Bibliographie en mouvement

La bibliographie fait peur, à tort ou à raison, mais il est vrai qu’elle est souvent une source de difficultés pour les jeunes chercheurs que nous sommes. 

dessin ouvrages, libre de droit, http://fr.123rf.com/

Dessin ouvrages, libre de droit, http://fr.123rf.com

Dès mon L3, à la suite de mon premier entretien avec ma directrice de mémoire pour définir les grandes lignes du sujet, je commençais à chercher des ouvrages et à réfléchir à la manière de constituer ma bibliographie.

La bibliographie un sacré travail

Elle fut le travail le plus prenant que j’ai eu à réaliser lors de mon Master I. Je vais revenir tout d’abord sur la manière d’aborder mes recherches bibliographiques. Pour moi, il est essentiel d’être sur place pour mener ses recherches, il faut être sur le lieu du crime, il faut que les ouvrages soient à portée de main. Il est inenvisageable de commencer à faire ses recherches chez soi en passant uniquement par Archipel. À mon avis, les meilleures découvertes se font en se perdant dans les rayons, au contact des livres.

Je n’aime pas commencer mes lectures par des ouvrages trop généralistes, mais préfère partir d’un questionnement plus précis qui, par la suite, peut me renvoyer vers une utilisation et une bibliographie plus générale.  L’utilisation d’inventaires est préférable pour les sujets déjà très travaillés et facilite la recherche dans un premier temps ; par la suite, il est possible de l’orienter dans un sens qui convient mieux à notre mémoire.

Un travail quotidien, une méthode mobile

Personnellement, la matinée est le moment le plus propice pour réaliser mes recherches bibliographiques, après avoir pris un « délicieux » café à la machine de l’Arche, fumé une cigarette en regardant notre belle université en déconstruction/reconstruction. Les idées sont claires, c’est le moment de la journée où je suis le plus performant. Le soir, une fois la journée terminée, je peux me pencher plus profondément dans mes choix et voir ceux qui ont été les plus judicieux. Ce n’est qu’après ce travail que je décide si l’ouvrage sera cité dans la bibliographie.

La plupart du temps, je partais de mots-clefs assez précis, retenais deux, trois ouvrages dans des secteurs de la bibliothèque différent.Puis, tablette en main, je continuais mes recherches dans les rayons. Généralement, je me retrouvais avec beaucoup plus d’ouvrages que prévu mais aussi avec de nouvelles idées pour orienter la bibliographie différemment.

En ce qui concerne le format de la bibliographie, il faut savoir que sa quasi-totalité est en version papier. Cependant, si les ouvrages papiers représentent la majorité des ouvrages, les outils informatiques ont été d’une très grande aide pour accéder aux papiers. Enfin, lorsque je ne trouve pas l’ouvrage, j’abandonne ; mais seulement de manière ponctuelle : en attendant je me reporte sur d’autre ouvrages.

Pour conclure, la bibliographie est un travail salvateur, il est impose une rigueur tout en demandant une certaine ouverture d’esprit pour ne pas s’enfermer dans des logiques simplistes, malgré la difficulté à laquelle ça nous confronte il s’agit d’un travail formateur.

Crédits image à la Une : tous droits réservés Tristan Valery


Tristan VALERY

Après avoir validé une licence bi-disciplinaire Histoire-Histoire de l'Art à l'université Toulouse II, j'ai décidé de poursuivre ma formation au sein du master recherche Histoire et Civilisations modernes et contemporaines, sous la direction de Mme Teulières. Actuellement mon travail porte sur des questions d'identités, de mémoire et de transmission concernant les Juifs toulousains.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *