Travailler sur Toulouse à Toulouse : on a tout sous la main !

Creative commons, Pexels

Oui, c’est un avantage, je n’ai pas eu besoin de trop me déplacer pour trouver des ouvrages concernant mon sujet. Cela dit, le cheminement pour arriver à la bibliographie actuelle de mon sujet a connu quelques détours…

J’ai commencé par ratisser les étagères de la Bibliothèque Universitaire Centrale de tout ce qui concernait la Révolution française vue sous l’aspect religieux. Le rayon est assez fourni et j’ai pu trouver ce qu’il me fallait. J’ai effectué mes recherches avec le moteur de recherche du catalogue de toutes les bibliothèques du réseau Archipel.
En parallèle, j’ai nourri ma bibliographie de l’histoire de Toulouse afin de mieux connaître la ville, son histoire et travailler aussi sur son identité. C’est à cette fin que je me suis mise à la recherche des travaux des historiens Michel Taillefer, Georges Fournier, Jacques Godechot, Jean-Claude Meyer – pour ne citer qu’eux.

Toujours par le biais d’Archipel, j’ai découvert que la majeure partie des ouvrages se trouvait à la bibliothèque de l’UFR d’Histoire de l’Université Jean Jaurès. Je précise que la quasi-totalité de ma bibliographie est en version papier pour ce qui est des ouvrages, en revanche, la majorité des articles sont en format numérique, issus de Cairn ou de Persée.

L’histoire de ma bibliographie

1507-1

Tous droits réservés, Fnac

L’avancée de ma bibliographie n’est pas franchement régulière. La bibliographie actuelle de mon travail s’est faite en même temps que l’avancée de la perception de mon sujet. Concrètement, tant que je n’avais pas compris que la prise en compte de la question du serment avait une importance pour comprendre la déchristianisation, les ouvrages concernant le serment en France n’étaient pas présents dans ma bibliographie. C’est au contact des archives que je l’ai compris.

L’inverse est vrai aussi, les problématiques soulevées dans les travaux d’historiens de la Révolution française concernant la religion ont pu influencer ma façon de consulter les archives et surtout déterminer lesquelles aller consulter. Finalement, je n’ai pas eu à me confronter à l’absence de livres au sein de la bibliothèque universitaire. J’ai pu bénéficier de la Bibliothèque de l’Arsenal concernant les archives principalement, mais pas pour la bibliographie.

Image à la une : creative commons, Pexels


Lauréline Brousse

Après avoir validée une licence en histoire, je suis maintenant étudiante en Master 2 Histoire moderne sous la direction de Valérie Sottocasa. Mes recherches portent sur la question religieuse à Toulouse pendant la Révolution française. Ce travail comprend l'étude du serment à la Constitution civile du clergé et la déchristianisation de l'an II.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.