Dépouiller, classifier, sélectionner et ensuite analyser !

Tous droit réservés, Tumblr LilouAnne Collection

Tous droit réservés, Tumblr LilouAnne Collection

Métro, bus et un peu de marche pour arriver à 9h à la salle de lecture des archives municipales ou départementales. Il y a un an, j’y allais sans rien préparer au préalable, je regardais l’inventaire de la période révolutionnaire pour aller à la pêche aux archives dans lesquelles je pouvais trouver ou deviner les thèmes « religion », « église », ou encore «serment ». Mais ça, c’était avant. 

Cette année, ce n’est plus de la recherche « à l’aveugle ». Maintenant, je connais mieux les dépôts d’archives ainsi que mon sujet. C’est quand même pas mal ! Désormais, quand je vais aux archives, je fixe mon objectif en amont, en fonction de ce que je veux travailler dans les semaines à venir. Par exemple, pour la cohabitation entre l’église réfractaire et l’église constitutionnelle, je regarde l’inventaire en ligne ou alors dans mon corpus pour vérifier si je n’ai pas préalablement une piste mise de coté. Je prépare mon approche avant, et ensuite je dépouille les fonds d’archives dans ce seul objectif pour éviter de m’éparpiller. Ce qui ne m’arrive jamais d’ailleurs !

Mes indispensable lors de cette excursion dans le temps : mon portable qui me sert d’appareil photo. Oui, puisque la salle de lecture des archives municipales n’est ouverte ni l’après-midi ni le week-end, les archives qui m’intéressent ou m’interrogent sont prises en photo (même celles qui ne présentent pas toujours un intérêt. Dans le doute, je les prend toujours en photo pour éviter de devoir traverser la ville pour une archive !). Donc, en rentrant à la maison, il y a beaucoup de photos à trier, recadrer, pour en diminuer la luminosité ou au contraire l’augmenter.

Après cette séance de retouche, je juge si elle va se retrouver dans le dossier « certifié conforme au sujet» ou plutôt dans le dossier « on ne sait jamais », voire dans la corbeille. Mais comme j’ai peur de regretter amèrement d’avoir supprimé une de ces photos, les archives qui ne m’intéressent pas se retrouvent dans le dossier « on ne sait jamais », parce qu’effectivement, on ne sait jamais ! Bref, après cette longue et fastidieuse séance de triage autour d’un bon thé chaud, me voici avec un corpus affiné, pertinent et propre !

CC Wikimedia commons

Archives municipales de Toulouse (réserve)

Alors, qu’y a-t-il maintenant dans mon corpus ?

Les sources que j’utilise pour mon travail se trouvent aux Archives départementales de la Haute-Garonne. Dans ce dépôt j’ai sélectionnée plusieurs archives de la série 1L et des sous-catégories suivantes :

  • Agitations et politique religieuses
  • Fêtes et cérémonies
  • Cultes
  • Délibérations et arrêtés

J’utilise bien entendu les fonds des Archives municipales de Toulouse. C’est le dépôt d’archives numéro 1 dans mes sources. Par exemple, c’est dans ce dépôt que j’ai trouvé quantité de lettres ouvertes de prêtres expliquant pourquoi ils refusent de prêter de serment ou pourquoi ils prennent la décision de le faire. Je travail avec les archives des séries suivantes :

  • Cultes (série P)
  • Police, hygiène publique, justice (série I)
  • Administration générale de la commune (série D)

En plus de cela, j’ai quelques archives trouvées sur Gallica. Mais la grande majorité des mes documents se trouve aux archives municipales et départementales. D’ici peu de temps, mon corpus se verra peut-être augmenté et enrichi grâce à Philippe Foro qui me donne accès aux archives ecclésiastiques de Toulouse. J’espère vraiment y trouver des archives intéressante qui me permettront d’approfondir ou d’ajuster ce que j’ai déjà trouvé l’an passé sur le clergé toulousain pendant la Révolution française, et plus encore.

Un monde d’archives ne suffit pas

Quand on fait un travail de recherches dans les archives, il est important de savoir équilibrer sources et bibliographie, mais surtout savoir faire le lien entre les deux. La thèse de Jean-Claude Meyer est une mine d’or pour moi, il a travaillé sur la vie religieuse dans la Haute-Garonne pendant la Révolution française et dans son travail, j’ai pu apprendre à apprivoiser la ville de Toulouse et son histoire religieuse. Mon regard sur mes archives s’est considérablement modifié après cette lecture. Il en va de même pour le travail de Timothy Tackett sur le serment.

Bien sûr, toutes les archives étudiées ne suffisent pas à répondre à toutes mes questions ou aux précisions que j’aimerais apporter. Alors comment gérer cette frustration ? Par la bibliographie, même si l’échelle de recherche n’est plus Toulouse. Il y a déjà eu des travaux dont les sujets se rapprochent des miens et je peut utiliser certaines études en comparaison. Mais ce n’est pas toujours satisfaisant… Alors je prie pour que, lors de ma prochaine venue aux archives, je tombe comme par hasard sur LE document tant espéré !

Crédits image à la Une : CC Prexels


Lauréline Brousse

Après avoir validée une licence en histoire, je suis maintenant étudiante en Master 2 Histoire moderne sous la direction de Valérie Sottocasa. Mes recherches portent sur la question religieuse à Toulouse pendant la Révolution française. Ce travail comprend l'étude du serment à la Constitution civile du clergé et la déchristianisation de l'an II.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *