Archives 2.0

a_scholar_in_his_studio_-_gerbrand_van_den_eeckhout

Wikipedia Creative Commons. Gerbrand van den Eeckhout (1641). Museum of Fine Arts, Budapest.

Difficile sujet que celui des archives quand on a jamais mis un pied dans un dépôt… J’en vois déjà dans le fond qui s’agitent « et gnagnagna la nouvelle génération, et gnagnagna c’est pas des vrais historiens ». Rangez vos piques et écoutez ma démarche.

Pour faire un bref rappel de mon sujet, j’ai choisi de traiter une question politique à échelle européenne. Mais plutôt que de me consacrer aux institutions en tant que telles, j’ai préféré étudier le thème via des acteurs inconnus de la construction européenne. L’humain, le lien entre les différents protagonistes, est au cœur de la démarche. En accord avec mon directeur de recherche, j’ai choisi de travailler presque exclusivement sur des interviews de ces acteurs.

Comble de la chance, ces interviews sont disponibles en ligne, gratuitement et sans restrictions d’accès. Mes journées de travail sur les sources se confondent avec mes journées de travail tout court. Accessibles partout : de la bibliothèque à mon lit, cette flexibilité n’a pas nécessité une programmation ou une planification de mes journées de travail. Un aspect à double tranchant puisqu’il ne pousse pas à la rigueur.

L’utilisation de ces sources plutôt que d’autres m’a paru naturelle dans le sens où je voulais me pencher sur la personnalité de chaque individu. Si une correspondance, une autobiographie ou un quelconque autre matériau s’était présenté, je ne l’aurais bien évidemment étudié. Mais on parle ici d’hommes et de femmes inconnus, qui n’ont pas toujours jugé bon de laisser une trace dans l’Histoire ou d’ouvrir leurs archives privées.

Avec l’utilisation de ces sources, il a constamment fallu jongler entre l’analyse de l’interview et la mise en comparaison avec la bibliographie, très abondante, sur les points majeurs abordés. La recherche universitaire sur la construction européenne reste récente, peu de courants de pensées divergents se détachent. Ma démarche n’est pas réellement influencée par un ou plusieurs auteurs majeurs. Tout d’abord parce qu’aucun, à ma connaissance, n’a encore publié sur ces petits grands hommes de l’Europe. L’ouvrage collectif de Michel Dumoulin, La Commission européenne 1958 – 1972, Histoire et mémoires d’une institution, s’il se sert des mêmes sources, en livre un traitement très différent. Cet ouvrage ne dépeint pas des hommes au sein d’une institution mais se concentre sur la Commission européenne, utilisant les témoignages plus comme des anecdotes.

Bien évidemment, cette focalisation sur ce type de sources crée une frustration : la sensation de se limiter à un discours souvent lisse. Pour un M1, la chose ne pose pas vraiment de problème mais elle devient trop problématique pour un M2. Il me faut creuser d’autres filons de sources et donc oui, la recherche dans un fonds d’archives sera une étape nécessaire.

Crédit image à la une : Wikipedia Creative Commons, Hannes Grobe, AWI


Samuel Roques

Diplômé d’un DUT Information-Communication en 2012 et d’une licence en Histoire en 2015.
Étudiant en Master 2 Histoire contemporaine sous la direction de Bertrand Vayssière, mon sujet d’étude porte sur les acteurs de la construction européenne dans les années 60, c’est à dire à l’époque où l’institution s’invente et s’organise.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *