L’œuvre au blanc : chercher en Archives

Matériel personnel pour des recherches en Archives

Matériel personnel pour des recherches en Archives. Photographie prise par I. Laur. Tous droits réservés.

Partir en Archives, c’est une expédition pour en ramener un matériau précieux, du vif argent. Cette première phase de la transformation vers le Grand Œuvre implique une certaine préparation qui peut varier selon le lieu à visiter.

Mon matériel préféré

Dans tous les cas, je prends deux sacs : une mallette pour mon ordinateur portable, un sac à dos pour mettre du papier, un crayon à papier et un stylo noir ainsi que mon appareil photo. Il m’arrive aussi de prendre des photographies avec mon téléphone portable parfois et je le glisse aussi dans mon sac à dos. Les casiers des services d’Archives sont bien remplis avec ces deux sacs.

Mes fonds d’archives

Pour les Archives du diocèse de Cahors ou pour les fonds d’archives de la Bibliothèque Patrimoniale et de Recherche du Grand Cahors (BPR), il est nécessaire de prendre rendez-vous pour demander à l’avance les documents à consulter. Les horaires des Archives diocésaines de Cahors sont limités à trois après-midi par mois, ce qui complique singulièrement la consultation. À la BPR, il est possible de demander un rendez-vous les matins du mardi au vendredi en plus des moments d’ouverture au public qui ont lieu les après-midi du mardi au jeudi. Pour les Archives départementales du Lot, du Tarn-et-Garonne ou de la Haute-Garonne, il suffit de se présenter tôt aux heures d’ouverture et de respecter les horaires des levées. Généralement, les Archives départementales ouvrent vers 8 h 30 et ferment vers 17 h, avec pause méridienne à Cahors et ouverture en continu à Montauban. Elles sont ouvertes du lundi au vendredi, sauf le lundi matin pour les Archives départementales du Lot et de la Haute-Garonne. J’aimerais aussi me rendre aux Archives municipales de Moissac où je pense prendre rendez-vous. Il me faudra aussi me rendre aux Archives Nationales à Paris où le délai d’attente entre la demande d’un document et sa délivrance au lecteur prend une heure.

Ma matière première, du vif argent

Les archives qui constituent la base de mon travail sont les registres paroissiaux avant 1789 puis d’état civil après 1789. Ils sont numérisés en totalité pour les Archives départementales du Tarn-et-Garonne depuis 2008 et en grande partie pour les Archives départementales du Lot. Ce service d’Archives n’a cependant numérisé que la collection du greffe des sénéchaussées et non les collections communales, ce qui implique parfois de comparer les deux types de registres. Pour trouver d’autres archives qui m’intéressent, je m’appuie sur les instruments de recherche imprimés pour les séries anciennes cotées entre A et K en Archives départementales. Je peux aussi compter sur le catalogue du fonds Greil publié dans les années 1930 par les bibliothécaires cadurciens Palame et Calmon. Pour chercher des registres notariés, des inventaires sont en ligne en salle uniquement aux Archives départementales du Lot et sur le site des Archives départementales du Tarn-et-Garonne. Pour les Archives nationales, la base PROF (PRovisions des OFfices entre 1720 et 1755) m’avait servi à repérer des actes mais elle n’est plus accessible à présent, ce qui est regrettable.

Si je me permettais de rêver, j’aimerais pouvoir disposer de davantage de registres notariés et surtout de davantage de temps pour pouvoir mener mes recherches. Avant de me déplacer en Archives, j’espérais trouver des actes de mariages et surtout des testaments, voire des inventaires après décès, mais en fait ils sont plutôt rares. Étant donné que lorsqu’on cherche A, on trouve B, y compris avec l’impact de la sérendipité, il faut relativiser le manque d’archives pour mon sujet.

Pour en revenir aux étudiants quercynois et leurs familles, si j’ai choisi de me pencher sur le cas des habitants de Moissac, c’est aussi dans le souhait de creuser une piste inexplorée encore par M. Ferté. En effet, j’aimerais identifier davantage d’étudiants quercynois passés par l’université de Bordeaux. Je ne suis pas certaine d’en trouver mais je l’espère quand même. Obtenir du vif argent n’est pas chose aisée… en tant qu’apprentie, j’ai encore beaucoup de chemin à parcourir pour me diriger vers le Grand Œuvre.

Crédits image à la Une : photographie prise par I. Laur, tous droits réservés.


Isabelle Laur

Je suis étudiante en Master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine à l’Université de Toulouse 2-Jean Jaurès pour l’année universitaire 2016-2017. Je suis titulaire d’un CAPES d’Histoire et Géographie. J’ai précédemment accompli un Master 2 Archives et Images à l’Université de Toulouse 2-Jean Jaurès en 2015-2016. J’ai obtenu le concours d’attaché territorial de conservation du patrimoine option Archives fin septembre 2016.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 12 mars 2017

    […] Isabelle Laur, L’œuvre au blanc : chercher en Archives […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *