Sur les pas de ses maîtres à penser

Couverture de l'ouvrage Les Résistances à la Révolution, éditions Imago, tous droits réservés

Couverture de l’ouvrage Les Résistances à la Révolution, dirigé par François Lebrun et Roger Dupuy, éditions Imago, tous droits réservés.

Se plonger dans les sociétés du passé implique pour l’historien – et le chercheur en herbe – deux outils indispensables : les archives et la bibliographie, qu’il comparera, alliera ou confrontera au moment si solennel de l’écriture.  

Le parcours de chercheur est semé d’embûches… et de livres. Après avoir lu et fiché méticuleusement un ouvrage, je pars en quête de nouveaux titres. À l’instar d’un séjour en archives, une excursion à la bibliothèque, au magasin ou en librairie se prépare la veille au soir. Mais avec quels moyens ?

« Accio livre ! »

À défaut d’une baguette magique, ma recherche d’ouvrages s’effectue de deux manières différentes, dont l’une est bien ancrée dans le monde des Moldus : Internet et les bibliothèques.

Sur la toile, Archipel, Persée et Cairn sont devenus des alliés précieux et indéfectibles. Dans le cas d’Archipel, je saisis des mots clés : c’est d’ailleurs empreinte de nostalgie que je pense à mon premier mot recherché, « contre-révolution », dont je devais réaliser dix mois plus tard qu’il ne correspondait pas à la réalité cantalienne que je voulais dépeindre. Je l’ai abandonné au profit d’une expression bien plus adaptée, « résistances à la Révolution », tirée de l’ouvrage représenté ci-contre et qui s’est révélé la clé de voûte de ma bibliographie. J’entre également de grands noms d’historiens qui ont écrit sur la Révolution française, comme Michel Vovelle, Roger Dupuy ou Jean-Clément Martin, ou qui ont écrit sur des problématiques similaires aux miennes tels qu’Arlette Farge ou Yves-Marie Bercé. Pour ce qui est de Cairn et de Persée, j’écume les Annales historiques de la Révolution française ou toute autre revue en rapport avec le monde rural de l’époque comme celle des Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest. C’est grâce à ces revues que j’ai trouvé la plupart de mes articles.

Je n’en demeure pas moins un « rat de bibliothèque » qui se rend sur place pour dénicher les travaux de ses illustres pairs. Je prends régulièrement le chemin des Archives départementales du Cantal ainsi que de la Bibliothèque d’Etudes Méridionales pour consulter l’intégralité de la Revue de la Haute-Auvergne. Toutefois, c’est surtout au rayon 944.04 (devenue une seconde maison) de la Bibliothèque universitaire centrale que je parcours les innombrables titres qui viendront bientôt grossir les lignes de ma bibliographie. De plus, je ne néglige pas de piocher dans les bibliographies figurant à la fin des ouvrages d’historiens et qui restent d’inépuisables sources d’inspiration.

Ainsi, habituellement peu à l’aise avec les outils numériques, je dois avouer que je les utilise tout autant que le support papier dans la recherche bibliographique. Néanmoins, pour ce qui est de consigner, ranger et classer les titres d’ouvrages d’articles, je procède manuellement (et traditionnellement), n’ayant pas encore acquis l’automatisme Zotero.

Michel Plessix, extrait de la bande dessinée Le vent dans les Saules, 1996-2001, tous droits réservés

Michel Plessix, extrait de la bande dessinée Le vent dans les Saules, 1996-2001, tous droits réservés.

« Recherche Bibliographie désespérément »

Or, dès le début de l’année dernière, j’ai été confrontée au problème de l’absence d’ouvrages. En effet, le Cantal des années révolutionnaires demeure peu étudié, et les réactions de ses habitants face à ce phénomène encore moins. Le problème est d’autant plus important qu’une des œuvres majeures sur le sujet, L’histoire de la Révolution en Auvergne, a été écrite à la fin du XIXème siècle par un ecclésiastique peu objectif. Dans les années 1950 déjà, Michel Leymarie relevait les faiblesses historiographiques de l’histoire de la Révolution dans ce département. Cette pauvreté est encore d’actualité.

En effet, Catherine Marion, ancienne directrice des Archives départementales du Cantal, déplore encore à la toute fin des années 1980 une bibliographie cantalienne « particulièrement décevante ». Depuis, très peu de travaux ont été publiés sur le sujet, excepté l’étude majeure de l’historien britannique Jonathan R. Dalby sur la jacquerie cantalienne de 1792 ou quelques articles récents publiés dans la Revue de la Haute-Auvergne par Bernard Vandeplas et Christian Estève. Pour pallier cet inconvénient, j’ai choisi de mener des lectures sur des problématiques qui éclairciraient mon étude : les mentalités révolutionnaires avec Michel Vovelle, les résistances populaires avec Roger Dupuy et Jean Nicolas, le langage et les gestes en compagnie d’Arlette Farge ou encore le monde rural.  Cette approche détournée m’a permis de trouver les matériaux suffisants pour appuyer mes sources, et j’espère qu’elle se révélera tout aussi efficace cette année.

Une fois les ouvrages trouvés, il ne reste plus qu’à se plonger dedans, plaid, musique de films, chocolat chaud et crayon à papier à l’appui.

Crédits image à la une : Le succès des livres d’histoire, France musique, tous droits réservés.


Cyrielle Forses

Cyrielle Forses, étudiante en Master 2 Histoire moderne sous la direction de Valérie Sottocasa. L'objet de mon étude porte sur les résistances à la Révolution dans le Cantal à travers les prismes langagier et gestuel avec comme bornes chronologiques 1791-1799

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Cyrielle Forses, Sur les pas de ses maîtres à penser […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *