Rat de bibliothèque et souris d’ordinateur

Francisco de Goya, Hommes lisant, musée du Prado

Francisco de Goya, Hommes lisant, musée du Prado

La recherche m’a confrontée à un univers que je connaissais auparavant très peu : celui des tréfonds des bibliothèques, où sont rangés dans un ordre anarchique maints travaux universitaires obscurs qu’il me faut extirper des rayons. Utiliser les catalogues s’est vite révélé vital, tout comme maîtriser d’autres moteurs de recherche pour chercher articles de revues et documents ne se trouvant pas dans les bibliothèques toulousaines.

Mon premier réflexe est d’aller sur Archipel, ou sur le catalogue du réseau de bibliothèques de Toulouse, pour faire un repérage sur les livres les plus accessibles et les plus généraux tournant autour de la question qui m’intéresse. Une fois ces documents empruntés et analysés, j’en étudie la bibliographie et note les références des ouvrages qui semblent s’approcher le plus de mon sujet. Les lire et étudier leur bibliographie me prend d’une semaine à une dizaine de jours. La recherche devenant alors plus précise, les choses peuvent alors se compliquer. Si Archipel m’informe que la bibliothèque universitaire n’a pas l’ouvrage que je cherche dans ses rayons, je me tourne alors vers le SUDOC et utilise le prêt entre bibliothèques quand c’est possible (c’est-à-dire quand le document en question n’est pas un mémoire ou une certaine catégorie de thèse). En utilisant Zotero, je recopie les données des documents pour pouvoir constituer une bibliographie.

- Madame, Madame ! Pourquoi quand je tape "La Fayette" sur Archipel, on me parle de la Princesse de Clèves ? - Bon, Claire, je vous explique encore une fois...

– Madame, Madame ! Pourquoi quand je tape « La Fayette » sur Archipel, on me parle de la Princesse de Clèves ?
– Bon, Claire, je vous explique encore une fois…

Joies des bases de données

Nous avons parlé jusqu’ici du support papier, celui qui a toujours ma préférence affectueuse. C’est pour chercher des articles isolés de revues universitaires que je me tourne directement vers le numérique. Le moteur de recherche CAIRN est mis à contribution pour les articles récents, Persée pour les plus anciens, et JSTOR pour l’internationale. C’est là qu’intervient le problème récurrent des bases de données. En tapant des mots aussi vagues que « lettres », « correspondance » ou « presse », ou des homonymes pouvant se référer à de nombreux objets comme « Lafayette », les listes de résultats peuvent s’allonger jusqu’à n’en plus finir. Il y a heureusement l’option de préciser la recherche, mais certains sites de recherche – je pense à vous, SUDOC et catalogue de la BnF – ont manifestement des problèmes à gérer une recherche avancée. Il me faut donc parfois déjà savoir exactement ce que je cherche avant d’entreprendre quoi que ce soit sur ces inventaires.

Crédits image à la une : Jean-Siméon Chardin, Portrait du peintre Joseph Aved, Musée du Louvre

 


Claire Roulot

Après avoir passé un Bac L, fait trois années de prépa Ecole des Chartes au lycée de Fermat à Toulouse. Admissible après avoir tenté une seconde fois le concours en mai 2015, s'en sort vivante mais pas prise. Fait un Master 1 en Histoire moderne à l'université Jean Jaurès, et n'a pas de certitudes sur ce qu'elle veut faire de sa vie, à part se consacrer à son obsession pour la Révolution française. Essaie de faire un mémoire intéressant sur la correspondance entre deux illustres inconnus, Jean-Louis Garac, étudiant d'origine gersoise en médecine présent à Paris entre 1788 et 1790, et son père, également médecin, également gersois et également prénommé Jean. La correspondance en question étant trop courte pour soutenir un mémoire de Master 2, elle passe à la presse, avec un sujet sur la réception de La Fayette dans la presse radicale entre 1789 et 1791.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Claire Roulot, Rat de bibliothèque et souris d’ordinateur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *