Bibliographie : un puits sans fond !

CC, copie d’écran, Archipel, Elizabeth Boussié

Trouver sa bibliographie est le premier des travaux de recherche lorsqu’un nouveau sujet est à traiter. Elle doit permettre de cerner son sujet,  de prendre connaissance de tout (ou partie) de ce qui a déjà été rédigé sur le même thème et de préciser l’environnement plus large dudit sujet. En bref, il s’agit de faire le point sur tout ce que l’on sait déjà sur un sujet.

Pour démarrer une bibliographie j’ai pris l’habitude de chercher systématiquement les articles correspondant aux divers mots clés dans l’Encyclopédie Universalis. À la fin de chaque article, une bibliographie est en effet présentée. Elle me donne alors le point de départ du travail. De même, toujours à partir de mots clés je cherche dans Archipel, les ouvrages, articles, thèses, présents à la bibliothèque de l’Université Jean-Jaurès.

Un travail sans fin

CC, La bibliothèque, Pollestres.com

CC, La bibliothèque, Pollestres.com

Je sélectionne ensuite les titres qui me semblent les plus pertinents et je les consulte assez sérieusement. Chaque ouvrage possède en effet sa propre bibliographie, ce qui permet donc d’étoffer la recherche. Ce travail est donc, par définition, sans fin : un puits dans lequel on plonge indéfiniment. Toutefois, la plupart du temps je réalise au bout de quelque temps que les mêmes ouvrages qui intéressent de près mon thème de recherche reviennent et qu’en quelque sorte, « je tourne en rond ». J’estime alors que le travail bibliographique de base est terminé. Les ouvrages consultés forment ainsi le cœur de ma bibliographie.

univ-tours

CC, copie d’écran, Université de Tour, Elizabeth Boussié

D’ouvrages souvent ailleurs

De plus, il m’arrive assez régulièrement d’avoir besoin de faire appel au prêt inter bibliothèques car dans le domaine de la recherche sur l’histoire de l’alimentation, domaine auquel se rattache mon sujet sur la fabrication des pâtés de foies gras, c’est l’Université de Tours qui est spécialisée et où se trouvent donc de nombreux ouvrages. Il est toutefois dommage que ce type de prêts ne puisse pas être renouvelé pour un même ouvrage. Il arrive en effet fréquemment  d’avoir besoin de consulter à nouveau un ouvrage plusieurs mois après une première lecture, en particulier au moment de la rédaction, pour préciser une citation par exemple.

 

Qu’il faut bien arrêter un jour

Durant ces quatre dernières années d’études historiques à l’Université Jean Jaurès, j’ai opté pour une limitation volontaire du rapport « travail/résultat », en n’accordant aux travaux demandés par les enseignants de l’université qu’un temps précis, limité  et décidé en fonction de mes autres obligations, personnelles ou familiales. Ainsi, lorsque j’estime avoir correctement cerné un sujet grâce à la lecture de la bibliographie sélectionnée selon le mode expliqué plus haut, je passe à un autre type de travail, en particulier à l’exploration des sources ou de la rédaction provisoire.

Mais une mise à jour régulière indispensable

Toutefois, il m’apparaît comme indispensable de vérifier régulièrement si de nouveaux ouvrages ou articles ne sont pas publiés sur le sujet du travail en cours. Ainsi, environ un fois par mois, je contrôle les nouvelles publications. Par contre, une fois que le travail de rédaction finale est entamé, je bloque toute autre recherche bibliographique. C’est pourquoi il me semble nécessaire d’indiquer en fin de bibliographie à quelle date elle a été mise à jour pour la dernière fois. Cette indication ne fait pas partie des recommandations faites aux chercheurs en Master et cela me semble dommage.

Enfin, je dois préciser que ne figurent dans ma bibliographie que des ouvrages ou articles effectivement utilisés dans le travail de mémoire et systématiquement consultés. En effet, faire figurer dans sa liste bibliographique des textes qui n’ont jamais été feuilletés me semble totalement absurde.

 

crédits à la Une : CC, Perdu dans les livres, flickr, by Groume.


Elizabeth Boussie

Retraitée encore active, en master 2 d’histoire contemporaine à Toulouse Jean Jaurès, refusant de se plonger dans les massacres, les guerres, les minorités opprimées ou tout autre malheur du monde, refusant aussi de devenir une grand-mère gâteau, une grand-mère nounou ou une grand-mère confiture, je suis donc devenue une étudiante sérieuse et assidue. Je travaille en effet actuellement sur l’histoire d’un produit alimentaire qui connut un succès important à Toulouse dans la seconde moitié du XIXème siècle

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *