Des archives, oui ! Mais numérisées, s’il vous plait !

Gasparin Valérie de, À Constantinople, Paris, Michel Lévy Frères, 1867

Gasparin Valérie de, À Constantinople, Paris, Michel Lévy Frères, 1867

Dans le cadre des recherches de ma première année de master, je n’ai pas travaillé dans des dépôts d’archives classiques. En effet, j’ai analysé des récits de voyageurs publiés à leur retour et mis à la disposition d’un public grandissant. Ce type de source ne se trouvant pas dans des dépôts d’archives classiques, j’ai dû me tourner vers d’autres types de plateforme pour pouvoir mener à bien mon projet de recherche.

Alors quelles archives pour mon sujet ?

Les documents sur lesquels j’ai travaillé l’année dernière étaient par conséquent des sources imprimées. Il s’agissait pour la très grande majorité d’ouvrages imprimés et publiés auxquels se rajoutaient deux articles parus dans des revues du XIXe siècle. Ces récits furent pour la très grande majorité numérisés et mis en libre accès par de grandes bibliothèque. J’ai notamment beaucoup travaillé avec les inventaires et la plateforme internet de la Bibliothèque nationale de France qui dispose d’un très grand nombre de documents numérisés. Mais j’ai également pu utilisé le site internet archive.org qui permet d’avoir accès à un très grand nombre de documents sous format PDF issus des fonds anciens des bibliothèques des grandes universités américaines.

Pour cette année, de nouvelles perspectives de recherches s’offrent à moi. Après avoir étudié une vision de l’Empire ottoman alors issue du monde culturel français, j’ai décidé de me plonger dans l’analyse de la vision politique et diplomatique française, mais également catholique. Pour cela, je vais pour les politiciens et diplomates français me plonger dans l’analyse des ouvrages que ces derniers publièrent au XIXe siècle. Par conséquent, je serai emmené à travailler une fois de plus à partir de documents numérisés que je trouverai sur les sites internets cités précédemment. Concernant la vision catholique de l’Empire ottoman, je me plongerai pour la première fois dans de « vrais » dépôts d’archives au sens classique du terme (enfin!). En effet, je vais pour cela travailler dans les dépôts d’archives de la congrégation des Dominicains qui se trouvent au Sud de Toulouse. Et, si j’en ai la possibilité, je vais travailler dans les dépôts d’archives des Jésuites qui se trouvent à Vanves. Mais je compte également continuer à analyser des récits et des ouvrages publiés par des religieux suite à leur retour de voyage, dans le but de voir quelles types de visions furent proposées à ce lectorat grandissant.

Mais pourquoi ce type de sources ?

LYON-CAEN Judith, La Lecture et la vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallendier, 2006.


LYON-CAEN Judith, La Lecture et la Vie. Les usages du roman au temps de Balzac, Paris, Tallendier, 2006.

Le choix de travailler presque exclusivement à partir de sources imprimées me vient d’une lecture qui a grandement guidé mes axes de recherche. Il s’agit de l’ouvrage de Judith Lyon-Caen, La lecture et la Vie. Les usages du roman au temps de Balzac paru à Paris aux éditions Tallendier en 2006. Cet ouvrage de socio-histoire, ne traitant à aucun moment de l’histoire franco-ottomane, joua un grand rôle dans le choix de mes sources. En effet, Judith Lyon-Caen nous présente la réception des romans de Balzac et d’Eugène Sue lors de leurs publications. Pour cela, elle travailla à partir des lettres de lecteurs que les romanciers reçurent. Et au travers de ces analyses, Judith Lyon-Caen nous présente comment avec la démocratisation grandissante de la lecture, les ouvrages imprimés et mis à la disposition de tous eurent une grande place dans la vie de ces individus. C’est donc pour cela que j’ai voulu, non pas analyser la réception de ces visions françaises, mais ces visions mêmes, dans le but de comprendre ce qui était présenté à ce nouveau lectorat pour qui les ouvrages imprimés eurent un grand impact sur leurs vies et sur leurs choix. Ma volonté étant à terme de comprendre quels types d’images et de représentations furent présentés à la population française au XIXe siècle.

Maintenant, comment les utiliser ?

La question maintenant est de savoir comment je vais utiliser ces sources. Quelle sera ma méthode d’analyse ? Il s’agit tout d’abord d’une analyse lexicographique. Je vais me plonger dans l’étude approfondie du vocabulaire utilisé par les politiciens, diplomates et religieux qui écrivirent sur l’Empire ottoman. Il sera alors intéressant d’analyser l’évolution temporelle du vocabulaire utilisé, mais également les thématiques (politiques, religieuses, économiques, sociales …) abordées par ces derniers.

Dans un second temps, je m’attaquerai à un travail de prosopographie. Il s’agit de mettre en place une base de données regroupant l’étude de tous les auteurs de ces sources imprimées dans le but d’étudier leurs origines sociales, leurs âges, leurs études, la durée du voyage (si voyage il y a eut), les lieux visités et bien d’autres critères. Les informations ressortant de cette analyse seront alors mises corrélées aux résultats de l’étude lexicographique. Le but est de voir si des points communs entre des auteurs sont à l’origine d’une vision bien précise de l’Empire ottoman.

Une journée type aux archives ou presque

Le travail aux archives est pour moi très simple. En effet, de par la numérisation de la très grande majorité de mes sources, j’avais la possibilité de travailler dans n’importe quel endroit où il était possible de se connecter à internet. La plupart du temps, je partais tôt le matin à la bibliothèque (universitaire ou municipale le dimanche) armée de mon sac à dos et de mon ordinateur, et je passais la journée à travailler à partir d’inventaire mais également des outils de recherche avancés dans le but de dénicher les récits de voyage tant recherchés. Cette année, travaillant pour payer mes études, les recherches se font principalement chez moi le soir depuis mon ordinateur. Mais la technique de recherche reste la même.

Contenu de mon sac à dos lorsque je travaille dans mes archives numérisées.

Contenu de mon sac à dos lorsque je travaille dans mes archives numérisées. Tous droits réservés Béatrice Vogley

Concernant le travail dans les archives dominicaines et peut-être des Jésuites, la méthodologie sera quelque peu différente et toute nouvelle pour moi. Il me faudra rentrer en contact avec les archivistes pour des demandes de rendez-vous. Et lors de mes déplacements, je me déplacerai toujours armée de mon ordinateur, mais également d’un appareil photo dans le but de pouvoir ensuite travailler depuis chez moi sur les documents découverts en archive. Je serai aussi accompagnée d’un cahier de recherche où se regrouperont toutes les informations premièrement recueillies lors de la première lecture de ces documents.

Crédits image à la Une : CC Wikimedia Commons, BnF


Béatrice Vogley

En 2015, étudiante en première année de master d’histoire contemporaine à l’université Toulouse Jean Jaurès. J’ai débuté mes études, après l’obtention d’un baccalauréat économique et sociale, par une licence d’histoire à l’université Toulouse Jean Jaurès. Je prépare un mémoire sur les images et les représentations de l’État ottoman en France durant la période du Tanzimat ottoman ( 1839-1876) sous la direction de Mr Jean-François Berdah.

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 28 janvier 2017

    […] presque exclusivement sur des sources imprimées et numérisées (voir mon article sur les sources), j’ai la chance de posséder celles-ci sous format PDF sur mon ordinateur. Cela me permet […]

  2. 12 mars 2017

    […] Béatrice Vogley, Des archives, oui ! Mais numérisées s’il vous plaît ! […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *