Des archives de rêves et des signes de piste

la marine dans l'histoire en vrac

La marine dans l’histoire en vrac

L’horizon, l’écume et le vent dans les voiles, qu’importe de passer pour un rêveur, mon terrain de jeu, c’est l’extérieur. Les bibliothèques existent pour qu’on y trouve des trésors ; quelques historiens et géographes pour me conforter dans le souhait d’être sur la bonne piste, mais surtout la soif d’écrire quelque chose qui n’aurait pas encore été écrit.

Mon sujet portant sur la mémoire maritime et l’histoire immédiate de ce patrimoine, mon temps dans les dépôts d’archives fut quasiment inexistant. Mes idées, mes sources sont extraites de livres publiés en 2015, qu’il m’a fallu me procurer personnellement mais aussi de témoignages, de vidéos… Il faut du temps pour comprendre comment on se déguise en chercheur, ou plutôt en moussaillon de la recherche.

Construire une historiographie, pertinente, cohérente et juste, telle est la première embuche. Il fallait réunir les gros volumes de l’histoire de la Marine, des anciennes versions aux plus récentes, des biographies, des manuels afin de trouver des limites à cet horizon de recherche sans bornes que constitue l’Hermione dans le patrimoine maritime contemporain.

Mais d’abord, qu’est-ce qu’une historiographie? Un mot savant qui cache des heures et des heures de travail, d’attention, d’incompréhension, de remise en question, de tasses à café sans fond. Pour celui qui n’a jamais suivi un cours d’initiation à l’historiographie, c’est le supplice de la cale par-dessous la quille. Construire une historiographie équivaut, à mon sens à s’exercer  au tricot, on assemble les mailles, les apports de chaque sources, et lorsqu’on enlève les crochets, le travail est fini, du moins pour le master 1. La bibliographie grandit de jour en jour, et lorsqu’elle atteint des sommets, le coin du bureau ne suffit plus (sauf si on possède une table ronde).

Le moussaillon de la recherche est toujours en quête de son Graal, de sa référence, de la source qui va le marquer jusqu’au Master 2. Ce n’est pas seulement un ouvrage où l’on vole des connaissances sans honneurs, pour s’approprier le monopole de la première idée. Sylvain Venayre, historien du voyage, a tout d’abord un style. Une particularité qu’on se plaît à lire et à relire. Sa plume me paraissait dans un premier temps juste mais compliquée. Puis, au cours de ce Master 1, pour la deuxième fois dans ma vie, j’ai appris à lire.

“Le marin à l’ancre”

Je souhaitais ajouter à ce mémoire la douceur d’une vieille carte postale, puisque l’Hermione est revenue des profondeurs grâce à la sensibilité de certains hommes. Pourquoi ne pas leur rendre hommage de la plus sérieuse des manières et recueillir leurs témoignages ? Je souhaitais que ce mémoire respire, qu’il transpire les embruns comme s’il avait lui aussi traversé l’Atlantique. Alors poussé par les encres de marins sensibles comme Giraudeau, Kersauson, ou Tabarly, et une bibliothèque personnelle construite depuis la maternelle, j’ai décidé de travailler sur l’Hermione dans la littérature.

Accompagné de mon inséparable Panorama du Voyage de Venayre, j’ai parcouru l’index, pour en dresser une palette d’auteurs qui ont magnifié le monde marin. Avec les lunettes d’un historien, j’ai tenté un travail de comparaison, entre les styles d’écritures, les registres de langages mais aussi les illustrations. Souvent le regret de pourquoi j’avais choisi de faire des études d’histoire m’a habité, à savoir les documents anciens, et cette impression unique de ressentir le lieux des mémoires que sont les dépôts d’archives. C’est la raison pour laquelle j’ai gardé ce travail en ligne de mire pour le Master 2.

 


Quentin Laurensan

Ayant obtenu une Licence d'Histoire-Géographie à l'Université Toulouse Jean-Jaurès, j'ai choisi de me diriger vers la recherche contemporaine. Je travail actuellement sur L'aventure de l'Hermione vu sous l'angle d'un voyage contemporain au fil des représentations et des symboles. Je ne me présente pas comme un globe-trotter cherchant à écrire un récit de voyage, mais ayant passé beaucoup de temps en Bretagne, je ne suis pas insensible au charme de la navigation.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.