La bibliographie ou la plaie ultime

Hermione Granger et les livres magiques ou le rêve de rangement de l'étudiant, (tous droits réservés, Warner Bros)

Hermione Granger et les livres magiques ou le rêve de rangement de l’étudiant, (tous droits réservés, Warner Bros)

Exercice ardu débuté en première année de Master, la bibliographie est une étape bien compliquée. Compliquée car elle demande une organisation précise; elle est directement lié à l’historiographie et que cette dernière est ma bête noire personnelle depuis le début de mes recherches. Enfin, les nouvelles règles concernant celle-ci pour la deuxième année de Master sont encore un peu mystérieuses.

 Bibliographie et Historiographie : les embuches

La première partie de la recherche en première année de mémoire consiste principalement en l‘élaboration de la bibliographie et de l’historiographie liées au sujet. Le problème principal de l’historiographie est le peu d’informations dont disposent les apprentis chercheurs pour mener à bien son élaboration. Si cette tâche est longuement, péniblement, continuellement abordée depuis le début du cursus universitaire, elle reste quelque peu nébuleuse. Le principe de base est compris, il est plus compliqué de l’appliquer à son propre sujet de recherche. De plus, chaque professeur semble utiliser une méthodologie différente quant à la construction de cette historiographie, ce qui n’aide pas forcément les étudiants.

La bibliographie est un travail de longue haleine, plutôt fastidieux, rempli d’obstacles, de frustrations et de déceptions. Sur un sujet impliquant des œuvres inachevées, trouver des ouvrages abordant ou évoquant le sujet de l’inachèvement dans le processus de création est délicat. Pour aider l’étudiant, la plateforme Archipel est un outil assez utile, permettant d’avoir un panorama assez complet sur le catalogue proposé par les bibliothèques de la région. Le nombre d’heures passées à la bibliothèque ne se compte plus et la tristesse est souvent présente. La tristesse apparaît lorsqu’un livre dont le titre et le résumé promettent monts et merveilles et que finalement à sa lecture, les informations sont inadaptées au sujet, inutilisables ou trop vagues.

Impossible d’évoquer la bibliographie sans mentionner l’outil Zotero. D’abord très sceptique à l’idée d’utiliser ce logiciel, j’avoue ne plus pouvoir m’en passer désormais. Non pas pour l’organisation de la bibliographie mais pour regrouper en seul lieu l’ensemble des références de façon claire et sans oubli d’informations. Ensuite, l’outil permet d’insérer des notes de bas de page et donc des références bibliographiques lors de la rédaction du mémoire, et ainsi gagner un temps précieux. Un seul clic suffit pour associer une citation à un ouvrage sans avoir à retaper l’ensemble de la référence. En bref, Zotero est probablement la meilleure chose utilisée l’an passé pour la rédaction du mémoire.

La quête de l’ouvrage absolu

Bibliothèque de la Cinémathèque de Toulouse, tous droits réservés, COUTIN

Bibliothèque de la Cinémathèque de Toulouse, tous droits réservés, COUTIN

La plupart des recherches bibliographiques se font donc grâce à la plateforme Archipel. La plupart du temps directement sur place, la recherche de livres permettant une petite pause dans la rédaction du mémoire ou autres compte-rendus d’ouvrages et autorisant une petite promenade dans les allées de la bibliothèque. La plupart des ouvrages consultés se trouvent dans les différentes bibliothèques de l’université Jean Jaurès. D’autres se trouvent à la médiathèque de l’ESAV, certains dans les rayonnages de la cinémathèque de Toulouse et une minorité à la bibliothèque de l’Arsenal.

L’ensemble de la consultation bibliographique se fait principalement sur papier. La bibliographie de la première année est composée à 95 % de documents papier. Il est bien sur impossible de négliger les documents numériques et les articles présents en ligne. Mais pour mon sujet, les articles ou documents en ligne sont difficilement identifiables. Le numérique est important pour les articles en langues étrangères, les publications à l’étranger et indisponibles en version papier. Les interviews de réalisateur ou d’auteurs faites par des rédactions étrangères sont plus facilement accessibles en version numérique. Il en va de même pour les revues de cinéma anciennes dont la plupart a été dématérialisée et mise en ligne, l’ensemble des références étant sur le site Ciné-ressources. En l’occurrence, pour le sujet, les revues l’Intransigeant, Pour-Vous, dont le catalogue est présent en entier sur le site de la Cinémathèque de Toulouse, est celle qui est la plus consultée.

Il n’y a pas vraiment de fréquence de recherche, de moments précis. Cela se fait plutôt au feeling, surtout en cette deuxième année de recherche. La bibliographie de première année était plus fastidieuse, plus longue car elle était le travail de base, le socle de l’ensemble du sujet de recherche. La bibliographie de M2 est une continuité, les ouvrages consultés sont des aides supplémentaires des outils en plus qui s’ajoutent aux références établies en première année.

Mal de dos et livres perdus

En deuxième année, la bibliographie et les recherches bibliographiques se font plus discontinues. Si besoin est, on effectuera les recherches la veille d’une journée passée à la bibliothèque. Fait non-négligeable, depuis que l’étudiant est en Master, il est désormais autorisé à emprunter vingt livres à comparer aux huit livres autorisés en licence. Cette grande quantité de livres nécessite un équipement adéquat et un sac conséquent, car passer une heure dans les transports en commun avec un cabas remplis de livres, cela fait les bras mais c’est un peu fatiguant.

Constituer une biographie est un parcours jalonné d’obstacles et d’incertains. Le moins courant des évènements est un livre perdu. Ce cas de figure ne m’est arrivé que deux fois, mais cela pose problème car cela prend du temps à remplacer, si les ouvrages sont remplacés. Certains ouvrages ne sont disponibles que dans certaines bibliothèques, d’autres sont introuvables en France. Dans ces cas là, seul le déplacement est envisageable, ou avec le système D et l’utilisation de diverses plateformes en ligne afin de lire des résumés d’ouvrages en ligne. Pour les ouvrages en langue étrangères non disponibles en France, la plupart du temps, il faut se résoudre à emprunter d’autres pistes.

Dawson, parfaite représentation de mon état après une demande de PEB, Tous droits réservés, property of Dawson

Dawson, parfaite représentation de mon état après une demande de PEB, Tous droits réservés, property of Dawson

Pour ce qui est du PEB (Prêt entre Bibliothèques), je ne l’ai utilisé qu’une fois et en garde un souvenir assez particulier et peu concluant. J’ai reçu un accueil assez froid et peu chaleureux de la part des responsables dont on avait l’impression que notre demande représentait un fardeau insurmontable. Si le service est assez rapide, les résultats sont peu concluants. C’est le deuxième point; après avoir eu le document en main, il s’est avéré qu’il ne m’était d’aucune utilité. La demande de prêt est frustrante et les résultat le sont encore plus, je n’ai jamais eu à nouveau recours à ce procédé, préférant utiliser des méthodes alternatives.

 

Crédits photo à la Une : Jeune fille dressant une bibliographie sur un sujet très compliqué, Tous droits réservés, Lewis DIUGUID


Alessandro Bessy

Etudiant en Master 2 recherche en Histoire contemporaine (2015-2016) avec une spécialisation en histoire du cinéma, Les recherches d'Alessandro Bessy se portent actuellement sur les œuvres inachevées d'Abel Gance de 1937 à 1973 sous la direction de Mme Natacha LAURENT. Cette deuxième année de Master lui permettra d'aborder plus en détails les deux projets de Gance, Giselle et Christophe Colomb, esquisses grandioses d'un auteur en quête d'une nouvelle consécration artistique.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28 février 2017

    […] et/ou raconter sa vie, c’est tout de même une belle opportunité. Peu d’étudiants disposent d’une tribune pour raconter leurs expériences et surtout extérioriser leurs tracas et petites peines […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *