Avec quoi on écrit l’histoire ?

Stéphane Ruais, Wikimedia Common, CC

Une fois le sujet décidé, en accord avec son enseignant, la recherche de documents peut débuter. Car comme l’affirme si justement Antoine Prost, dans son ouvrage Douze leçons sur l’histoire : « il n’y a donc pas de question sans document ». Certes, mais par où commencer ?

Personnellement, il me semble qu’il ne faut écarter aucun lieu, aucune idée au départ. Lire, se déplacer dans les bibliothèques, aller sur Internet, visionner des films, des documentaires. Ainsi, dans les premières semaines, j’accumule une multitude de références, de noms, de documents. Je prends des notes, au hasard des découvertes. Je suis comme un enquêteur qui ne désire écarter aucune piste. Car ma modeste expérience m’a montré que d’un document muet au début de sa recherche pouvait très bien jaillir la lumière… Comme le dit si bien R. Collingwood, « les sources sont sources quand quelqu’un les regarde historiquement ».

Pas de moment précis, pas de lieu privilégié non plus. Je peux rester plusieurs jours sans rien trouver de particulier puis, par hasard, découvrir un document qui va ouvrir des portes auxquelles je ne pensais pas. Ainsi je me souviens que pour mon travail de maîtrise, j’avais découvert, en toute fin de recherche, un ouvrage essentiel pour mon sujet. Et ce alors que je passais devant lui tous les jours depuis des mois sans soupçonner ni son existence, ni son importance.

La même situation s’était produite avec une interview du regretté Jorge Senprum. L’homme de lettres espagnol revenait sur son formidable ouvrage « L’écriture ou la vie ». Au début de mes recherches j’avais écouté ce document d’une oreille très distraite, n’y voyant pas d’intérêt pour le travail mené sur Bernard Dadié. Puis, quelques semaines plus tard, je m’étais souvenu de cette interview quand j’avais évoqué le rôle de l’écrivain comme témoin de son temps. Et je l’avais donc à nouveau écouté mais cette fois-ci avec le désir de l’utiliser pour mon travail.

Au commencement était un livre

maxresdefault

Bibliothèque EPFL, Wikimedia Common, CC

La bibliographie est évolutive, car elle se met en place au fur et à mesure que nos recherches avancent. Il semble judicieux d’exploiter des travaux dont le sujet est proche du sien afin d’en avoir une bonne représentation. Je vais donc partir d’un ouvrage généraliste et noter toutes les orientations bibliographiques proposées.

Pour mon sujet de master 2, l’ouvrage collectif « L’histoire de la France coloniale des origines à 1914 »  me paraît être une bonne base de départ. Je ne peux en aucun cas m’en contenter car sa date de publication, 1991, est quelque peu ancienne aujourd’hui. Mais à partir de la bibliographie proposée dans ce livre, je pourrai ensuite me diriger vers d’autres ouvrages plus spécialisés, et donc d’autres bibliographies. Il me semble également indispensable de consulter les sites Internet qui répertorient les travaux de recherches. J’ai ainsi découvert le site de these.fr qui se présente comme « le moteur de recherche des thèses françaises de doctorat, soutenues ou en préparation » ou encore le très riche site d’archives ouvertes HAL grâce à ma collègue de promotion Stéphanie Delmotte. Ce dernier est destiné « au dépôt et à la diffusion d’articles scientifiques de niveau recherche, publiés ou non, et de thèses ».

Il ne faut pas non plus s’en tenir à des ouvrages historiques. Pour mon sujet, je vais par exemple utiliser le petit livre du journaliste polonais Ryszard Kapusincski intitulé « Cet Autre ». J’avais adoré son immense succès de librairie  « Ebène » et j’espère retrouver dans ce petit ouvrage publié en 2015, soit huit années après sa mort, autant de plaisir ainsi que des pistes de réflexion pour mon mémoire.

Emprunter ou acquérir ?

800px-jury_president_jacques_seguela_and_winner_of_the_un_drop_by_drop_ad_competition_daniele_gaspari_1

Ane Cecilie Blichfeldt, Wikimedia Common, CC

Une fois les ouvrages repérés pour sa recherche, que faut-il faire ? Le prêt inter-bibliothèque (PIB) et le prêt entre bibliothèques (PEB) sont une solution qu’il ne faut pas négliger. Mais encore faut-il que le document soit disponible et penser à le commander suffisamment à l’avance. J’avoue honnêtement que j’ai tendance à privilégier l’acquisition des principaux documents afin de les exploiter à ma convenance.

Puis, une fois ma recherche terminée, je les conserverai ou bien je les remettrai en vente via le net ou dans une de ces librairies spécialisées en livres d’occasion. J’avais procédé de la sorte pour ma maîtrise : une fois celle-ci terminée, j’avais revendu, aux librairies parisiennes spécialisées, les ouvrages que je ne désirai pas conserver. Bien entendu j’y avais laissé quelques francs (la monnaie de l’époque…) mais les avoir en main m’avait permis de travailler dans le plus grand confort. D’ailleurs, en pastichant une phrase désormais célèbre, quiconque, à cinquante ans, ne peut se payer une partie de la bibliographie de ses recherches a raté sa vie…

Image à la Une : CC, Wikimedia Commons, PublicDomainPictures.net


Frédéric Lemaire

Enseignant titulaire dans le secondaire depuis 1999, je reprends mes études cette année. Après avoir enseigné dans un certain nombre de pays à l'étranger (Tanzanie, Kenya, Nigeria, Arabie Saoudite, Angola) puis avoir soutenu une maîtrise en 2000 à Jean Jaurès avec Sophie Dulucq, je poursuis avec un M2. Toujours autour de la colonisation en Afrique comme thématique, et toujours avec Sophie Dulucq.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *