Une bibliographie en constante évolution

41qdaqsjvl-_sx339_bo1204203200_

Valérie Sottocasa, Les brigands Criminalité et protestation politique (1750-1850), Tous droits réservés P.U.R

Tout comme mes sources, je ne cesse d’étayer ma bibliographie. Son développement résulte des différentes approches que me fait connaître mon sujet dont certains points apparaissent quotidiennement.

Les lectures au sein de cette bibliographie font également surgir d’autres travaux relativement intéressants sur certains aspects. Ma bibliographie est en constante mutation et ne sera terminée que lors de ma fin de Master.

Trouver les documents importants

Le développement de ma bibliographie s’est articulé et continue de s’articuler selon l’évolution de mon sujet et des nouveaux thèmes que j’aborde. Au début, je me suis intéressé aux ouvrages relativement généraux : livres sur la Révolution pour avoir en tête les faits marquants de la période et autres ouvrages traitant de la criminalité avec la mise en avant des différents délits sous l’Ancien Régime, comme l’a notamment traité Nicole Castan. Ces premières lectures m’ont permis de cerner mon sujet, d’en connaître plus précisément les différents termes les limites.

Par la suite, ma bibliographie s’est étoffée grâce aux sources qui m’ont révélé de nouveaux points importants à aborder dans mon étude. Mes premières lectures étaient donc très générales mais l’évolution des mes travaux m’a guidé vers de nouvelles pistes et de nouvelles lectures. Je me suis alors intéressé sur les faits de brigandage de plusieurs grands personnages du XVIIIe siècle tels que Cartouche et Mandrin, figures emblématiques du brigandage durant la fin de l’Ancien Régime. J’ai également approfondi mes connaissances grâce à certains ouvrages traitant de la période révolutionnaire, surtout sur un moment précis de cette dite période.

Via mes recherches en archive, j’ai établi un travail de l’ordre chronologique : une première période allant de 1790 à juillet 1799, une deuxième d’août à septembre 1799 et la dernière s’étalant d’octobre 1799 à 1802. Je me devais donc d’expliquer pourquoi ce découpage où chaque période connaît des troubles politiques plus ou moins marqués (arrivée de la République, puis mise en place du Directoire et enfin du Consulat). Mais surtout, je me devais de clarifier le choix d’une période aussi restreinte qui s’étend sur uniquement deux mois, d’août à septembre 1799. C’est ici que mes apports bibliographiques sur la période révolutionnaire se sont encore davantage approfondis. 1799 est une année témoin d’une importante insurrection menée par des brigands royalistes, j’ai eu alors à étudier les causes et les conséquences de cette rébellion dont les conséquences prirent des proportions énormes dans l’ensemble de la Haute-Garonne. D’ailleurs, concernant l’aspect géographique de mon étude, celle-ci connut quelques modifications. Voulant d’abord travailler sur l’ensemble du Midi Toulousain, je me suis vite rendu compte que la tache serait ardue et j’ai donc préféré me concentrer sur la Haute-Garonne. Je me suis alors intéressé à ce qu’était le département durant cette époque : du point de vue géographique (plus grand qu’aujourd’hui car englobant l’est de l’actuel Tarn-et-Garonne) et administratif (qui dirigeait le département, quel était le pouvoir des représentants de l’Etat et des différentes administrations des lieux…). Ces changements de lieux m’ont alors poussé sur des lectures plus précises : bien que peu de travaux s’attardent réellement sur la Haute-Garonne sous la Révolution, ceux sur le Midi Toulousain sont plus courants et mentionnent relativement souvent les faits insurrectionnels de 1799.

L’organisation de mes recherches bibliographiques

Illustration du logiciel Zotero, http://www.alisonsinclair.ca/

Illustration du logiciel Zotero, http://www.alisonsinclair.ca/, Alison SInclair, Tous droits réservés

En général, lorsque j’étudie mes sources, je mets en avant certains point qui méritent d’être creusés et, par la suite, j’établis un inventaire bibliographique en rapport avec ces nouvelles idées. Par exemple, au début de mes recherches, j’ai soulevé de nombreux points importants pour comprendre le mode de fonctionnement du brigandage : lieu et moment d’action, utilisation d’armes, etc. Lorsque ma journée de travail aux archives se terminait, je mettais sur une feuille à part l’ensemble de ces nouveaux points et je me renseignais sur les différentes sources bibliographiques s’y rapportant grâce à certains sites internet tels que Archipel, Cairn, Sudoc et bien d’autres. Également, un logiciel qui me fut fort utile pour organiser ma bibliographie fut Zotero qui m’a permit d’établir une liste présentable et complète de mes documents.

Cependant, bien que cela soit majoritairement ma façon de travailler, il m’arrive de tomber sur une information ou un sujet que j’ai pu rater ou oublier. Dans ce cas là, j’essaie de replacer ce nouveau point dans le contexte de mes sources et, parallèlement, d’inclure les nouveaux documents sur ce sujet dans ma bibliographie.

Il m’est cependant déjà arrivé de ne pas trouver d’informations sur certains points et donc de les laisser non approfondis. Pour cela, je me suis pour la plupart du temps, référé à ma directrice de recherche qui a su m’indiquer où je pouvais trouver des documents traitant de ces points. Enfin, dans la majorité des cas, je préfère acheter les ouvrages. Cela me permet de m’y replonger quand je le souhaite, je n’ai donc pas le problème d’avoir oublié une indication importante. Mais parfois, certains documents sont introuvables à la BUC de Jean Jaurès et sur Internet, bien que cela soit très rare. Dans ce cas, je me renseigne sur les universités ayant le document que je recherche et dans ce cas là, je demande un prêt universitaire.

 

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons Johannes Jansson


Cédric Mazel

Je m'appelle Cédric Mazel. Une fois ma licence d'histoire obtenue, je voulais continuer dans cette voie et plus particulièrement sur l'époque moderne (mais aussi contemporaine). C'est pour cette raison que j'ai décidé de m'inscrire dans le master histoire et civilisation moderne et contemporaine à l'université Jean Jaurès de Toulouse. Ayant toujours été curieux par tout ce qui touche la criminalité et la justice, les travaux de Mme.Sottocasa sur le brigandage m'ont permis de m'orienter sur un sujet similaire. J'ai donc décidé de travailler sur le brigandage dans le midi Toulousain durant la Révolution, période marquée par des changements sociaux importants.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Cédric Mazel, Une bibliographie en constante évolution […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *