Prendre appui sur la connaissance agréée

Catalogue informatisé des BU de Toulouse. CC

Catalogue informatisé des BU de Toulouse. Capture écran L. Ribo

On ne démarre jamais de nulle part et sans rien. La bibliographie que l’on constitue, représente les balises guidant nos premiers pas. Chaque corpus de références est unique, intrinsèquement lié aux multiples aspects du sujet de recherche. Pour créer un tel ensemble, les outils numériques comme les catalogues en ligne, sont un gain de temps et d’énergie considérables, quelques mots-clés et le tour est joué. 

Selon les besoins et les humeurs la méthode, pour trouver des ouvrages scientifiques peut sensiblement varier. En effet, les jours où la demande est précise et urgente, les catalogues et collections accessibles depuis un PC deviennent indispensables et sources de bonheur. C’est ce rôle que remplissent Archipel ou le catalogue de la Bibliothèque de Toulouse. Mais parfois, on se laisse surprendre par le hasard des belles trouvailles. Sans attente particulière, c’est au détour d’une étagère du Cirdoc (Centre interrégional de développement de l’occitan, Béziers) ou dans les méandres de Google Schoolar que l’on tombe sur des trésors d’ouvrages qui feront considérablement avancer notre réflexion et deviendront une référence dans notre manuscrit.

La primauté du papier

Les vacances de Toussaint

Les vacances de Toussaint, L. Ribo

Jusqu’à présent, tous les ouvrages composant ma bibliographie sont passés entre mes mains, autrement dit, je les ai consulté sous leur format matériel, papier. Même si ils pèsent lourd dans le sac qui les amène de la bibliothèque jusqu’à l’appartement, la consultation est vraiment plus commode.     Tourner les pages, revenir au sommaire, regarder une note d’un coup d’œil, je suis bien plus à l’aise que lorsque je dois lire sur un écran d’ordinateur. D’ailleurs je m’y contrains seulement pour une lecture rapide, notamment les articles scientifiques à la publication récente. La partie « numérique » de mon corpus bibliographique est absolument minime, il s’agit d’un ou deux films documentaires en DVD, et de quelques CD des Fabulous Trobadours pour se mettre dans l’ambiance.

Une entité en constante mutation

Le corpus bibliographique grandit au rythme du travail. Au tout début, une fois le sujet déterminé il est nécessaire d’en dégager les grands thèmes afin de mener une première collecte bibliographique. Elle sera certes confuse et désordonnée,  mais offrira une vue d’ensemble des travaux déjà menés ce qui permet ensuite de s’appuyer sur un socle de connaissances primordial pour se lancer dans une étude de longue haleine.

La constitution de la bibliographie se fait également durant la lecture même des ouvrages la composant. Autrement dit, de chaque livre consulté on repère des notes et de nouvelles références historiographiques qui viendront à leur tour s’inscrire dans cette liste exhaustive. Bien sur, la création bibliographique se fait aussi ponctuellement, lorsque l’on recherche un livre traitant d’une notion particulière.

Un parcours semé d’embûches

Tout semble aisé, mais il n’en est rien. De multiples obstacles se dressent souvent devant la recherche bibliographique. Lorsque les catalogues usuels ne me proposent pas ce que j’espère, je désespère. Cela signifie clairement que l’accès à certains ouvrages peut être complexe, qu’il faut voir plus loin dans la recherche que toutes les bibliothèque de la ville, voir même de la région. C’est pour cette raison que le Sudoc est un objet magique. Lorsqu’on le marie au PEB « Prêt Entre Bibliothèques », le soulagement et la satisfaction sont grands !

Pourtant, en deux mois, j’ai déjà été stoppé par d’autres complications. D’autres comme moi ont dû rager en lisant « inaccessible pour cause de travaux », n’ayant aucune idée de la durée de ceux-ci et ralentissant considérablement le travail lorsque cela revient à plusieurs reprises. Je respire profondément et je passe à autre chose…

Une dernière difficulté peut entraver la création de la bibliographie, et elle est pratiquement insurmontable : l’absence, l’inexistence de références sur un point spécifique du travail. À ce moment, je panique, mais c’est une des limites de l’histoire quasi immédiate, je ne trouve rien sur le contexte de la décennie 1990. Pourtant c’est essentiel à mon propos puisque c’est dans cette dizaine d’années qu’évolue le sujet de mon mémoire. Hors j’ai seulement quelques points de repères politiques, mais aucun au niveau culturel et social. Pas d’ouvrage, pas d’article sur la décennie 1990. Il va falloir piocher des informations un peu partout puisqu’il n’y pas encore eu de synthèse, ce qui va demander un travail colossal.

Anem ! (Allons-y en occitan)

 

Crédits image à la une : Pixabay, CC.


Lisa RIBO

Je suis étudiante en 2ème année de Master Histoire Contemporaine, sous la direction de M. Vayssière. Mon travail porte sur une aire géographique, culturelle et politique constamment rappelée sur le devant de la scène : l’Occitanie. A Toulouse cette sensibilité est prégnante, elle l’était plus encore entre 1970 et 1990, visible dans la sphère publique, et sensible dans l’intimité. Une affection que nos recherches tentent de mettre en lumière.

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Lisa Ribo, Prendre appui sur la connaissance agréée […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *