accueil des immigrés italiens dans trois départements de la région, il est possible de me rendre directement aux bibliothèques départementales, riches en histoires locales.
Néanmoins, la barrière de la langue est présente. Travailler sur l’histoire des immigrés italiens dans le Sud-Ouest revient à s’intéresser à pourquoi cette population a émigré de la péninsule. Or, mon incapacité à lire l’italien empêche de connaitre la vision de l’autre côté de la frontière. Bien sûr, ma bibliographie repose sur des témoignages, comme dans Comprar un pra, des paysans italiens disent l’émigration (1920-1950) sous la direction de Monique Rouch. Cependant, mon sujet porte sur les politiques d’accueil, les archives des pouvoirs publics sont intéressantes pour constituer le point de vue des autorités italiennes.
En somme, ma bibliographie est complète et riche, mais totalement francophone, n’en déplaise à certains.

Crédits image à la Une : capture d’écran “Le Bulletin de la Revue Gasconne” de Gallica/Raphaëlle Talbot


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.