La bibliographie : boussole du jeune chercheur

CC, Centre de Ressources des Langues – Université Toulouse Jean Jaurès, Wikimedia Commons, Joson, 2013.

Indispensable à l’étude d’un sujet, la bibliographie est un véritable repère pour tous les chercheurs. Elle concentre les travaux majeurs réalisés sur notre recherche. Plus que tout autre chose, elle est le reflet du cheminement intellectuel qui a permis de faire émerger notre sujet. Faire l’impasse sur la bibliographie, c’est prendre le risque de faire des erreurs de compréhension, voire de jugements, et tourner le dos aux contributions d’autres chercheurs qui ne peuvent qu’apporter à notre étude.

J’ai constitué la grande majorité de ma bibliographie lors de ma première année de master. Pour déterminer l’état de la recherche concernant le sujet des Femmes collaboratrices en Haute-Garonne, j’ai dû réaliser un bilan historiographique. La constitution d’une bibliographie peut s’avérer fastidieux selon le sujet choisi. Pour ma recherche, l’une des principales difficultés a été de choisir quelques publications dans la multitude des travaux concernant la Seconde Guerre mondiale et le régime de Vichy. J’ai essayé de conserver les ouvrages et les articles les plus pertinents, notamment au niveau des dates récentes de publication et des thématiques développées, en accord avec l’actualité de la recherche.

La bibliographie numérique

A l’ère du numérique, nombre d’outils facilitant la recherche sont mis à notre disposition. Parmi eux se trouvent notamment des moteurs de recherche bibliographique tels que Cairn, Persée, OpenEdition Books, Theses.fr et JSTOR qui sont ceux que j’ai le plus utilisé.

À cela s’ajoutent, des moteurs de recherche de revues, des sites et des revues spécialisés. La revue spécialisée Clio. Femmes, Genre, Histoire recense les travaux les plus proches de mon sujet. Cet exemple d’interdisciplinarité est le celui qui m’a apporté le plus d’aide dans mes choix méthodologiques et dans mes questionnements, en regardant les différentes manières de travailler sur des sujets relatifs à l’histoire des femmes et du genre. Enfin, les sites du Ministère de la Justice et de l’Institut d’Histoire du Temps Présent ont été d’une aide précieuse dans la compréhension du système judiciaire et de la répression à la Libération.

Le goût du papier

Si la bibliographie numérique donne un accès non négligeable à quantité de publications locales et internationales, je préfère néanmoins consulter des travaux écrits et conservés dans des bibliothèques, notamment celles de l’Université Jean Jaurès de Toulouse qui propose un large choix de publications interdisciplinaires. Pour ce faire, l’inventaire des bibliothèques universitaires de Toulouse Archipel me permet de faire une présélection avant de me rendre sur place. Le rapport au papier n’est pas le même que celui que peut avoir le chercheur face à un ordinateur. J’ai fais le choix de mettre en avant mon goût pour la recherche « papier » dans ma bibliographie de première année composée d’une cinquantaine d’ouvrages, pour une dizaine de publications numérisées.

Ce travail de fond qu’est la recherche bibliographique, nécessite beaucoup de temps. Au cours de ma première année, les premiers mois étaient entièrement consacrés à cette recherche. Trois à quatre fois par semaine, je me penchais sur les différents travaux réalisés avant de consulter la moindre archive. Puis, elle est devenue plus sporadique à partir du moment où ma bibliographie est devenue suffisamment dense pour maîtriser le contexte de l’époque étudiée ainsi que l’historiographie de mon sujet.

Lors de cette seconde année de master, il est nécessaire de réexaminer la bibliographie proposée lors de mon mémoire. Si j’ai répertorié les ouvrages et les publications les plus incontournables pour étudier les Femmes collaboratrices en Haute-Garonne, aucune bibliographie n’est exhaustive. La mienne mérite d’être enrichie, d’autant plus que l’élargissement d’un corpus de sources implique celui de la bibliographie qui l’accompagne.

Crédits Image à la Une: Tous droits réservés, 123RF, Dmitry Rukhlenko.


Lisa Laborde-tuya

En 2016, étudiante en master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine à l’ Université Jean Jaurès de Toulouse, je réalise un mémoire sous la direction de Sylvie Chaperon, sur les Femmes collaboratrices en Haute-Garonne de par mon intérêt pour l’Histoire des femmes, les questions de genre dans la guerre et la thématique de femmes et violence. Diplômée d’un BAC ES option européenne anglais, j’ai par la suite obtenu une licence Bi-disciplinaire en Histoire et Histoire de l’Art, Archéologie dans cette même université.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Lisa Laborde-Tuya, La bibliographie : boussole du jeune chercheur […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *